être mamie….

Lorsque nous étions à Rome entre filles, ma mère m’a dit avoir envie d’écrire sur mon blog au sujet de sa position de grand-mère. Elle nous répète souvent « vous comprendrez quand vous serez mamies » à ma soeur et moi, et effectivement je suis convaincue que c’est une relation assez inédite, et surtout très différente de celle que nous entretenons en tant que parents. Alors je me suis dit: pourquoi pas?

Voilà donc son petite texte où elle nous décrit sa grande-maternité…

Etre maman puis être mamie.
Ma fille que vous suivez sur son blog , a trouvé que ça pourrait être intéressant que je donne mes sentiments sur le Bonheur de devenir mamie alors je sauté sur l’occasion…


D’abord j’ai été une petite fille (car bébé on se souvient pas..) avec une maman présente ,mais un peu distante ,un peu sur la retenue (elle avait ses raisons…)
puis je deviens une adolescente et je rencontre la vie d’adulte puis je fini par
la vivre on ne peut y échapper.
On se fait des projets de vie et moi mon 1er projet était d’être maman.
Dès que j’ai rencontré Antonio j’ai su qu’il serait le père de mes enfants enfin du moins de mon enfant, car Debohra me suffisait pour être parfaitement heureuse.
C’est vraiment ce que je pensais et je l’ai aimé à n’en plus finir je souffrais de la poser chez qui que ce soit même chez ma maman… On l’a gardé pou nous, presque en nous avec son père, pendant 2 ans !!!

Une personne très proche et professionnelle m’a expliqué qu’il fallait que je lui laisse l’opportunité de vivre pour elle alors j’ai lâché prise et plus tard j’ai été parfaitement prête pour accueillir Laurène et pour l’aimer autant que possible.
Tout ça pour dire que devenir maman, même si on est prête ,qu’on en rêve et
bien c’est pas facile… on cherche, on tâtonne et on se trompe alors on
culpabilise !!!


Lorsque mes filles étaient chez ma mamans, je les trouais libres, elles n’avaient plus à me satisfaire elles vivaient pour elles seules, mais cela je ne l’ai vraiment compris que lorsque je suis devenue mamie….et que maman est partie.
Roméo a bousculé tous mes codes : de rangements, de patience, de règles et de
satisfaction.
Mes petits enfants peuvent laisser le bazar, peuvent mettre 3 jouets sonores à fond, peuvent vouloir manger plein de sucreries, peuvent tout
me demander.. comme j’ai changé !!!

Je regarde les traces de leur mains sur mon miroir je ne souffle pas je souris, c’est un souvenir d’eux chez moi.

Mon but est de les satisfaire alors que j’attendais l’inverse de mes filles et
d’ailleurs encore à présent, j’en ai conscience.

Nos enfants, nous leur mettons de la pression sans le vouloir juste par amour. Nos petits enfants on n’attend rien d’eux, on veut juste qu’ils soient heureux chez nous et se forgent de magnifiques souvenirs.
Un de mes petits fils veut que je saute sur mon lit plus haut que lui, j’ai mal au
genoux, sauter sur les lits fut interdit pendant 30 ans, et mon lit n’est pas très
costaud et bien tant pis je saute et il m’a même dit que j’étais la championne.


Mes filles me reprochent que plus j’ai les enfants moins je suis contente …
C’est pas du tout ça, c’est que je ne suis jamais rassasié de ces amours, j’ai
toujours faim d’eux !!!

Le Cœur a cette immense faculté de s’agrandir sans que je m’en rende compte.
On pourrait dire… bon voilà le 4ème, on est rodé. Mais NON le 4ème on le
dévore aussi. On court après le temps avec eux, on entasse tout leur mots leur rire leur tendresse, on collectionne les souvenirs . On ne leur apprend rien. On sait juste que le temps passe tellement vite qu’il faut s’arrêter lorsqu’ils sont là.
A 30 ans je ne le savais pas, je ne m’arrêtais pas, je courais et répétais « habilles-toi », « laves-toi », « fais tes devoirs ». A 55 ans en étant mamie je leur dis « mamie va t’aider à manger », « à te coiffer », « à t’habiller », « à faire tes devoirs » et puis si rien de tout ça n’est très bien fait à 55 ans on sait que c’est pas grave ….

