Loni bébé zen

A deux reprises ces dernières semaines, je vous ai demandé de me donner des idées de sujets d’articles sur Instagram…. Et le thème qui est le plus revenu (pour ne pas dire l’unique thème que vous m’avez suggéré), c’est mes astuces pour avoir un bébé si cool….

J’aimerais beaucoup vous donner une recette miracle mais le soucis c’est que je ne sais jamais trop quoi répondre. Je crois que c’est surtout lui qu’il faut féliciter, pas tellement moi en tant que maman. J’ai entendu des « c’est parce que toi tu es détendue », peut être, mais je ne me trouve pas meilleure qu’une autre, je m’énerve, je m’impatiente, alors détendue, je ne sais pas si c’est vraiment le qualitatif qui me convient le mieux. J’ai entendu des « c’est l’effet troisième », peut être mais j’avoue que Roméo et Mona étaient tout aussi cool dans leur genre.

Roméo était une véritable publicité pour la reproduction de l’espèce et Mona a toujours été ce petit soleil aussi mignon qu’adorable. Alors finalement, si je dois vraiment être honnête je n’en attendais pas moins de Loni. J’ai pourtant bien conscience d’avoir de la chance (et même d’en avoir eu à trois reprises). La chance, je crois que c’est surtout d’avoir eu des bébés arrivés bien à terme, qui mangeaient bien, n’avaient pas de reflux, car je pense que le plus dur c’est de voir son bébé souffrir ou juste ne pas être bien.

J’ai le sentiment très fort que chacun de mes bébés m’a toujours été parfaitement adapté. J’ai pourtant eu des attentes et des besoins différents à chaque fois, mais ils ont su être la réponse qu’il me fallait à chaque fois (et donc de façon différente). Comme une clef avec une serrure. Je ne sais pas vraiment lequel de la maman ou du bébé s’adapte, j’ai toujours eu l’impression d’une parfaite coopération.

Loni est différent, il a eu plus besoin de contact, de peau, de mon souffle…. à moins que ce soit moi qui avais besoin de tout ça… Quand moi, j’ai eu besoin de retrouver un peu de liberté, il s’est naturellement épanoui un peu plus loin de moi. Il est lui et il est parfait pour moi. J’aime le voir s’épanouir de partout et aussi sans moi. J’aime le voir grandir, même si j’aimerais que ça aille moins vite. Pas une journée ne se passe sans que je mesure la chance que j’ai de l’avoir. Je le trouve si serein, si calme, si heureux, si curieux. Je suis sa plus grande fan (talonnée de près par 3 autres supporters).

Je ne serais pas vous donner d’astuces malheureusement. Mais si je ne devais donner qu’un seul conseil: c’est de s’écouter toujours. Même si l’instinct n’est pas inné, nous sommes programmés pour rendre nos enfants heureux et je suis persuadés que notre volonté de bien faire et ce « je ne sais quoi de » lien magique d’amour nous amène toujours les bonnes réponses (sein, biberon, portage, cododo, nounou, petits pots maison et achetés etc). Mais s’écouter ça veut aussi dire se respecter, être soi-même sans chercher à être plus professionnelle, ou pire, parfaite. Juste soi, avec ses qualités et ses défauts, son besoin d’être collé ou de s’accorder un week end loin, sans se mentir. Et puis s’écouter c’est aussi essayer, échouer et réessayer… sans culpabilité. Etre aussi bienveillant avec son enfant qu’avec soi même (et se pardonner de n’être bienveillant avec personne quand ça nous arrive). Un bébé parfait c’est subjectif, donc je crois que tout ce qui compte c’est d’être en paix dans sa relation avec lui.

Merci Loni d’être ce bébé si zen qui nous simplifie toujours les choses, qui a fait de nous une famille de cinq tout en douceur. Merci mon Loni d’être exactement toi.

Et chez vous, ils sont comment vos bébés?

15 réflexions au sujet de « Loni bébé zen »

  1. Chez nous, le deuxième aussi a été un bébé très zen, je crois qu’il y avait beaucoup de lâcher prise par rapport au premier, faire sans trop se poser de questions, ne pas s’attarder sur les moments un peu plus complexes, ne retenir que le positif, et profiter de cette période qui passe si vite finalement

  2. Ici plus on fait des bébés plus ils sont cool et faciles !
    Mais effectivement, c’est un ensemble de facteurs. Mon grand a souffert de reflux très forts (et je ne pratiquais pas le portage).
    Valentin nous a semblé plus cool en comparaison à son grand frère même si il ne dormait pas beaucoup.
    Et Anna … Elle est simple et facile. Elle pleure quand elle est fatiguée et c’est tout. Pour le reste elle joue, est très sociable voire même charmeuse …
    Donc moi non plus, je n’ai pas de recette si ce n’est de s’écouter et de prendre soin de soi (de son couple). Parents heureux, bébés heureux …

