Ode à l’ennui

« Ils font quoi tes enfants comme activités? »… Je me sens toujours un peu mauvaise mère lorsque je réponds « heu rien.. ». Au départ je me sentais vraiment coupable parce que je pensais que la vraie raison de cette vérité était mon manque de motivation et d’envie à les trimballer à gauche à droite à des activités. C’est vrai que c’est une des choses qui démotivent les futurs parents, non? Les allers-retour au piano ou à l’anglais et les samedi passés sur le bord d’un terrain à acclamer son enfant prodige dans le froid. En tout cas moi c’est toujours quelque chose qui m’a effrayé. 

Peut etre tout simplement parce que je garde de mauvais souvenirs de mes mercredis après midi à la danse à me faire remonter les bretelles (du justaucorps). Je me souviens que je n’arrivais pas à profiter de mon temps avant 14h, je guettais l’horloge en sachant que ça allait arriver, et que j’allais encore « perdre » mon après midi. Le mercredi après midi, je rêvais de jouer, de courir dehors, de rêvasser. Je rêvais de n’avoir pas de programme. Le pire c’était le vendredi soir, le cours de piano: le vendredi soir…. ça devrait être le week end, non? Et puis le piano c’est fourbe parce que j’étais censé m’entraîner un peu tous les jours…. tous les jours!!! (Chose qu je ne faisais absolument pas évidemment)

Peut être bien que j’étais paresseuse, sûrement que j’étais trop rêveuse, mais qu’est ce que je me sentais prisonnière de ces horaires. Je comptais le temps qui me restait en dehors de l’école, de la nuit, des repas, des activités, pour ne faire que ce dont j’avais envie, et ce temps me paraissait tellement mince, vous n’imaginez même pas. 

Lire la suite

3 recettes avec des crevettes

En cuisine, je fonctionne beaucoup à la lubie. C’est à dire que j’ai des périodes où je serais capable de manger quasiment la même chose tous les jours. Actuellement je sors de ma période omelette pour entrer dans ma période 21crevettes.

Ce n’est donc pas une recette mais bien trois que je partage avec vous aujourd’hui. J’espère que vous aimez les crevettes.

1- Les crevettes piquantes aux haricots rouges. J’adore cette recette, c’est un mix d’un plat mangé à la Réunion et des crevettes piquantes de mon resto asiatique préféré.

Pour deux personnes: 1 boite de 250g de haricots rouges/ 250g de crevettes/ 2 oignons rouges/ 1 boite de tomates concassés/ 1 grosse pincée de harissa

Faire réchauffer les haricots rouges dans une casserole, pendant que les oignons cuisent dans un petit fond d’eau dans une poêle. Rajouter ensuite dans la poêle les crevettes, puis la tomates. Saler, poivrez et rajouter l’harissa. Voilà c’est déjà prêt, il n’y a plus qu’à dresser.

Lire la suite

Nos petits gestes verts du quotidien

Parce que tout compte, même les tout petits gestes, et d’autant plus que plus c’est petit, plus c’est facile à mettre en place.

Voilà des petits exemples tout bêtes qui vous donneront peut etre des idées.

  • Étant une allergique/ enrhumée chronique j’ai toujours préféré les mouchoirs en tissus, aux mouchoirs en papier. C’est très sentimental, c’est un peu mon objet transitionnel à moi. J’ai toujours un mouchoir dans mon sac ou sous mon oreiller. On s’est longtemps moqué de moi, surtout que j’en sème de partout, il n’est pas rare que l’un tombe de mon sac lorsque j’en sors quelque chose… ce qui m’a valu d’être « la fille aux mouchoirs » à la fac! L’avantage c’est que des qu’un de mes mouchoirs étant trouvé, il me revenait toujours!! Bref, aujourd’hui j’assume complètement puisque c’est écolo!! J’y ai converti toute la famille. Vous ne trouverez jamais un mouchoir en papier chez nous.

