Le Chagrin

img_0712

Il est arrivé sans prévenir un mardi matin, en me prenant de court. Il était vrai ce chagrin, de celui qui mouille les yeux, fait trembler la voix et agripper fort la main. Surtout de celui qui renverse le cœur de la maman. Elle a chuchoté tout près de mon oreille « gardes moi avec toi s’il te plait » et j’aurais eu envie de pouvoir. C’est commun le chagrin il parait mais j’avoue que ce mardi là je ne pensais pas à tous les autres, je pensais juste à la mienne que j’allais devoir laisser comme ça.

Il est revenu le mercredi le chagrin juste quand on a ouvert la porte de la garderie, alors que la seconde d’avant elle courrait fière comme un pinson avec son petit cartable sur le dos en tenant fort une jolie fleur violette dans sa main. Pourtant j’avais pris mes précautions, je lui avais dessiné un gros cœur au creux du poignet, j’avais même rajouter des ailes au cœur pour qu’il aide le chagrin à s’envoler plus vite. Le chagrin était plus fort que la veille, rien n’arrivait à le distraire. J’ai fait un gros bisou à son doudou et je lui ai qu’elle n’avait qu’à le coller tout contre sa joue pour être un peu avec moi.

img_0718

Le jeudi j’ai pris les devants, en plus du cœur et du doudou, on a ramassé un joli bouquet de fleurs dans le jardin pour la maîtresse mais aussi un pour la dame de la garderie. La fierté de porter d’offrir de jolies fleurs devrait être plus grande que le chagrin. Alors jeudi le chagrin a été petit, il a juste fait mouiller un œil et trembler une lèvre, mais aucune larme n’a coulé. Elle a tendu son bouquet avec un sourire très timide à la dame de la garderie et elle a filé chercher la main de son frère.

img_0907

Le vendredi matin, elle a voulu de nouveau apporter quelque chose à offrir à sa maîtresse mais je n’avais rien prévu, alors on a ceuilli à la hâte un petit bouquet de menthe pour parfumer la classe. Cette fois, le chagrin il a débarqué dans la voiture, il était tout petit mais je l’ai vu dans ses yeux un peu trop brillants quand j’ai ouvert la portière. Alors sur le chemin, je lui ai proposé de ramasser le plus jolis des petits cailloux, et de le serrer fort dans sa main pour lui doner du courage. Par précaution, elle a glissé le deuxième plus beau dans son cartable… au cas où. Elle a glissé fermement son autre main dans la mienne, et quand on a ouvert la porte de la garderie, après un très gros câlin, elle a courru rejoindre son frère… Et moi je l’ai bien vu le chagrin qui s’était envolé.

img_0905

34 réflexions au sujet de « Le Chagrin »

  1. C’est tellement dur à gérer pour les parents ses séparations où l’enfant pleure .Ca doit être difficile de passer la journée avec la dernière image de son enfant les yeux humides . La maitresse a t elle dit si elle pleurait encore dans la journée ou si tout se passait bien ? en général les pleurs s’estompent pour la plupart au fil de la journée avec quelques coups de blues au moment du déjeuner ou de la sieste mais ça repart vite et surtout ça ne dire que quelques semaines . Courage à elle et à toi du coup ( très mignons toutes ces petites astuces )

  2. C’est déchirant de voir son enfant avoir même juste un peu les yeux mouillés quand on le laisse. Ce matin, c’était de grands pleurs en me quittant. La nounou de la crèche l’a prise dans ses bras et elles sont parties chercher doudou de la crèche et voir si le chat du voisinage était dans le jardin, et après la de prendre un joli livre…
    Et moi je reste là, le coeur serré, je tourne les talons, le boulot m’attend..

    Heureusement une collègue m’a chuchoté avoir vu Julia toute pimpante après mon départ, à jouer avec ses enfants qu’elle venait de déposer quelques minutes après mon départ..comme quoi, ils savent y faire aussi.. chagrin (selon moi)? Tentative pour retenir maman (selon la crèche)? caprice ‘pour d’autres moins sympas)?

    Le rôle de parent n’est pas facile…

    1. Oh ma pauvre, c’est sur que c’est dur! Et pourtant Mona n’a pas fait de vraie grosse crise, c’était juste quelques larmes, mais ça fend le cœur. Pour moi ça n’a rien à voir avec un caprice, c’est sa façon d’exprimer son apprehension et sa gène. Heureusement ce matin tout s’est bien passé à la dépose de la garderie. Apparemment à l’école la maîtresse m’a dit que ça se passait bien, Mona dit qu’elle adore l’école mais pas la garderie… On verra bien

      1. Les personnes qui me parlent de caprice devant mon enfant qui pleure mériteraient des claques c’est certain! Oui la garderie reste une étape un peu compliquée pour notre grande certains jours…de plus pour elle, « l’école c’est trop long ». Forcément avec garderie matin et après midi les journées sont longues..Je tente de me rattraper comme je peux en récupérant tout ce petit monde..

  3. La pauvre Mona. J’ai de la peine pour elle. C’est dur les premières années.
    La phrase « gardes moi avec toi s’il te plait » m’a fait mal au cœur. Cela a dû être terrible pour toi de la laisser. Et dire que tu peux pas voir ton enfant avant le soir. Tu dois te demander comment ça se passe.
    Comme ma fille Kloé faisait des mauvais rêves la nuit en maternelle, la maîtresse m’avait conseillé de faire une boîte à rêves.
    Tu peux peut être en faire une avec Mona et dire que c’est une boîte à chagrin. Nous, on disait qu’on prenait les mauvais rêves sur la tempe avec la main et on les enfermait dans la boîte (je sais pas si je suis clair).
    Heureusement, que son grand frère est là aussi à la garderie.
    Courage …

    1. Ce matin a refait toute seule le coup du cailloux, elle en a choisi un et l’a serré fort dans sa main comme pour se donner du courage.
      C’est sur heureusement qu’elle a son frère. Il lui tient la main pour aller à l’école et il lui fait des bisous à travers la grille à la récré.

  4. Oh comme je te comprends … J’ai été prise de cours moi aussi. Avec mon « grand », j’étais armée et préparée car il est très sensible mais avec mon petit bonhomme toujours content, ça m’a vraiment pris de cours.
    ça a commencé par son sourire vers le bas et les larmes aussi … le vrai chagrin comme tu dis …
    Et le « Ze veux pas y aller moi. Ze veux que tu restes avec moi » (j’adore son zozotement qui se fait de plus en plus discret mais moi je voudrais qu’il reste toute la vie) ….
    Et le lendemain il a pris sur lui, je le voyais toujours avec son sourire triste à essayer de contenir ses larmes qui ont fini par déborder …
    J’ai mis des bisous dans son cartable et dans ses poches, on a fait un cadeau pour la maîtresse (merci pour l’idée) …
    Et ce matin, il s’est frotté sur ma cuisse, j’ai bien cru que le chagrin allait encore gagné mais finalement il a choisi un puzzle qu’il a voulu faire « avec Mélanie » et ce matin, il n’a pas pleuré !!
    (et moi presque … de bonheur) …

    1. C’est super pour ton petit. Ils sont courageux quand même car c’est impressionnant l’école et franchement c’est un peu la jungle (Mona s’est déjà faite taper et cracher dessus… youpi) Mona aussi a pris sur elle ce matin, je suis fière d’elle!

  5. Ah la première rentrée … pas facile pour les enfants et …. les parents …. des sourires à l’envers, des larmes d’une tristesse infinie … et toi la maman ou papa, tu dois faire face, afficher ton plus beau sourire qui rassure ton petit alors que ton coeur éclate … et puis tu trouves et/ou l’enfant trouve un truc qui le rassure et magie ! c’est dur et l’enfant prend tellement sur lui. je suis toujours impressionnée par leurs capacités d’adaptation et à trouver une solution, leur solution qui permettra de passer ce cap de la séparation. pour mon fils ainé, il aime les livres donc il prenait 5 minutes pour se poser et prendre un livre quand on arrivait dans la classe et après il allait jouer. le passage de maison à l’école, de maman et à la maitresse était fait … en tous cas bravo Mona, elle a l’air d’avoir trouver sa solution

  6. un gros bisou à Mona, et tu ne nous parles pas de ton chagrin?
    (j’ai vécu la même chose il y a très longtemps, j’avais laissé un petit commentaire chez toi il y a quelques billets)
    bonne journée!!

  7. petite choupette… pour avoir vécu la même chose quand mes enfants étaient petits, j’avais tricoté un tout petit carré de laine sur lequel je mettais mon parfum. c’était le remède miracle pour nous!!

  8. Pauvre choupinette ! C’est sur qu’à la garderie les enfants sont très bruyants, ils courent, se bousculent, crient, etc ………. alors que dans la classe même en maternelle il n’y a pas cette effervescence et ce bruit donc je comprends Mona qui n’aime pas ! Bravo pour ces chouettes astuces pour rassurer une petite fille avec un gros chagrin !

  9. Je vous souhaite beaucoup de courage à toutes les deux… J’imagine que de voir ses larmes ça doit te fendre le cœur, mais bravo pour ces astuces…
    Pour l’instant aucune larme pour ma fille, elle prend sur elle, elle est contente et m’a juste dit ce matin « tu peux rester avec moi à l’école maman? ». Mais cela ne fait pas encore une semaine complète.. Je touche du bois car je pense qu avec la fatigue accumulée c’est différent. Surtout que ma fille reste à la cantine et au dortoir, je la récupère à 16h30.
    Elle qui avait depuis 3 ans, l’habitude de dormir dans une pièce seule, même chez la nounou, elle ne comprend pas tout ce monde pour dormir et cette « dame » qui reste là…
    J’espère qu’elle va s’y faire. Par rapport aux premiers jours, j’essaye de ne pas trop penser aux détails parceque j’aimerai au fond de moi, que ma fille soit toujours bien, en toutes circonstances… Je suis revenue ce matin pour la regarder en cachette et elle s’asseyait à table pour jouer, j’essaye de garder cette belle image.
    Tu dois être rassurée qu’il y est son frère.