Etre mamie c’est un peu comme recommencer à etre maman ,sans angoisses, sans attentes et avec 48 ans d’expérience de vie .
Moi qui est été enfant unique je remercie la vie de me gater de ces trésors, ils me font vieillir sans crainte, ils me poussent à ne pas vieillir d’ailleurs !!!
Il me font voir la vie en rose !!!
Je me suis posée la question récemment de savoir pourquoi il faut toujours que le Papi ou moi nous cherchions à qui ressemble Roméo (je prétends qu’il a beaucoup de mon papa), Mona (on dit qu’elle me ressemble), Matis (Papi dit qu’il a son caractère ) Loni (on cherche encore). Ben j’ai trouvé: ainsi on est sûrs de ne mourir jamais, d’être toujours en nos petits enfants et même dans nos arrières petits enfants…
Mon projet est immense : je voudrais voir Roméo papa… Mona c’est possible, Matis je le souhaite et pour Loni j’aurai dans les 85 ans oui oui c’est possible. J’y crois.

Fabienne

42 réflexions au sujet de « être mamie…. »

  1. Tellement beau ! En revanche je ne suis pas tout à fait d’accord quand vous dites  » On ne leur apprend rien.  » Je crois qu’au contraire, nos enfants apprennent beaucoup de leurs grands-parents, surtout quand ils entretiennent de si belles relations. Comme vous dites, c’est très différent de la relation que l’on peut avoir avec ses propres enfants, mais elle n’en reste pas moins forte et intense. Je trouve toujours mes enfants grandis lorsqu’ils reviennent de vacances chez leurs grands-parents. Avec eux, ils font des choses qui sortent de l’ordinaire, de leur quotidien, et c’est hyper enrichissant.
    Merci pour ce beau témoignage.

  2. Très bel article!
    Je regrette beaucoup que ma maman n’arrive pas à trouver ce plaisir-là avec mes filles… Trop angoissée, bien plus stressée par ses petits-enfants que ce qu’elle l’a été avec nous ses enfants. Elle fait les choses à l’envers, c’est comme ça, tant pis.
    Merci de partager ces mots, j’espère que je serai moi aussi une super mamie comme ça quand le moment viendra!
    Belle journée

  3. Un texte très touchant, et vrai en tant que parents on ne prend pas assez le temps … J’espère devenir l’une de ses mamies qui affectionnent leurs enfants devenu adultes et donnent bcp de temps a leurs petits enfants et je suis certaines comme ta maman le raconte que l’on est tellement différents et en même temps ca apporte bcp en tant q maman/mamie. Et juste un pt important a rectifier ds de si belles relations les gd parents apportent bcp !!! 😉

  4. ça suffit hein ! Je reviens sur mon commentaire précédent et je crois bien que je vais arrêter de lire ton blog … j’en ai marre de pleurer en lisant tes articles …
    Bon, ok je vais continuer …
    Bravo pour ce très bel article.
    Je me dis que c’est à moi de lâcher prise avec ma mère. C’est une vraie mamie qui leur passerait tout et je sais que parfois elle se retient car elle a peur que je lui reproche ….
    Merci à ta maman. Promis, à partir d’aujourd’hui je laisse les mamies faire n’importe quoi !!!

  5. Très joli témoignage ! Ca donne envie de lâcher un peu plus en tant que Maman. J’aime bien quand elle dit que ce n’est pas grave si l’enfant ne sait pas encore se laver, s’habiller… En fait, ça finit toujours par arriver un jour ou l’autre. Ta mère nous donne une leçon de patience !

  6. Un joli texte qui m’a tiré quelques larmes et qui me fait réfléchir sur le temps perdu pour des broutilles…
    Mona vous ressemble, c’est vrai !

    Merci pour ce regard de Mamie, je suis certaine que c’est un bien joli rôle et j’espère le vivre un jour.

  7. Vraiment très jolie texte. Il m’a mis plein de papillons dans le ventre…..et me donne envie de réfléchir un peu plus sur mon rôle de maman.
    Merci Fabienne

  8. Bravo Fabienne ! Quel recul vous avez pour pouvoir analyser tout ça, bravo. C’est très emouvant de vous lire, on sourit les larmes aux yeux
    🙂

  9. Très beau texte, j’ai les yeux tout humide.
    Ça me fait réfléchir sur ma relation avec ma mère et avec tous les reproches que je lui fait sur le fait de tout céder et de ne pas laisser leur place aux enfants, ou de vouloir toujours les avoir.
    Merci

  10. Cet article est très touchant. Je retrouve beaucoup de mes parents dans les mots de ta maman. Promis, la prochaine fois, qu’ils les gâtent un peu trop, je sourirais au lieu de soupirer 🙂

  11. Ouah !! C’est un très beau texte..et je suis comme toi je râle souvent car ma belle-mère les laisse tout faire, les gate trop. Je suis plus indulgente avec mes parents…. mais avec le point de vue de ta maman, je comprends certaines choses. Et elle a raison dans ce qu’elle dit. On a pas les mêmes exigences avec nos enfants qu’avec nos petits enfant… et je vais essayer de lâcher prise un peu moi-même… merci pour ce très bel article…

  12. Bonjour et bravo,

    Votre texte est très émouvant et fait remonter plein de souvenir en moi. Mes larmes ont vraiment coulées hier soir pour ma fille qui n’a pas la chance d’avoir de grand mère (une étant décédée et l’autre loin). Merci de m’avoir fait remonter plein de souvenir sur mon papy chéri, il m’a appris plein de chose, l’amour étant le plus important. Merci beaucoup et vous pouvez être fière de se que vous êtes et de se que vous avez donné à votre, vos, filles pour qu’elles en arrivent là aujourd’hui

  13. J’avoue que je serai curieuse de lire dans les pensées de mes parents et beaux-parents à propos de notre fille. Je sais déjà qu’ils sont tombés complètement amoureux d’elle et j’arrive à ressentir qu’ils ne la voient pas assez. Ou plutôt qu’ils ne la gardent pas assez. Car je trouve qu’ils ne profitent pas pareil quand on est tous réunis ou quand ils l’ont rien que pour eux. Cela peut être aussi vexant.
    Je trouve aussi difficile le fait de vouloir faire plaisir aux grands parents en ne pas s’oubliant nous 3. On travaille toute la semaine et les wk sont les seuls moments où on peut avoir de vrais moments de qualité tous les 3 et des fois on peut trouver trop encombrant les grands parents qui veulent la voir tous les wk, des fois on a l’impression de faire que ça d’aller voir les grands-parents. Le samedi matin chez les beaux-parents, l’après-midi chez ma mère et le dimanche chez mon père. Et au final nous qu’est ce qu’on a fait du wk ? Ba rien. As-tu été confronté à ce pb ? As-tu trouvé un équilbibre ?

  14. Quel beau témoignage de vie! les mots de ta maman sont si vrais, que je me dit que j’aimerais bien lire des blogs de mamies et même des témoignages d’arrières grands-mamies, car leur regard est précieux pour l’éducation de nos enfants. Elles ont tant à nous apprendre et cela nous permets aussi de mieux nous comprendre et de renforcer la communication parents-enfants, le lien transgénérationnel…, alors merci Fabienne et Deborah !

    Bises

  15. Quelle bonne idée de nous raconter, à nous les mamans (un peu le nez dans le guidon), qu’un peu plus tard on pourra déguster le plaisir de s’occuper de nos petits enfants ! C’est rare de lire le point de vue des mamies, c’est vraiment une bonne idée, j’insiste ! Merci pour ce texte très beau et très émouvant. Je garde l’idée de légèreté, à utiliser avec mes enfants sans attendre les petits enfants (comme sauter sur le lit, se réjouir d »une trace sur le miroir ou les aider à ranger…). Merci, merci !

  16. J’ai le même prénom que ta maman et presque le même âge, mais je ne suis pas encore mamie…
    juste maman de deux enfants avec qui j’ai été à la fois mère poule et mère cool…à la la lecture de ce très beau texte, je crains donc d’être une mamie encore plus permissive que la norme…je ne doute pas que mon institutrice de fille saura me remettre dans la bonne voie…quant à mon fils, nous avons le temps il n’est pas encore majeur !

  17. Moi aussi je suis mamoune d’une petite fille et bientôt deux et j’adore cela. Je suis maman adoptive de quatre enfants et n’avais donc jamais connu de grossesse et cela a déjà été une grande découverte pour moi (!) j’ai trouvé cela si long 9 mois… j’adore cette petite et elle me le rend bien.
    Ma fille et mon gendre nous la « prête » avec plaisir, on fait plein de choses ensemble, on se promène dans la nature et elle qui est une petite fille de la ville découvre le chant des oiseaux et que les orties ça pique! je suis sûrement plus cool avec elle mais pas tant que ça non plus car elle est un peu « chipie » ce que je n’avais pas connu avec mes propres enfants qui n’étaient pas du tout exigeants. Plus elle va grandir et plus on va pouvoir partager de choses elle et moi, et quand je pense à elle c’est toujours avec tendresse et sourire.

  18. J’aime ce texte, et le fait qu’il soit publié ici. Tu vois, les blogs, c’est pour des textes comme celui-ci que je les lis encore…

  19. C’est toujours difficile de mettre des mots sur des sentiments aussi merci à toutes pour vos commentaires ils me touchent et ce sont mes yeux qui coulent à la lecture de vos mots

  20. Quel joli texte Fabienne, merci ! Mes deux petits-enfants vivent en Irlande et je suis souvent malheureuse de ne pas pouvoir les serrer dans mes bras plus souvent.

  21. Mémé Josette 85 ans passés, à vue cette année sa 20eme arrière petite fille! Et je trouve qu’arriere Grand parent c’est encore autre chose. Mais je fond devant les relations de mes deux enfants avec leur deux arrières grands-parents

  22. J’aime beaucoup 🙂

    Je suis devenue un peu comme ça depuis que j’ai ma 2ème et que je sais que je m’arrêterai à deux. J’ai failli les perdre et moi aussi failli partir 2 fois…
    Du coup je suis devenue assez cool et je me met moins de pression quant à leur education.
    Les fleurs finissent toujours par pousser la tête vers le haut, tourner vers le ciel et la lumière, je leurs fais confiance.

  23. Quel magnifique texte de ta Maman sur son rôle de Mamie ❤️ Elle retranscrit si bien ses sentiments, sa place d’après elle, ses sensations,… J’adore le passage où elle dit ne « jamais être rassasiée, avoir toujours faim d’eux », ce joli passage où, à priori les traces de mains sur les vitres qui devaient la contrarier quand vous étiez petites avec ta sœur, elle avoue qu’aujourd’hui ces mêmes traces la font sourire !!!
    Je retrouve dans ce récit, je pense ce que mes 2 grands-mères devaient plus ou moins ressentir.
    Malheureusement pour mes enfants, il n’en va pas de même… 😢 Ma belle-mère a été une très bonne Mamie jusqu’à ce que son mari décède (mes enfants avaient 3 ans 1/2 et presque 5 ans), son décès a cassé quelque chose chez elle et elle n’arrive pas à s’en remettre. Même si elle n’a jamais été la Mamie à s’asseoir par terre pour jouer aux voitures, lire une histoire ou jouer à un jeu de société, elle partageait de bons moments avec eux, les prenait chez eux, les emmenait avec eux en vacances. J’ai compris avec le temps que toutes ces petites choses que je l’incitais à faire avec mes enfants, elle ne les avait jamais fait avec les siens, donc ça n’était pas naturel pour elle. Malgré tout, ils passaient avec mon beau-père beaucoup de temps avec les enfants (soit chez eux, soit chez nous) et cela leur a au moins permis de créer de nombreux souvenirs. Dorénavant, elle ne peut plus profiter de la vie comme elle a pu le faire auparavant et se sent comme « engluée » dans une sorte de léthargie un peu glauque.
    Quand à ma Maman, nos relations n’ont jamais été très proches et certains non-dits et ressentiments de mes débuts dans la vie d’adulte ont laissé des traces. Nous n’habitons pas très loin (environ 50 km) mais nous ne nous voyons que 3 à 4 fois par an (et encore !). Il y a toujours eu une certaine jalousie de ma part concernant mon petit frère que je trouvais plus protégé, plus choyé de sa part et que je ressens encore aujourd’hui. Il a eu un bébé l’année dernière et j’ai toujours cette désagréable impression que ma Maman s’est beaucoup plus réjouie de cette naissance à venir que pour celle de mes enfants. Elle souhaite passer plus de temps avec lui qu’elle n’a jamais manifesté passer avec mes enfants, semble appeler pour prendre de ses nouvelles alors qu’elle l’a rarement fait pour ses 2 autres petits enfants. Je suis bien entendue très heureuse pour mon frère et mon neveu (d’autant plus que ma belle-sœur a perdu sa Maman déjà de nombreuses années avant que bébé naisse), mais je ne peux m’empêcher d’avoir un pincement au cœur pour mes enfants.
    Mon petit 2ème (mon lapin bleu comme je l’appelle) m’a dit l’autre jour que la vie était décidément trop injuste de lui avoir volé son Papy si tôt (il n’avait que 3 ans 1/2) sans lui avoir permis de créer plus de souvenirs, et que le décès de celui-ci lui avait également volé sa Mamie telle qu’elle était avant 😢😢😢… Que répondre à tout ceci ? Ils évoquent rarement d’eux même leur 2ème Mamie. Je me dis qu’il est de ma responsabilité de les aider à créer ce lien avant qu’il ne soit trop tard (bientôt 10 et 8 ans), mais je crains trop de « souffrir » à côtoyer ma mère tant que je n’aurai pas mis à plat certaines choses…
    Je suis dans l’ambivalence, comme souvent en tant que Maman, de ce que je pense bien de faire et ce que j’arrive à faire…
    Mais merci à ta Maman pour ce très joli partage sur son rôle de Mamie. J’espère être une grand-mère telle que celle-ci 🧓🏻❤️❤️❤️❤️

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.