  • Dans la même veine, j’ai cessé d’acheter du papier essuie-tout il y a très longtemps. Tout d’abord pour des raisons économiques. Mes invités cherchent toujours le sopalin chez moi, et sont toujours étonné de savoir que je fais sans, j’ai des serviettes, des torchons, des serpillières… et moi ça ne me manque jamais!

  • La démarche a continuée dans la salle de bain, où nous sommes très naturellement passé aux coton lavables.

  • Plus récemment, j’ai pris la résolution de réutiliser le papier cuisson. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je jetais ma feuille à chaque utilisation. Maintenant je la conserve pour plusieurs fournées. Mais dans l’idéal, il faudrait que je me trouve une feuille de cuisson lavable. Qu’est ce que vous me conseillez? Je ne suis pas trop fan du silicone..

  • On n’achète plus de bouteilles d’eau minérale depuis longtemps. Mais il nous arrivait encore d’en avoir besoin pour nos piques-niques ou trajets en voiture. Et bien c’est fini, Nous avons maintenant des bidons en plastiques de chez Decathlon qui sont parfaits. Quant aux enfants ils ont chacun une gourde qu’ils prennent grand plaisir à trimballer de partout. La plus jolie étant celle de Roméo, personnalisée à son nom, offerte par C mon étiquette. Je lui piquerai bien d’ailleurs! 

  • On ne surchauffe pas à la maison. Ah c’est du bon sens, n’est ce pas? Mais qu’est ce que c’est dur à assumer quand on a du monde. ‘Il fait un peu frais chez toi, non? »… la petite remarque qui te fait douter que ton intérieur est chaleureux. Bref, ici on porte des pulls et des pantoufles, on a des grosses couettes d’hiver, et on n’a jamais froid. 

  • On achète nos fruits et légumes bio quand on peut, mais surtout toujours de saison et français. En fait, on départ, comme je ne savais pas exactement si la courgette étai déjà de saison, ou la butternut plus du tout, j’ai pris le réflexe de regarder l’origine, en me disant que si c’était français c’était de saison. D’ailleurs à choisir, je préfère prendre mes tomates en vrac et françaises, que bio, marocaines et sur-emballée… qu’est ce que vous en pensez? 

  • Nous avons enfin collé un stop pub sur notre boite à lettres. Et j’en ai discuté avec ma factrice( qui est très sympa d’ailleurs). Du coup je n’ai vraiment plus du tout de prospectus!! 

  • Nous cédons nos vêtements, jouets, livres à des associations plutôt que jeter. Et je fais passer nos magazines à des salles d’attentes. 

  • J’ai pris l’habitude de me désinscrite des newsletters et de vider régulièrement ma boite mail. Car oui même les mails polluent car pour leur transfert et leur sauvegarde nécessitent de puissants serveurs gourmands en énergie. 

  • Je n’imprime jamais de papier et nous sommes passés aux e-factures pour toutes nos dépenses. Malgré cela, vu la quantité de papier utilisée par les dessins de mes enfants… nous restons de très mauvais élèves en la matière.

  • Nous n’achetons presque plus du tout de produits industriels (exepté des plats picard et des biscuits apéro à de très rares occasion). Nous sommes passés au fait maison pour toute notre alimentation. Par contre nous privilégions les savoirs faire artisanaux: fromage blancs fermiers ou patés de campagne…

 

On s’engage d’autre part à rapidement passer aux éponges végétales et lavables (je ne me fais pas du tout au tawashis), peut être que cette solution nous conviendra mieux. L’amoureux va prendre un mug pour son travail pour la machine à café. 

J’attends vos idées à vous pour continuer à s’améliorer ensemble.

