La vie simple en famille: vadrouilles et fait-maison

Avant/ Après: Ce qui est devenu un jardin

IMG_5398

Je me souviens de l’agent immobilière nous expliquant que le terrain n’apportait pas de plus-value à la vente, je me souviens d’un de mes oncle qui nous avait balancé  « mieux vaut acheter une maison sans terrain qu’avec un terrain comme ça », je me souviens des copains qui regardaient perplexe, je me souviens surtout de moi qui ne voyais vraiment pas ce qu’on allait pouvoir faire de ce grand bout de vert.

On a la chance d’avoir une grande parcelle de 1000 m2, mais qu’est ce que qu’elle est biscornue, la cour en bas, la grande pente, le joli près trop loin. J’avoue c’est vraiment mal fichu. En même temps avec notre micro budget on était déjà bien content d’avoir un jardin. Alors on y a réfléchi, on a commencé l’an dernier par la cour qui a désormais une vraie fonction et que nous occupons à temps plein dès les beaux jours, et cette année, on a continué tranquillement avec le jardin.

IMG_5419

Ça y’est la machine est lancée et je vois tout à fait l’allure que je veux donner à ce jardin. Il me reste des idées qui seront pour l’année prochaine: descendre le potager pour qu’il occupe les deux petites terrasses du bas, planter des hortensias derrière le banc, mettre des pas japonais jusqu’au poulailler….et puis c’est tout.

Pour le reste, je voudrais qu’il conserve son allure de jardin rustique de campagne, ce petit côté sauvage qui lui va bien.

Parmi les aménagements de cette année, nous comptons l’installation de deux massifs et la création d’un petit chemin, l’installation de la cabane des enfants, de la tente à bac à sable, du poulailler, la petite clôture en corde et le banc qui est devenu blanc. Par rapport aux photos avant, nous noterez qu’on a aussi coupé les deux peupliers qui nous cachaient toute la lumière.

Je me dis qu’on a bien fait de lui donner sa chance à ce bout de vert, de ne pas tout raser la première année, car en fait sous les ronces, entre les mauvaises herbes et les orties, il est plutôt généreux ce jardin. Au début du printemps, on a les fleurs du magnolia et du forsythia, suivent les lilas, les boules de neige, les fleurs du cerisiers, et enfin les hibiscus. Et il nous gâte aussi en fruits, avec des cerises, des mures, du raisin, des noix, des noisettes.

IMG_5402

Aujourd’hui je suis contente parce que le jardin existe, ce n’est plus un vague terrain inhabité et hostile, certes ce n’est pas le plus pratique, mais quand je vois les enfants y jouer je me rends compte qu’ils s’en moquent. Parfois les contraintes qu’on détestaient finissent par nous plaire et j’avoue que cette pente je commence à l’aimer, je l’a trouve unique et atypique. Et puis il se trouve que ce jardin a une lumière superbe, je crois que c’est comme ça que petit à petit il m’a conquis, moi la photographe. D’ailleurs il m’arrive souvent d’organiser les shootings de mes clients dans mon jardin, c’est dire qu’il est beau!

Sans titre-1

avantaprès2

avantapres3

avantapres4

IMG_5388

IMG_5401

IMG_5404

IMG_5406

IMG_5412

IMG_5399

IMG_5414

IMG_5425

IMG_5481

IMG_5427

IMG_5610

IMG_5509

IMG_5609

IMG_5506

IMG_5501

IMG_5500

IMG_5490

IMG_5489

IMG_5429



37 thoughts on “Avant/ Après: Ce qui est devenu un jardin”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *