Suis-je écolo-chiante?

Je suis sure que vous voyez ce que je veux dire… non?

écologie

Est-ce-que, si on fait un choix de mode de vie tourné vers la simplicité… voire la sobriété. Si on fait le choix de se débarrasser du superflus, de questionner sa consommation. Est-ce-que, si on culpabilise de nos habitudes ou de nos dérapages… Ben est ce qu’on devient relou?

Je me pose assez régulièrement la question. Et e remarque que certaines situations s’y prêtent plus que d’autres.

Les temps partagés avec les proches.

Exemple, on organise un pique-nique à plusieurs… Pour sûr, la relou qui va faire un message groupé en disant « attention pas d’assiettes et couverts en plastique », ça va être moi. Et puis comme je ‘aime pas paraître trop tyrannique, je vais essayer d’être diplomate avec un « ne vous occupez pas des boissons, je m’en charge »…. comprendre « comme je veux éviter les bouteilles en plastique, je m’occupe des boissons ». Pourtant de mon côté, j’essaye vraiment de prendre sur moi dans de très nombreuses situations, d’éviter les remarques, mais le peu que j’en dis je me rends compte que ça peut être agaçant. Peut être que dans certains cas cela pousse les personnes à réfléchir, mais dans d’autres cas je constate que ça les braque contre nous et notre mode de vie, vite jugé de trop austère.

Le côté moralisateur

Je n’aime pas vraiment ça, et j’essaye autant que possible de respecter les choix de tout le monde (au moins devant eux, car ça peut m’arriver d’être outrée intérieurement). Mais quand on dit un truc faux, là j’ai du mal à me taire. C’est normal en même temps non? Si on dit « c’est pas grave les sacs de fruits et légumes ils sont biodégradables maintenant », « c’est pas grave d’acheter des bouteilles en plastique, ça se recycle », « le bio c’est juste pour vendre plus cher » je me sens obligé de débattre. Et si on me dit « ben c’est pas ma faute c’est celle des industriels » ou « de toute façon même si je change mon mode de vie, ça ne changera rien », je me sens obligée de m’énerver un petit peu. Du coup je suspecte certaines connaissances d’éviter rigoureusement tous les sujets ayant un rapport avec l’environnement pour éviter les discours de la fille relou.

écologie

Les temps des enfants

Je sens souvent un fort décalage entre mes enfants et les autres. Avec les goûters notamment. Avec les cadeaux aux anniversaires des copains, ou même les loisirs. Et là j’ai tendance à vite me sentir relou. Je culpabilise toujours un peu de rendre mes enfants marginaux, d’un part. Et d’autre part je me questionne toujours à savoir si je ne les prive pas de certains plaisir, comme celui du snickers ou du kinder pingui. Je me rends compte que c’est d’ailleurs dans cette sphère, celle de la sociabilisation des enfants où j’ai le plus de mal à assumer mes choix. Par exemple je n’arrive pas à acheter un jouet d’occasion pour les anniversaires des copains, de peur qu’on puisse reprocher quelque chose aux miens. Et pour l’emballage, j’opte pour du tissu seulement si mes enfants sont d’accord.

La question des achats plaisir

Le dernier cas de figure où je me sens relou. Ce sont lors de moments ou je pense m’accorder un plaisir, exemple m’acheter une robe ou un paquet de balisto (oui c’est mon péché mignon) et après je suis tiraillée entre plaisir et culpabilité. Franchement là, je m’agace moi même. J’aimerais savourer le plaisir intact ou alors résister à l’achat, mais cet entre-deux est vraiment inconfortable… Et là je me sens relou!

écologie

Est ce que ce que je vous raconte fait echo en vous ou pas du tout??

Et si vous n’êtes pas du tout tourné vers l’écologie, est ce que vous trouvez les gens qui s’en pré-occupent, chiants?

60 réflexions au sujet de « Suis-je écolo-chiante? »

  1. Bonjour Debohra!
    Non seulement ça me parle mais ça me fatigue aussi, et surtout la grande culpabilité que je ressens très souvent, pour des choses très banales : les goûters non fait maison, les couches jetables, le jouet en plastique qui va arriver à la maison… c’est épuisant.
    Un peu dans le même registre je fais suivre ici un article que j’ai trouvé très intéressant sur ce phénomène et le fait qu’il soit d’autant plus ressenti par les femmes… http://www.slate.fr/story/180714/ecologie-feminisme-alienation-charge-morale
    Belle journée!

  2. Oh oui ça me parle ! Si tu ajoutes que je ne bois pas d’alcool et que j’adore les vieux films sous-titrés, tu vois le tableau ? Il y a d’ailleurs un certain nombre de mes principes non partagés par l’amoureux donc je me sens doublement chiante … et j’ai lancé la démarche au boulot donc je dois être tout simplement maso ! Dans tous les cas, pour moi tout ce que tu racontes là est normal et humain, je fais à peu près les mêmes écarts (anniversaire des enfants surtout) et partage tes doutes. Si tu pouvais le vivre mieux, ce serait tellement + confortable !

    1. HAHA je suis dans ce même cas avec les films en VOST… On me dit souvent que je suis l’intello / écolo du groupe. Mais tant pis, c’est totalement assumé. 😉 Cependant je n’impose rien en dehors de ma maison car chacun à ses convictions. Celles-ci sont les miennes. Je fais attention à ma consommation, je sensibilise mes enfants à ce sujet, après, mon conjoint ne suis pas toujours mais il fait beaucoup d’efforts et rien que pour ça je lui en suis reconnaissante plutôt que de pointer du doigt le négatif (chose que j’ai fait et qui je me suis rendue compte était contre productif). Je crois que plutôt que d’accuser les autres sur ce qu’ils ne font pas ou mal, montrons l’exemple et encourageons les choses positives.
      Comme pour les films en VOST, je n’y suis pas venue seule ; j’y ai été initiée vers 20 ans par un ex passionné de cinéma et depuis, je ne peux plus regarder un film doublé, je trouve cela atroce. 🙂

  3. se qui me dérange le plus c’est le fait d imposer ses choix, d’u coté comme de l’autre!!! cependant je trouve relativement ambigus les « soit disant » écolos de tout les jours mais qui roule en 4*4, faite comme je dit pas comme je fais… Perso j essai de faire du fait maison au repas pour les goûters c’est plus difficile, j achète rarement des bouteilles plastique mais ne fais pas de course en vrac, trop chère et trop loin!!! en se qui concerne les anniversaires des copains j emballe avec des vieux calendriers papiers que les enfants choisissent.

    1. Je suis aussi une écolo chiante je crois :-p
      Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait d’imposer ses choix aux autres bien que je me pose de plus en plus la question « est ce que l’état ne devrait pas imposer certaines choses pour que ça change et vite car nous n’avons plus le temps? » Parfois je baisse les bras face à l’ampleur de la tâche. J’ai l’impression de n’être entouré que de personnes pas suffisamment impliquée et consciente du problème pour que l’état de notre planète s’améliore ou du moins n’empire pas davantage.
      Quand je lis votre commentaire au sujet des, je cite, « soit disant écolos de tous les jours mais qui roulent en 4×4 » je ne peux m’empêcher de faire mon écolo chiante! Vous n’aimez pas être jugé, vous vous sentez bien lorsque l’on est bienveillant envers vous soyez le envers les autres. Aucun geste n’est trop petit et personne n’est parfait! C’est trop facile de toujours pointer du doigts le truc qu’un écolo ne fait pas bien. Cet écolo roule peut être en 4×4 en ville certes c’est inutile mais peut être qu’il a ses raisons, que c’est tout simplement le seul point sur lequel il n’arrive pas à changer ses habitudes mais qu’à côté de ça il fait bien plus que vous! Arrêtons de toujours pointer du doigt la chose mauvaise et regardons tous les autres gestes bénéfiques. Ce n’est pas une course à la perfection. Chacun fait comme il peut, avec ses moyens, avec le temps dont il dispose et aussi selon le degré de sa prise de conscience. Je pourrai retourner la situation envers vous pour que vous ressentiez à quel point c’est désagréable. Ça ne sert à rien de faire l’écolo en emballant vos cadeaux avec des vieux calendriers si c’est pour manger du non bio et en plus sur emballé. De cette manière on avance pas. Vous avez vos raisons qui vous poussent à ne pas consommer en vrac mais votre geste en ce qui concerne les papiers cadeaux et déjà très bien. Ne nous jugeons pas, encourageons nous dans cette démarchez, donnons nous des conseils et astuces pour en faire toujours un petit peu plus.

    2. Je pense qu’il est dangereux de m’aventurer sur la piste des comparaisons. Et même si comme toi certaines « incohérences » me sautent parfois aux yeux, je sais qu’il y a des choses difficiles (voire douloureuses) à changer… regarde moi avec les voyages par exemple. Est ce ecolo de faire 30000 km en voiture pour aller au Portugal? Et d’enchainer avec un A/R en avion? Certainement pas. Suis-je prête à vivre sans voyage? La réponse est pour l’instant non, même si j’ai conscience des désastres climatiques que cela engendre..

  4. Haha ! Je t’avoues que c’est un peu le même ressenti que j’ai… J’entends beaucoup de phrases où je ne peux pas me contenter de hocher la tête : « de toute façon c’est pas ta bouteille en verre qui va changer quoi que ce soit », « de toute façon le bio c’est juste pour vendre cher »… Et toutes celles que tu recenses ! Moi aussi, j’ai besoin de défendre mes idées.
    En tous cas, je pense que je passe pour « la chiante » à des moments. (Rajoute à cela que je suis végétarienne et que je ne bois pas d’alcool hahahahah !) Mais au final, je m’en moque un peu. Je suis en paix avec moi-même et c’est important. Et j’espère que je sensibilise autour de moi. Pour autant, je n’impose jamais mes choix. Chacun fait comme il veut 😉

  5. Je me reconnais bien dans ces citations. Pas plus tard que ce we pendant un apéro, je parle de mes démarches de bébé « licorne » (fait maison, plus de vélo pour les petits déplacements, moins de plastique,…) et voilà le débat qui commence avec au final la phrase qui tue: tu ne vas pas devenir véganne en plus?? comme si le souhait de faire des gestes pour la planète (ou de discuter autour de l’écologie) était un statut à défendre! Bon heureusement que la maîtresse de maison me suit sur pas mal de choses, mais l’Homme lui plane bien au dessus… dommage.. Mon homme lui adore les apéro chez eux car c’est chips, boissons gazeuses, saucisson emballé et j’en passe…alors c’est fête pour lui !!

    Allez les licornes, on continue à faire ce que l’on peut!

  6. Alors thème par thème :
    – le pique-nique, ça m’hérisse de voir les kilomètres de cellophane et de papier aluminium (deux choses que je n’utilise pas). Pour les boissons, par goût on n’achète que des jus bio en bouteille. L’eau, c’est forcément en bouteille (vieille tuyauterie collective avec coloration douteuse). Cristalline reprenant les bouteilles 0.01 € sur le parking Auchan, je pense quand même qu’elles sont recyclées.
    – les sachets : je prends ! ils me servent de sac poubelle et en ville pas de poules donc ça évite que le sac en papier ne se transperce et coule dans tous les étages.
    – les enfants ? notre fille est en totale décalage pour tout (prénom, alimentation, loisirs) et elle en tire une grande fierté du haut de ses 8 ans. Elle se défend de s’en contrefoutre de ne pas aller dans un fastfood, ni de faire du shopping ou avoir des jouets débiles.
    – les achats : là ça se gâte. Fringues, déco … mais on n’en achète pas à tour de bras non plus.
    Après j’achète des futilités sur aliexpress en me disant que je ne vais venir que la quantité désirée et que le reste ne finit pas à la benne (tu verrais ce que jette chaque soir Primark c’est consternant !).
    Ce n’est pas sur le plan écolo que je dois être la plus relou. – riiires –
    Mais sur le plan culturel (cultures artistiques, scientifiques, historiques, gastronomiques …) j’ai l’étiquette intello-chiante de service avec une pauvre gamine qui subit. J’ai tout de même tenté le « qu’avez-vous prévu de faire ce week-end pour les journées du patrimoine ? auprès du voisinage et des parents d’élèves. Le vide intersidéral … comme d’hab’ ! Ca me navre que les gens ne soient pas curieux.

    1. Ah j’adore ton comm. sur les journées du patrimoine!! ici l’instit a fait l’effort de mettre le programme dans les cahiers… j’espères que certains parents ont eu une illumination!

    2. Ah la culture… ici dans notre village c’est foot/ jeux vidéo, quand tu dis que tu as fait autre chose de tes week-end tu deviens la perché de service…
      Cela dit les deux sont lié car pour s’intéresser à l’environnement il faut un peu de curiosité…

  7. Oh la la mais je me retrouve totalement !

    Je le ressens dans nos choix écologiques surtout quand on me parle de recyclage (le recyclage c’est quand même un vaste fumisterie qui vise surtout à décomplexé le consommateur et l’inviter à continuer de consommer en se donnant bonne conscience) et tout ce qui touche au protection hygiénique ou au couche lavables (genre quand on me dit que c’est des trucs du temps de nos grands mères…) et aussi et surtout sur l’alimentation. Je suis totalement relou sur la cigarette également !

    Mais ce sentiment d’être relou je le ressens en réalité dans tous les choix de vie que je fais qui ne sont pas dans la norme de notre société comme l’accouchement physiologique, l’allaitement, le portage qui sont des sujets qui me tiennent tellement à cœur que je me transforme souvent en hippie hystérique ! J’ai toujours peur d’être à la limite de l’intolérance. Du coup je travaille sur moi pour me dire que ma vérité n’est pas celle des autres et que chacun fait les choix qui lui conviennent. J’ai quand même l’impression parfois que les gens ne se renseignent pas, ne lisent pas, ne se questionnent pas et c’est ça pour moi qui est vraiment problématique. Je pense que la vrai liberté c’est de faire ses choix en total conscience !

    1. Oui je crois que c’est ça qui m’agace le plus, cette tendance à choisir le confort de l’ignorance…. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est notre culture et les choix polito-sociaux qui ont créés ça… tu rognes sur l’instruction, tu abrutis les gens à base d’addictions en tout genre… je parle des légales (TV, cigarette, téléphone, sucre, alcool), tu obtiens un parfait bourrage de cranes et des générations de petits moutons. L’instruction et la culture ça devrait être au centre de nos vies, c’est quand même ça qui nous rend LIBRES! Bref

  8. Bonjour.
    Comment ne pas laisser un commentaire ? En lisant ton texte, j’ai eut l’impression de l’avoir écrit. C’est tellement çà ! Le nombre de fois, où, j’ai l’impression d’être soit une ovni, soit la casse pied de service celle qui empêche les autres de vivre « comme tout le monde ». J’essaye de sensibiliser les autres, petit à petit sans culpabiliser. Car moi aussi, je cède quelques fois même si comme toi, je me sens tiraillée. Pour les cadeaux, je suis passée aux tissus et la plupart du temps, cela ne choque personne, au contraire, certaines mamans réutilisent le tissu. Petit à petit les habitudes changeront et il faut espérer que les lois changeront dans le bon sens. Biz

  9. Je comprend très bien. Moi c’était pareil lorsque j’étais végétarienne pendant 6 ans. Se sentir un peu différente, l’impression d imposer une contrainte dans mes menus lorsque j’etais invitée par exemple …
    Mais moi je n’avais aucune envie d ‘en débattre, c’était plutôt les autres qui me cherchaient la dessus.

    Je pense que oui, tu passes pour la « relou » parceque tu confrontes les autres face à leurs choix à eux. Qui au fond, ne les satisfont pas forcément mais qui n’ont peut être pas envie de se « prendre la tête ».
    Mais continues comme tu le fais, moi je trouve ça très courageux.

    Et pour tes enfants, là je dirai que se serait vraiment les seuls moments, de temps en temps, exceptionnels, de peut être leurs prendre la même chose que les autres, parceque même s’ils savent pourquoi et sont pour tes idées… c’est pas du tout evident à assumer le « regard » des autres à cet âge.
    Moi qui bosse avec les enfants depuis 13 ans, je suis toujours aussi etonnée d’en découvrir parfois un ou une pleurer dans un coin ou aux toilettes parcequ il a été profondement vexé ou blessé par les paroles des autres… (souvent pour une chose qui nous, à notre niveau d adulte, nous parait dérisoire).

    Un peu comme pour une religion, un peu des deux, pour leurs laisser le choix final un jour?

    J ai parfois peur qu avec les enfants on leurs ai tellement servi la même idée un temps, qu’ils en fassent un rejet et ecoeurement au final.. 😉

    1. Oui moi aussi j’ai déjà pensé au rejet/ vouloir faire contre ses parents, et différemment du mode de vie connu… J’essaie vraiment de donner un sens à nos choix pour que ce soit cohérant pour eux mais parfois c’est surtout angoissant pour eux, et culpabilisant aussi!
      Bref ce n’est pas simple du tout

  10. Je suis d’accord avec toi… je suis relou à la.maison parceque mon conjoint ne partage pas toutes mes idées…j’ai fais des bevraps il y a environ 3 semaines…les enfants ont bien compris pourquoi et sont super enthousiastes…mon.conjoint a levé les yeux au ciel genre encore une nouvelle lubie…et je te parle même pas de sa mère qui ne veut toujours pas comprendre que je ne veux plus d’essai tout a la maison et qui m’en ramène quand meme !!! J’ai même viré l’enrouleur mais non elle imprime pas. Elle comprend pas non plus qu’ici pas de vaisselle et de serviettes jetables… je dois passer pour la cinglée de service…mais tant pis….et comme toi si j’achète un truc neuf je culpabilise beaucoup….alors qu’a coté je fais des efforts et de mon mieux pour limiter les déchets…

  11. C’est vrai que dès qu’on fait le choix de sortir de la «  » »norme » » », on a parfois l’impression d’être vraiment relou et que certains nous regardent comme des extraterrestres… Je crois qu’il faut être vraiment à l’aise et convaincu de nos choix de vie, de consommation. Quand j’ai commencé à faire bouger les choses à la maison, j’ai démarrer avec mes propres habitudes. On discutait, j’avançais des idées, des alternatives sans jamais imposer quoi que se soit. La prise de conscience de chacun s’est faîte à son rythme et le jour où mon homme m’a dit qu’il voulait faire du déo, ça a été un super cadeau pour moi. On sème des petites graines et un jour un bourgeon apparait! Pour quelques personnes je sais que je suis la relou mais pour d’autres, à ma grande surprise, je suis devenue celle qu’on consulte pour avoir de conseils et ça engendre de superbes discussions pleine de sens.

    1. Oui ça c’est vrai c’est vraiment hyper gratifiant de constater qu’on a fait réfléchir sur ce sujet. C’est d’ailleurs une raison à part entière de mon partage sur le blog

  12. Ah j’adore ton comm. sur les journées du patrimoine!! ici l’instit a fait l’effort de mettre le programme dans les cahiers… j’espères que certains parents ont eu une illumination!

  13. Ah, mais c’est tout pareil ici…. et si j’ajoute qu’on n’a pas de télévision aïe, aïe, aïe ! Ceci dit, les enfants sont encore petits (l’ainée a 9 ans) et les autres ont plus rigolé qu’autre chose en l’apprenant. Et pour les gouters à la garderie, mes filles sont de parfaites militantes : « attends je te fais gouter un biscuit que j’ai fait hier » et là, les autres enfants sont assez réceptifs. Je pense qu’avoir de la personnalité les aidera à assumer ces différences ou alors ce sera l’inverse ?

    1. Roméo fait carrément de la provoc à l’école: il a affirmé dans sa classe détester la TV (alors que dans a réalité il peut la regarder de temps en temps). Il m’a dit « tu les aurais vu les copains ils en revenaient pas! « 

  14. Je suis totalement écolo-chiante !!!
    On me parle nourriture, je suis celle promeut le fait-maison, qui râle contre les perturbateurs endocrinien,
    On me parle voyage, je ne peux pas m’empêcher de rappeler que le coût actuel des billets d’avion est une aberration par rapport à son coût écologique.
    On me parle du beau temps du week end, je pète un câble sur le réchauffement climatique.
    J’essaie de me raisonner, de le faire avec pédagogie, de ne jamais juger car on ne fait pas tous des changements au même rythme, et que j’ai l’impression que de plus en plus de gens sont au début de la prise de conscience.
    Mais je constate aussi que quelquefois je fuis la pause café ou la pause déj pour ne pas me fâcher avec certains collègues ….

  15. Je me sens relou quand on me fait une remarque du style «t’as vu j’ai apporté des vrais verres» ou quand certaines personnes se justifient «oui ce sont des serviettes en papier mais je dois finir de les utiliser». Bref quand les gens ont le sentiment que je les juge alors que PAS du tout. Je suis même convaincue qu’il faut laisser chacun aller à son rythme. Je ne suis donc jamais dans le jugement.
    A l’inverse j’adore quand on me demande conseil !
    Pour ce qui est des enfants, j’ai procédé de la même manière sans les brusquer ou (trop) les frustrer et ils adhèrent sans gêne ni complexe.
    Enfin, j’ai le sentiment d’être de moins en moins chiante car de moins en moins «à part» et de plus en plus dans une certaine norme qui s’installe (et ça c’est tant mieux !!).