Du nouveau dans mes cosmétiques

Vous vous souvenez de mon article sur notre réduction des déchets dans la salle de bain ici? Je vous avais présenté nos produits solides, et beaucoup venaient de chez Lush, qui n’est pas le meilleur élève en terme d’environnement. Alors j’ai continué mes recherches pour trouver mieux. Et je suis tombé sur le site Pachamamaï découvert via Instagram qui s’engage dans une véritable démarche environnementale, zéro déchets, vegan et leurs produits ont de nombreuses certifications. J’ai eu le plaisir de tester deux shampoings solides et un savon de cette gamme.

Nous avons choisi le shampooing sweetie pour les enfants et moi qui avons les cheveux normaux, mais aussi le shampooing pure pour l’amoureux qui a le cuir chevelu sensible. Ils nous plaisent beaucoup, ils moussent peu ce qui est parfait pour les enfants qui se lavent les cheveux seuls avec. L’amoureux a adopté son shampooing, alors que jusqu’à maintenant c’était lui le plus réticent sur le solide.

Quant au savon c’est le Calenduline qui est parfait pour les grands comme les petits puisque sans huiles essentielles. Il laisse une sensation très douce sur la peau. 

Lire la suite

Sprits maison

img_4240

Oh une recette de biscuits, ça change, non? J’adore les sprits, il fallait donc absolument que je tente une version fait maison.

Voilà la recette.

Ingrédients pour une quinzaine de gros sprits: 

– 200 g de beurre mou
– 75 g de sucre glace
– 1/2 gousse de vanille
– 1 blanc d’œuf
– 225 g de farine
– 150 de chocolat noir

img_4237

img_4245

Lire la suite

La marmotte skieuse

C’est Roméo, aujourd’hui qui vous propose un atelier du Mercredi récup et de saison

Des fois en regardant Roméo j’ai l’impression de me voir, toujours un bout de ficelle ou une agrafeuse à la main à tenter de bidouiller quelque chose. Depuis qu’on a installé le bureau commun en bas, il est parfaitement autonome et sait où est rangé tout ce dont il a besoin. 

En revenant du Collet d’Allevard, il a récupéré des couteau en bois pour en faire des skis à sa marmotte. J’adore l’idée. En plus c’est super facile, et c’est un petit garçon de 6 ans qui vous le dit!

Il a décoré les skis avec des feutres et les a fixé aux pieds de la marmotte avec des petits bouts de laine. 

Lire la suite

Le Collet d’Allevard en trois générations

Ce week end nous l’avons passé en montagne avec mes parents! C’est tellement agréable je trouve, de se programmer des moments ensemble ailleurs, où on partage du quotidien et aussi des instants extraordinaires! On était dans la petite station familiale du Collet d’Allevard en Isère, avec vue sur tout Belledonne. 

On a fait du ski/ snowboard, Mona a pris son premier cours et elle a adoré. On a joué à des jeux de société, fait des dessins et bouquiné, on a fait des apéro et des petits déjeuners tous ensemble. On a fait un tour à la ferme de le Grangette puis à Allevard. On a bu des grenadines et des crêpes en terrasses en profitant du soleil et puis on a bien rigolé.

Autant de jolis souvenirs à se remémorer ensemble.

Lire la suite

10 astuces pour voyager en famille sans se ruiner

Vous devez l’avoir compris, nous adorons vadrouiller, découvrir d’autres univers, partir ne serait ce que quelques jours pour rompre la routine. J’ai du mal à me sentir légitime en parlant de voyages, car nous ne faisons pas souvent de vrais et grands voyages à l’autre bout de la planète, tel que je le fantasme lorsque j’entends ce mot. Mais nous multiplions les virées en France et en Europe. Vous êtes extrêmement nombreux(ses) à nous demander comment nous nous organisons pour partir aussi souvent, alors j’essaye de vous donner aujourd’hui toutes nos petites astuces, et j’espère vous transmettre par la même un peu l’envie de vous lancer.

