Rome entre mère et filles

Après Marrakech entre père et filles, voilà Rome entre mère et filles. Comme avec mon papa, c’était aussi nos cadeaux de Noël, ma mère s’est occupé des vols, ma sœur et moi du logement.

Partir fin mars était une excellente idée car les deux premiers jours il faisait vraiment un météo idéale, soleil et doux mais pas trop chaud, parfait donc pour passer tout son temps dehors. Le dernier jour par contre il a plu…

Nous logions dans le quartier du Monti, très bien situé entre la gare et la Colisée et à proximité de tous les centres d’intérêt à pied. C’est un quartier hyper agréable, très bobo, avec beaucoup de friperie, de pâtisseries. J’ai eu un gros coup de cœur pour notre appartement et ce secteur, à la fois proche de tout, mais aussi assez authentique, avec des vrais romains qui y vivent. Voilà le lien de notre airbnb, qui était vraiment canon (un seul bémol, le simple vitrage pour le bruit)

En un saut de puce le premier jour nous étions au pied du Colisée. Comme ma mère et moi l’avions déjà visité, nous avions décidé à l’avance de se passer de la visite. Je vous avoue que c’était aussi plus simple à assumer pour moi auprès de Roméo qui m’en voulait un peu d’aller à Rome sans lui (car il est passionné des Romains). Donc je me suis gardé les sites antiques de côté pour les faire avec lui un jour.

Ce même jour de fil en balade nous avons sillonné une bonne partie du centre, jusqu’au Panthéon, et la Fontaine de Trevi. Nous nous sommes perdues dans les ruelles, nous avons manger des glaces et rigoler. Nous sommes revenus par la Plaza Venezzia et nous arrêtant aux ruines romaines en libres accès. C’était dimanche, il y avait beaucoup de monde, touristes et locaux venus profiter du soleil. Il y avait une atmosphère très chaleureuse et agréable. Plus nous nous approchions de notre quartier, plus nous retrouvions un certain calme très appréciable aussi.

On voulait surtout flâner dans les rues, profiter de l’ambiance sans forcement cocher tous les incontournables à faire. Ma mère et ma sœur n’avaient qu’une chose qu’elles voulaient absolument voir, la Basilique Saint Pierre et la chapelle Sixtine. De mon côté cela ne m’aurait pas dérangé de passer à côté, car je l’avais déjà fait sans véritable coup de cœur, l’article est ici d’ailleurs. Je supporte moyennement la foule et encore moins les lieux conçus pour les touristes donc ce n’est pas mon endroit préféré au monde, sans compter que toute l’iconographie et art religieux ne me touchent pas vraiment. Et puis je ne peux pas m’empêcher d’être gênée d’être dans une basilique où des pèlerins tentent de se recueillir. Bref je ne suis pas vraiment à l’aise avec tout ça. Mais bon, c’était sympa de le vivre avec ma mère et ma sœur qui ne connaissaient pas l’endroit. Après le Vatican nous avons traversé le Tibre et nous nous sommes rapidement retrouvé sur la Place Navonne, puis la place Campo di Fiori.

Le soir nous sommes ressortis voir le Colisée au coucher du soleil, c’était magnifique, j’ai adoré.

Pour le dernier jour, nous avions du temps puisque notre vol était à 20h. On a donc décidé de traîné le matin, de profiter de cet appart que nous avions tant aimé, je suis allée chercher des pâtisseries pour le petit déjeuner, on en a bien profité…. sauf que quand on s’est décidé à mettre le nez dehors il pleuvait. On est quand même partis du côté du Trastevere, ce quartier un peu oublié de Rome de l’autre côté du Tibre. Et c’est vraiment dommage pour la pluie car ce bout de Rome aurait bien pu devenir mon coup de cœur; un marché, des couleurs, des scooters, une carte postale de la Dolce Vita sans chichi.

En ce qui concerne les bonnes adresses, nous avons dans l’ensemble bien mangé, nous avons préféré les restos dans les petites ruelles plutôt que les terrasses devant les grands monuments et cela nous a plutôt réussi, mais pas de là à parler de vrais coups de cœur non plus.

En restaurant je n’ai eu qu’un coup de cœur, dans le Trastevere justement c’est Grazia et Graziella dont on voit quelques photos plus haut, lieu parfait où nous avons pris notre temps puisqu’il pleuvait, nourriture excellente, déco parfaite, service adorable, petit digestif offert: très bonne adresse.

Sinon j’ai adoré la pâtisserie/boulangerie juste en bas de notre appartement; c’est Antico Forno Serpenti. Tout donnait envie et ce qu’on a goûté était délicieux.

A coté de chez nous également, au milieu des différentes friperies, j’ai beaucoup aimé la boutique de créateur Kokoro, des habits fait mains et uniques, découpés devant nos yeux par la couturière et vendeuse. J’aime beaucoup ce style de vêtements, et je me serais bien ramené une robe. Les prix n’étaient malheureusement pas à ma portée mais je ne pense pas que ce soit trop cher, c’est me prix du fait-main.

J’ai découvert à Rome Vestopazzo, une marque italienne de bijoux qui intègre à ces matériaux de l’aluminium recyclé, et qui ds’inscrit dans une volonté de développement durable et de projets caritatifs. Je m’y suis trouvé une paire de boucles d’oreilles que je ne quitte plus, et comme je découvre qu’ils vendent en ligne, je pense passer une petite commande prochainement pour moi et pour faire des cadeaux tant j’adore ce qu’ils proposent.

Voilà pour mes vrais coups de cœur. Sinon ce que j’ai vraiment trouvé surprenant à Rome c’est la lumière et c’est fou car j’avais déjà eu cette impression quand j’étais venue la première fois (en janvier). Lorsqu’on arrive on se sent projeté dans une photo des années 70, je ne sais pas vraiment à quoi c’est du mais je trouve la lumière complètement unique.

J’ai surtout aimé ces trois jours avec ma mère et ma sœur, qui me font voyager autrement, avec beaucoup plus de boutiques et de restaurant, beaucoup plus de soirée maquillage, de Cindy Lauper à fond, d’humour raté, de discussions interminables et d’amour maternel. C’est agréable de se sentir à nouveau « fille de » l’espace de quelques jours, de laisser prendre les décisions, de se faire chouchouter, de recevoir des compliments toute la journée. J’ai aimé retrouver cette intimité des matin en pyjama aux infusions du soir. Et pour finir je veux garder ici ma photo préférée de ce séjour, unes de ces photos qui pourraient se faire effacer aussitôt si on n’y prête pas attention. Cette photo je l’adore, c’est le résumé des blagues de ma mère qu’on ne comprend que la moitié du temps, et qui nous dépassent l’autre moitié. Donc voilà c’est ma mère morte de rire d’elle-même et ma sœur saoulée qui trouve ça pas drôle! Je rigole là derrière mon écran de la voir, et je suis sure que dans 20 ans j’en rigolerai encore. (Je l’ai mis en fond d’écran de téléphone de ma mère)

6 réflexions au sujet de « Rome entre mère et filles »

  1. Je ne connais pas ta famille mais moi aussi, j’ai rigolé à la lecture de tes mots associés à la dernière photo. Haha ! Le rire communicatif 😉
    Ca à l’air d’avoir été un super séjour comme il fait du bien d’entretenir avec sa famille.
    J’imagine comme ça peut être agréable de redevenir « fille de » quelque temps. De faire un bond dans le passé. De se laisser porter… 😉
    Merci pour tous ces jolis partages,
    À bientôt,
    Charlotte.

  2. Ce genre d’article me fait regretter de n’avoir pas de soeur…
    Ca avait l’air vraiment très chouette!
    J’adore Rome, je crois que c’est ma ville préf de pref’

  3. j’adorerais repartir un WE avec mes deux filles, je l’ai fait il y a dix ans, et on avait beaucoup apprécié, mais pas depuis et ton reportage m’en donne à nouveau l’envie!
    tes photos de Rome mélangées à celles de vous trois, sont superbes! j’adore Rome où je suis allée plusieurs fois, mais là, un gros coup de coeur! pour la lumière, l’ambiance..
    merci du partage
    à bientôt

  4. Quel bonheur de lire tes mots, la complicité avec ta maman (que je n’ai pas), avec ta soeur (que j’ai mais on ne se voit pas assez souvent). C’est magnifique ces idées de cadeaux et de voyage sous un autre angle. Ta maman fait toute jeunette, vous ne devez pas vous ennuyer avec elle ! N’avez-vous pas un seul Romain qui vous aurait dit : « alors, vous êtes trois soeurs en vacances ? » 🙂

Laisser un commentaire