  16. Ah ah oui comme ça me parle!!
    Avec mes proches, je me lâche, même si du coup on va me remettre dans les dents tout ce que je ne fais pas « ecolo ». Et comme toi, je bondis lorsque j’entends des énormités, je n’arrive pas à ne pas réagir… Par contre, comme toi je bloque en société, avec au plus haut niveau les enfants et le boulot. Comment te dire que je bous intérieurement de devoir boire mon café le matin dans un gobelet en plastique, avec une touillette en plastique… J’apporte chaque jour ma thermos de tisane que je remplis ensuite d’eau (oui parce que pour l’eau il y a aussi des gobelets en plastique!), et rien que ça on me regarde un peu bizarrement…
    Au marché chaque samedi, ou dans les magasins, je dois refuser tous les sachets et sacs alors que j’ai toujours un panier ou un tote bag, mais pour moi c’est juste une évidence et j’ai encore l’impression d’être relou!!

    1. Oui moi aussi on ne se gène pas de me faire remarquer quand je fais un truc pas écolo… c’est le jeu! 😉
      Mon chéri a apporté son mug au travail (depuis longtemps déjà) et ça a fait pas mal parlé, d’autres l’ont fait et à partir de janvier il n’y aura plus de gobelet dans sa société, ils offrent un mug (corporate of course) à chaque employé!
      ça me prouve qu’in mini geste peut vraiment changer des choses!

  17. Question qui me porte :
    Pourrai-je regarder mes enfants et petits enfants dans les yeux quand j’affirmerai avoir fait de mon mieux ?
    C’est mon but.
    Pour ma part, je me contente de fièrement montrer mes alternatives et j’adore aussi quand on me demande des conseils.
    Je hurle intérieurement devant les choix de mes proches quand il y a suremballage, produits chimiques, boissons cracras…mais je ne leur dit rien , bon j’avoue 🥺 ce week-end j’ai craqué 😅, j’ai conseillé à ma sœur enceinte de 6 mois de stopper ces produits cracras des toilettes si elle ne voulait pas un bébé à 2 têtes 😱 , ben oui, les grandes sœurs chiantes c’est utile , non ?
    Sinon une alternative aux jouets d’anniv qui marche super bien : faire un bon pour une activité, ils adorent ! Mon fils de 8 ans offre ça depuis la petite section et c’est souvent le cadeau préféré : sortie ciné, bowling, salle de jeux, etc…: moins de biens, plus de liens 😉

    1. Ici aussi, nous offrons autant que possible une sortie aux copains des enfants. Nous organisons aussi des cadeaux communs pour leurs anniversaires, ça fonctionne très bien. Ma fille rêvait de faire un stage de voltige équestre; nous avons donc fait passer le mot aux enfants invités à son anniversaire. Tout le monde a participé à la cagnotte, résultat : une petite fille aux anges et pas de monceaux de jouets à ranger dans sa chambre !! 😉

  18. J’ai souri en lisant ta publication car je m’y retrouve totalement 😂 j’aurais pas mieux dis…
    Ce qui me conforte dans mon choix d’être l’écolo ch… c’est qu’à force d’en parler autour de moi et notamment au boulot j’ai plusieurs collègues qui s’y sont mises… donc j’assume totalement ma position.
    Mais j’avoue que j’angoisse à chaque anniversaire des filles et les Noël 🙈 . J’ai beau essayer le message ne passe pas tout le temps… mais on continue encore et encore 🌿

  19. Je crois pour ma part que j’arrive à peu près à être écolo sans être (trop) chiante. J’évite les débats lorsqu’ils démarrent sur du conflictuel car je trouve que c’est vain. Personne ne change d’avis comme ça!
    Je fais ce en quoi je crois et lorsqu’on me pose des questions, j’explique pourquoi. Juste en faisant ça, j’ai déjà encouragé pas mal de personnes à changer d’habitudes.
    Quand je vois des personnes autour de moi utiliser du plastique à gogo, c’est sûr que ça m’énerve un peu, mais je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps (3-4 ans peut-être) je faisais la même chose, non pas parce que je m’en fichais de la planète (!) mais parce que tout simplement je ne savais pas que l’on pouvait faire autrement…

    1. Oui la plupart des débats un peu houleux sont contre productifs, ils poussent chacun à se retrancher dans son camp… voir à carrément se braquer contre l’autre.
      Par contre certaines discussions sont super enrichissantes et ça c’est génial

  20. Oh la la comme je me reconnais dans ton article!! Je suis la fille chiante a cause de qui l’arrière grand mère n’achète plus d’œufs kinder pour les petits…
    Mais même si sur certains sujets j’ai la chance d’avoir un entourage plutôt compréhensif pour le domaine des enfants je suis comme toi. Je fais des cadeaux d’occasion pour les enfants de mes soeurs car chez nous c’était déjà courant quand on était petit, mais du côté de mon homme ça ne passe pas (j’ai tenté et regretté…).
    Mais bon je persévère.
    Pour tout ce qui est goûter même si j’essaie de ne pas acheter de gâteau industriel je cède de temps en temps car il est vrai que ça fait culpabilisé de dire toujours non aux enfant, mais bon mon grand de 6 ans à bien compris que je suis intransigeante sur certaine chose et surtout pourquoi je le suis (huile de palme notamment).
    Même si on à le sentiment de les marginalisé ce n’est pas le cas on les sensibilisent ils sont notre avenir et après tout on fait tout ça pour leurs futurs…
    Je pense qu’ils comprennent bien mieux qu’on le pense les raisons qui nous pousses à être écolo-chiant, car oui on l’est mais c’est pour la bonne cause 🙂