Ce qu’il faut savoir sur nous, c’est que finalement nous n’avons jamais autant voyager qu’avec nos enfants… c’est donc à l’extrême inverse des discours qu’on entend si souvent nous affirmant qu’on ne peut plus rien faire avec des enfants. Nous voyageons plus maintenant car avant d’avoir des enfants j’étais étudiante, puis au chômage donc nous étions dans des situations plus précaires financièrement, mais aussi parce que nos enfants sont un vrai moteur qui nous poussent à avancer (à se dépasser aussi je crois) et que pour eux, et pour nous ça nous parait essentiel de vivre ces moments extraordinaires qui donnent du sens à toute une vie! Ca parait un peu philosophique dit comme ça, mais c’est vraiment ce que je ressens, et je pense que c’est parce que ça me tiens autant à cœur que nous mettons tout en œuvre pour réaliser ces projets.

Financièrement, nous sommes dans la classe moyenne basse, celle qui ne gagne pas beaucoup mais ne paye pas beaucoup d’impôts non plus. Nous avons cependant la chance de ne pas être pris à la gorge par un crédit (ou un loyer) trop élevé. Tout ça pour vous dire que nous n’avons pas des ressources illimitées et que nous ne pouvons pas partir sur un coup de tête. Pourtant nous ne nous ressentons ni pauvres, ni frustrés. Voilà nos astuces.

1- Notre meilleure astuce c’est ANTICIPER. Surtout pour les gros voyages, car plus on s’y prend tôt moins c’est cher. Et surtout plus on s’y prend tôt, plus on a du temps pour échelonner les dépenses. Un exemple simple, c’est en réservant en Décembre pour Juin que nous avons pu avoir des billets d’avion Lyon/Mykonos pour 300 euros pour nous quatre!

2- Ne pas hésiter à partir hors saison. En plus de l’attrait financier c’est très agréable de voyager hors période d’affluence. Notre meilleur exemple est notre escapade de janvier à Faro réalisée avec 300 euros tout compris pour 4 jours et 4 personnes! Profitez en le plus possible lorsque vos enfants ne sont pas scolarisés, puis encore un peu en maternelle, à partir du primaire l’affaire se corse. Mais vous pouvez également partir en période de vacances scolaires au « mauvais endroit », c’est à dire au bord de la mer en vacances d’hiver et à la montagne en été, ça permet de faire considérablement baisser la facture.

3- Préférer les courts séjours.. en même temps c’est du bon sens, si on n’a pas les moyens de partir 10 jours, on n’en part que 5, mais on part quand même!

4- Dès qu’il fait beau, on n’hésite pas camper. La toile de tente c’est la façon la moins coûteuse de voyager (même si certains campings abusent un peu!). Pour notre part ça nous permet de partir un peu à la dernière minute à la fin du printemps et au début de l’automne sans trop calculer. Comme notre séjour dans le Verdon ou au bord su lac du Salagou. Attention cependant, autant camper avec sa tente (ou son van/ sa caravane etc) est intéressant autant louer un mobile-home est souvent bien trop cher pour ce que c’est!

5- Je cherche mes logements sur Airbnb en première intention. Dans les pays scandinaves c’est vraiment un très bon plan car les hôtels sont très chers! Vous vous souvenez de notre studio de Copenhague trop mignon? L’avantage en Airbnb c’est qu’il y a une cuisine et que contrairement à l’hôtel ça va permettre de réduire la facture resto. En plus avec des enfants manger au resto à chaque repas peut vite virer à la catastrophe. J’ai mis longtemps à me lancer sur Airbnb, mais maintenant je ne serais plus faire sans. J’ai d’ailleurs trouver deux maisons superbes pour notre séjour dans les Cyclades, que nous n’aurions jamais pu nous offrir dans d’autres conditions. (d’ailleurs j’ai découvert recemment qu’il y avait un système de parrainage sur Airbnb qui vous permet de débloquer un crédit de 35 euros sur votre premier voyage, si vous voulez utiliser mon code parrain, c’est par là

Lire la suite