  3. Ici Eliott m’a semblé être le plus « compliqué », il est arrivé 1 mois avant et je n’étais pzs prête. L’allaitement a échoué, je me posais trop de questions et il pleurait pas mal, et puis au fil du temps ça été mieux. Lizzie était un bébé hyper coil. Accouchement de rêve, allaitement génial et ça me semblait plus facile. Je savais comment faire. Et Romy qui va avoir 5 mois mercredi est cool aussi. Pourtant césarienne programmée, moi tres deçue car je voulais 1 deuxième accouchement sans péri et le plus naturel possible. Notre lien a été un peu coupé du coup à cause de ça. Mais mon energéticienne nous a permis de le recréer et depuis tout va vien. Je nous écoute et surtout je profite !!!! Car ce sera la dernière, alors je savoure tout !!!! Encore plus. Même si je trouve qu’elle grandit trop vite !!!

    1. je comprends la deception de la cesarienne! Ce moment de la rencontre est vraiment important et tu as eu raison de te faire aider pour réparer ce manque.

  4. Bah écoute, j’ai l’impression que c’est moi qui ai écrit cela! Mes trois bébés ont été cool, zen, faciles…Souvent on nous a dit que c’était parce qu’on l’était aussi! Pourtant, je me trouve impatiente, dure et parfois inquiète mais apparemment ce n’est pas ce qui transparait aux yeux des gens! Je n’ai aucun conseil car je considère qu’on a eu de la chance aussi (les nuits faites vite fait, les dents sorties sans peine, les pleurs quasi inexistants…)…Bien évidemment, que le comportement des parents doit influer un peu, même beaucoup sur ceux des enfants mais je pense qu’à la base ils étaient déjà parfaits (en toute objectivité bien sûr!!!lol) Ce qui m’a le plus choqué comme commentaire quand j’attendais Gaspard, c’est une collègue qui m’avait dit « tu es courageuse d’en faire 3″…Et en fait je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire car j’ai eu des grossesses parfaites, des accouchements sans péridurale parfaits comme je le voulais, des bébés qui faisaient leur nuit très vite…et un mari présent…ce qu’elle n’avait pas eu! Alors, j’ai compris! Bref, je m’égare…D’ailleurs je passe pour une extraterrestre (et certaines me détestent) quand je dis que je n’ai pas de souvenirs de nuits difficiles ou de douleurs atroces à l’accouchement…Bon allez, j’arrête de m’étaler mais c’est un vaste sujet! Tu as raison de dire qu’il faut suivre ses intuitions…et beaucoup d’amour…

  5. De mon point de vue, tu as eu de la chance. Ma grande à connu une vie intra utérine compliquée (j’ai eu 3 décès successif lors de ma grossesse, des accidents, donc aucune préparation possible), une famille endeuillée et loin de mon lieu de vie … je suis rentree a la maison avec une tante de mon mari (il n’avait pas pu poser ces 11 jours a la suite de la naissance mais de maniere legale avec un recommandé quelques mois avant), le premiers jours a la maison j’etais seule avec un bebe qui pleurait beaucoup un allaitement qui ne se mettait pas en place …. 1 an apres mon pere est décédé …
    Pour mon fils ça a été plus simple, tout s’est fait naturellement, fluidement. A part que suite à ma grossesse j’ai fait une crise de colique nephretique qui a nécessité une opération (Louis avait 3 mois, j’allaitai, …) Et rebelote 5 mois après calcul dans la vésicule, trop de douleurs, obligée de passer par l’étape anesthésie générale, arrêt de l’allaitement que je voulais long …
    Donc voilà moi qui ai tpujours voulu 3 enfants je j’arrêterai là. Deux expériences de grossesse et d’arrivée de bébé différente mais toutes les deux dans la douleur et dans la peine. Mes enfants sont mes merveilles et je leur apporterai tout le nécessaire pour qu’ils soient heureux …
    Je pense que nous sommes loin d’être toutes égales dans ces moments de vie. Et pour certaines il faut se battre continuellement pour sortir la tête de l’eau

    1. oui j’ai surement eu de la chance tu as raison.
      Après tout n’a pas été parfait, pendant ma grossesse de Roméo on s’est retrouvé sans maison pendant 2 mois ça a généré pas mal de stress (on etait dans une petite chambre chez ma grand mère… pas à la rue non plus). Pour Mona j’ai perdu ma grand mère à 6 mois de grossesse et j’ai été très triste, y compris quand elle est née. Pour Loni il y a un stress constant. Les 3 fois j’ai eu peur qu’ils ressentent mon stress et ma peine. Moi ausso on m’a enlevé la vesicule quand Mona avait 8 mois.

Laisser un commentaire