  21. J’adore ton article. Je ne me sens pas écolo, pour plusieurs raisons. Mais je pense qu’il est important de faire des efforts sur certains points. On me dit souvent que oh toi l’écolo, parce que nous avons des binchotans pour purifier l’eau du robinet dans des carafes en verre, parce que tout le plastique qui peut être remplacer par du verre et fait à la maison, parce que je suis avec un dentifrice solide et une brosse en bambou… je n’achete très peu en vrac car trop loin, j’utilise trop la voiture car à la campagne (premiers commerces à10 km du domicile c’est trop pour moi en vélo) . Enfin bref je n’impose rien et je pense que si on fait ceux qu’on peut c’est déjà donner des idées aux autres. Pour les cadeaux au copains, pour ne pas paraître relou, on fabrique du fait maison.

  22. Bonjour, je ne vois que des commentaires d’écolos qui se reconnaissent « chiantes » donc c’est déjà bien de s’en rendre compte lol mais je ne veux vexer personne!! Et force est de constater que c’est un sujet qui divise dans les familles 😉 J’ai 54 ans et je dois être chiante aussi mais pas la chiante écolo car je n’ai pas été sensibilisée à l’écologie dans ma famille mais je m’y mets tout doucement au contact de mes enfants car ils ne sont pas moralisateurs et savent s’y prendre avec nous!! Ils savent que nous n’avons pas eu cette imprégnation là et que, vu notre grand âge… lol, il faut y aller doucement car en effet les habitudes sont bien ancrées!! Mais il y a beaucoup de choses que je fais depuis longtemps mais en toute honnêteté, pas pour la planète dans un premier temps mais pour la santé en priorité et aussi pour le porte-monnaie!! Et si c’est bon pour la planète alors tant mieux mais je serais malhonnête de dire que mon intention première était de prendre soin de la planète même si je suis consciente qu’elle va mal et que tous ces déchets en mer, ces centrales nucléaires, ces usines polluantes, ces pesticides et j’en passe, tout ça m’inquiète 😉 Par contre, une chose est sûre c’est que ce mouvement écolo est bien amorçé et c’est tant mieux car c’est vous toutes qui avez raison et vous nous tirez vers le haut en nous montrant l’exemple. Les choses vont de plus en plus dans le bon sens mais n’oublions pas de vivre en bonne harmonie et rien ne vaut la pédagogie et la diplomatie 🙂 Je suis sûre que vous toutes avez vu des améliorations et des changements de pratique dans votre entourage et c’est déjà ça de gagné!! Je retourne à mes pêches au sirop de mon jardin bio et à la confection de mon déo solide coco/H.E. de menthe poivrée miam on en mangerait!! 🙂

  23. Bonjour,

    votre texte m’a fait sourire…

    J’avais une amie d’enfance qui était (est toujours ?) comme vous, c’était viscérale !
    Plus d’une fois on s’est engueulé, mais pas que moi, elle s’est fâchée avec ses amis et sa famille. Il y a 8 ans environ, elle a décidé de passer Vegan, sauf, que dans son intransigeance, elle y a mis aussi ses enfants et son mari qui n’étaient pas vraiment d’accord (du coup ils allaient (père et fils) souvent au restau pour faire un vrai repas comme il me disait).
    Et là, c’est parti en vrille… Résultat, en 2013 ils ont divorcé, et ses 2 enfants lui en veulent bcp, les relations sont devenues compliquées…

    Je ne l’ai pas revu depuis cette date, mais je vois toujours son ex-mari.

    Tout cela était d’autant plus difficile, que, de mon côté en qualité d’ingénieur et de scientifique, il y a nombre de notions qu’elle avançait et qui étaient au mieux mal interprétées au pire fausses. Par exemple, vous faite une fixation sur le plastique, qui n’a pas lieu d’être. Le plastique (et d’une façon générale tout les polymères ou dérivés) sont un vrai progrès pour l’Humanité, on en retrouve partout, même dans des endroits que vous ne soupçonnez pas. il sont permis aussi des progrès hygiéniques indéniables, d’ailleurs on en utilise bcp dans les dispositifs médicaux Donc, éradiquer le pastique de votre vie est impossible, et cela le sera toujours, à moins de revenir 200 ans en arrière, ce que vous ne supporteriez pas… Et, paradoxalement, l’usage du verre n’est pas forcément plus écolo, cela dépend des critères pris en compte. Je peux également vous prouvez qu’avec le verre (bouteille nettoyées) vous prenez un risque bactériologique plus important qu’avec le plastique dit alimentaire.

    Sinon sur le fond, les pro-écologie sont particulièrement chiants et souvent (excusez-moi) n’ont aucune culture scientifique concernant ces sujets, ce qui a le dont de m’agacer… Et je préfère les éviter…

    Il y a quelques jours lors d’un dîner d’amis, une jeune femme, comptable, très sympa au demeurant, m’a ennuyé (pour rester poli), avec les prévisions catastrophiques climatiques, je suis en général diplomate, mais là elle nous a vraiment gonflé. Bref, quand j’ai commencé à lui parler d’absorption infra -rouge (principe de l’effet de serre), ou encore des équation différentielles chaotiques (projection climatique), et de lui citer divers travaux sur le sujet qui allaient à l’encontre des théories du Giec qui ont été maintes fois prise en défaut, ça l’a un peu calmé… Mais je ne suis même pas certain qu’elle ait compris, elle se fonde que sur son ressenti et la peur médiatique..