  10. Pauvre petite Mona, j ai connu Ca la semaine dernière, à hurler qu’elle ne voulait pas rester ….et puis deux jours de nounou et aujourd’hui comme si de rien etait … Toute contente d y aller avec maman…mais la rentrée est fatigante pour nos louloutes … Mais je vois que tu des chouettes astuces pour arrêter les pleurs …très sympa tes petits articles …comme d habitude ….

  11. Choupinette… C’est dur ces périodes, avec la fatigue d’un nouveau rythme en plus. Ma fille, c’était la cantine qu’elle n’aimait pas du tout au début. Mais dans la classe ça allait et ça allait de mieux en mieux au fil des semaines. Un jour, courant octobre, en petite section, la maîtresse nous a dit être très impressionnée par Salomé qui riait, chantait, était pleine de vie…. Alors qu’elle est tout le temps comme ça à la maison ! Ils leur faut un temps d’adaptation.
    Mais on a beau se le dire, que ça va passer, que ça ira mieux, c’est comme avec un nouveau-né : quand on est le nez dedans, c’est dur de prendre du recul !
    De gros bisous à Mona… et vivement le post de fin d’année scolaire dans lequel tu nous raconteras qu’elle a du chagrin de quitter l’école pour les grandes vacances !!

  12. Très touchant cet article ! Très bien écrit et très émouvant ! J’ai la chance de garder ma fille à la maison pendant encore une année, après c’est l’école… Je vais en profiter un maximum !

  13. C’est pareil pour Louison. Elle veut bien aller à l’école, mais le chagrin pointe quand il s’agit d’aller à la garderie… Les premiers jours ont été difficiles surtout qu’elle a fait deux rentrées dans deux écoles différentes… Alors on a trouvé une personne « relais » : la dame de la garderie ou l’atsem de l’école. dès qu’elle arrive, Louison va vers elles. Je crois qu’elle se sent en sécurité d’avoir repéré quelqu’un. Et puis on y va assez tôt pour que je puisse rester qq minutes avec elle et trouver une occupation qui la tiendra occupée le temps que je parte…
    Pas faciles ces rentrées scolaires… Merci pour ce texte, on se sent moins seule 😉

  14. Pauvre petite pepette; c’est dur bien sûr la séparation!
    On est encore un bébé et on se retrouve propulsé avec beaucoup d enfants qui crient et pleurent et séparé de maman et papa toute la journée! !
    Courage petite Mona! !

  15. Mon Tibonhomme a passé une première semaine d’école sans broncher… et ce matin, c’était un au revoir déchirant… il est sorti de sa classe en courant pour me rattraper alors que je sortais de l’école… Il ne voulait pas me lâcher, la maîtresse a dû l’emmener et fermer la porte pour qu’il ne me voit plus… Que c’était dur ce matin !
    J’espère que ça n’arrivera plus un matin comme ça… C’est tellement difficile de les voir pleurer et de ne pas pouvoir les consoler.

  16. Oh, bichette! Ruben va à l’école avec plaisir, mais apparemment, le premier jour il a eu un petit coup de blues le midi…alors ils ont appelé sa grande soeur pour le consoler… ça fait toujours un gros pincement au coeur de savoir que son ou sa petit(e) a du chagrin…ou a eu du chagrin dans la journée…
    Mona a déjà 3 ans? Je la pensais plus jeune que Ruben…à moins que dans son école, ils n’acceptent les enfants de 2 ans…
    J’espère en tous cas que ça va aller de mieux en mieux pour elle… L’avantage avec Ruben et Eléane c’est qu’ils sont tous les 2 en maternelle et se voient dans la cour…
    Courage à toi car pas facile pour une maman.et, parole de maîtresse, les chagrins ne durent jamais bien longtemps une fois que les parents sont partis…Dans ma classe de CP, certains ont des chagrins aussi parfois mais ils passent vite à autre chose avec les copains…
    Bises et belle semaine à vous 4!

  17. C’est tellement difficile de les laisser comme ça. Pauvre poupette c’est un gros bouleversement dans la vie d’un enfant l’entrée à l’école, tout ce bruit, tout ce monde, toutes ces nouvelles choses à intégrer. Tu as trouvé plein de jolies astuces pour adoucir ses chagrins, elle devrait s’habituer petit à petit à ce nouveau monde.

Laisser un commentaire