    Bon, bref, voilà…

    En conclusion, lâchez vos amis et vos enfants avec vos convictions qui ont été majoritairement fabriquées. Reste que faire attention à son environnement et conserver du bon sens dans la vie de tous les jours, est largement suffisant.

    1. Bonjour et tout d’abord, merci de l’intérêt que vous portez à mon couple. De mon point de vue, si vos amis ne s’entendaient pas sur un sujet aussi sensible, clair qu’ils ne devaient pas finir ensemble. Dommage pour les enfants, en effet qui n’ont rien demandé, là je vous suis,cela dit.

      Pour ce qui est de votre théorie selon lesquelles ma femme (toutes les femmes ??) est dénuée de savoir scientifique sous prétexte qu’elles gèrent avec ses émotions, je vous invite à vous renseigner sur le sujet car votre démarche ne me paraît pas très scientifique (ni scientifiquement prouvée).

      A ce propos, concernant la science, je travaille moi même dans le milieu scientifique depuis 18 ans (et oui, le temps file…), Dans la biologie (tiens donc, bactéries et virus c’est mon job ! ) et nous utilisons effectivement beaucoup de plastique à usage unique (qui finit incinéré selon la loi, pas dans les poissons) mais la démarche de ma société en matière d’écologie est plutôt louable malgré les contraintes légales auxquelles nous sommes de toute façon confrontés. Le verre n’est effectivement pas stérile si il est lavé à l’eau froide et au goupillon mais l’air que nous respirons non plus (d’ailleurs, nous non plus…). Personnellement, je ne le baladerai pas avec un masque à gaz dans la rue (enfin à part à Pékin peut être…)

      De là à comparer l’invention de la seringue usage unique avec le plastique qui entoure votre morceau d’emmental, il y a un monde. L’un a prouvé son utilité et un vrai progrès scientifique, l’autre finira en Afrique ou dans une baleine (et oui, je suis un scientifique écolo !! Quel monde)

      Bref, tout ça pour dire que la science progresse aussi dans le sens du respect de l’environnement et c’est louable. Il y a des théoriciens qui croient au complot climatique, je veux bien les croire mais leurs études, ne m’ont pas convaincues… De mon côté, je préfère me dire que chaque pas est bon à prendre, aussi petit soit il et qu’être écolo, ca n’est pas forcément être extrémiste. Je ne suis pas vegan mais rien ne m’oblige à manger de la viande à tous les repas. Je roule en voiture pour aller au boulot (souvent seul) mais ma voiture est électrique. Je prends régulièrement l’avion, mais je compense en plantant des arbres…

      Je ne contribue jamais mais là j’avais envie 😁

      1. Bonjour Debobrico,

        tout d’abord merci d’avoir pris le temps d’une réponse. Cela devait vous démanger 🙂 je comprends.

        On va pas refaire le débat, je vous rejoins sur nombre de points. Et je suis d’accord avec vous sur le plastique, n’allant pas faire une thèse en 500 pages, je souhaitai simplement évoquer le fait que de nombreuses personnes rejettent en « bloc » le plastique, sans nuance. Ce qui est un non-sens…

        Après, comme je le disais, faire attention à ce que l’on consomme et ce que l’on jette, c’est du bon sens. Faut juste pas que cela tourne à l’obsession, ce qui est souvent, très souvent, le cas des pro-écolos (bon du moins de ceux que je connais, peut être ne sont ils pas représentatif… ?).

        Il n’y a certainement pas de complot climatique (impossible à organiser), mais, probablement (je ne détiens pas la vérité…), pas mal d’intérêt en jeux. La seule taxe carbone rapporte plusieurs milliards aux Etats, sommes qu’ils devraient sinon financer autrement ce qui serait pour le moins compliqué. Et enfin, il y a des vues scientifiques qui s’opposent, chacun défendant sa chapelle. Mais il est parfaitement faux de dire qu’il y a un consensus, comme on l’entend souvent. J’ai lu des rapports du Giec (bon pas tous…), qui ne sont que des meta-analyses d’études, et, s’il y a des choses pertinentes, on ne peut évacuer qu’il y a des des projections et des calculs très aléatoires. En l’état actuel de nos connaissances, personne, ni aucun système, ne peut intégrer dans une équation tous les paramètres qui influent sur le climat. Donc, on travaille sur des hypothèses, avec des marges d’erreurs d’autant plus conséquentes qu’elles sont loin dans le temps, et qui font des résultats tout ce que vous voulez mais aucunement une certitude. Aucune politique ne devrait se fonder sur ces valeurs, d’autant plus que d’autres laboratoires obtiennent d’autres résultats.

        Bon, allez, j’arrête de vous ennuyer, mon propos est juste de dire que tout scientifique se doit d’être sceptique, et qu’un peu d’humilité dans tout cela serait la bienvenue. Un des mes profs de thermodynamique disait souvent : « si 2 chercheurs ne sont pas d’accord, alors la science avance… »

        Bien à vous,

  24. C’est pas être ecolo chiante, c’est avoir raison avant les autres ! (la meuf pas hautaine du tout hein). J’ai pas mal dnamis autour de moi qui fonctionne comme moi (oui je m’entoure de bobos gauchistes), et pour les autres, je le dis que chacun fait comme il veut chez lui (un peu comme la religion) mais ça ne m’empêche pas d’en parler avec eux « l’air de rien ».
    Et puis quand même ma fierté ce sont mes enfants de 5 et 8 ans qui parlent saisonnalite des légumes et des fruits, celui de 8 ans qui a décidé de devenir vegetarien alors que nous sommes flexivores, celui de 5 ans qui engueule un monsieur dans la rue car il a jeté un papier par terre en lui disant « vraiment t’es qu’un gros pollueur, le fait qu’on se soit tous mis au vélo au quotidien, que le mercredi ils me demandent des ateliers pour faire des produits menagers, etc…
    Et puis quand les autres m’énervent, je me dis que je suis encore loin de l’objectif que je voudrais atteindre, mais qu’on va y arriver.
    Ah oui et sinon je ne regarde que des films en VO, je fais toutes les manif. Mais je bois de l’alcool ! 😂

    1. Le début de commentaire m’a trop fait rire.
      Mais du coup est ce que tu crois que la préoccupation écologique n’est réservé qu’aux gauchos bobo?

  25. Nous aussi nous essayons de faire notre part même si on a encore du chemin au niveau courses sans packaging. Notre plus grosse difficulté c’est le lait. Les enfants et moi n’aimons pas les laits végétaux et on a vraiment du mal a vivre sans yaourt et fromage. Pour le reste on essaye un maximum de ne rien acheter de neuf. Pour les cadeaux d’anniv de copains on essaye de trouver des jouets/jeux encore emballés sur le boncoin, souvent des jouets offerts mais qui n’ont pas plu ou bien en double, du coup notre fils ne passe pas pour le pingre du groupe (mais certe ça n’évite pas l’emballage). Pour les fringues on essaye un maximum de trouver dans les vide greniers ou bien les applis de fringues d’occase (et croyez moi y a de quoi faire). Pour les goûters c’est fruits frais bio du producteur local (oui on a la chance d’avoir des producteurs pas loin et les prix sont equivalents au conventionnel en supermarché, loin des prix exorbitants des magasins bio),plutôt que les gourdes très à la mode de compote d’on ne sait pas où bourrées de sucre ajouté pour la plupart. C’est moins cher et sans emballage. Pour la viande et le poisson on essaye de limiter a 1 poulet entier et 500g de poisson par semaine, le reste c’est céréales, légumes et légumineuses. On essaye le lait d’amandes, mais pas facile de s’y tenir et de remplacer le lait de vache! L’autre difficulté c’est de se passer au max de la voiture. Je vais au boulot (à 30km de chez moi en covoit 3 fois par semaine, en train 1 fois et en voiture 1 fois) mais pour le reste des déplacement c’est pas simple quand on veut aller faire des courses et avec des enfants. On essaye pas trop d’imposer ça aux autres, mais on en parle pour essayer de faire prendre conscience des conséquences de nos modes d’hyperconsommation. Pour les meubles de la maison on a aussi choisi l’occase qu’on a rénové nous même, mais ça prend du temps. Je pense que c’est aussi le rôle des enseignants de passer le message pour que les parents ouvrent les yeux par le biais de leurs enfants. Le changement de comportement prend du temps au début, et puis une fois qu’on a pris une routine ça va. On s’essaye aussi a la lessive de cendre(on a un poêle) et bientôt à celle de lierre…

    1. Pareil le lait est notre talon d’achille. Les enfants adorent ça + celui que j’achète pour les yaourts!!
      En ce qui concerne les enseignants, certains ne sont pas du tous sensibilisé! L’instit de l’année dernière disaient aux enfants qu’elle trouvait les gourdes pas très hygiénique, les incitant à boire de l’eau minérale!! Elle interdisait les mouchoirs en tissu etc!

  26. Bonjour !
    Lectrice de l’ombre depuis des années, je poste mon 1er commentaire car je me reconnais pas mal dans cet article…
    J’ai la chance d’avoir un mari réceptif aux gestes « écolos » : cuisiner maison, local et de saison (pain, yaourt, soupes, lunch box…), compost, produits ménagers et cosmétiques maison (merci d’ailleurs pour vos précieux articles qui plus d’une fois, m’ont aidée à franchir le pas. Dernier en date = le DO maison), vêtements et meubles d’occasion, etc.
    Même si certains de nos amis sont sensibles au sujet, on passe clairement pour les écolos de service.
    J’essaie de ne pas tomber dans le panneau du donneur de leçon mais ce n’est pas toujours évident… et je culpabilise de parfois juger (en mon for intérieur) mon entourage à cet aune là (le pire pour moi étant de découvrir une poubelle pleine de nourriture !!!). Je ne détiens pas la vérité loin de là, et je fais sans doute bcp d’erreurs (ex : nous habitons à la campagne, donc voiture indispensable…)
    Ça fait plaisir malgré tout quand je suis questionnée sur mes pratiques, et j’adore échanger sur le sujet avec d’autres personnes, j’en retiens toujours 1 ou 2 idées supplémentaires pour progresser !
    Bravo à vous et votre famille, et merci pour toutes les bonnes idées recensées dans ce blog !

  27. Non et heureusement. Je pense simplement que se préoccuper de la provenance de la nourriture, de l’impact écologique de nos produits ménages, doit être plus simple quand on a moins à se préoccuper déjà de comment on va faire manger ses enfants.
    Parce qu’il y a un faux discours qui consiste à dire que manger mieux coûte plus cher alors que c’est faux ! Faire ses produits ménagères coûte bcp moins cher aussi. Ne plus fréquenter les supermarchés fait économiser tellement d’argent. S’habiller en seconde main aussi.
    Mais ce discours n’est pas encore généraliser et ne touche pas encore tout le monde. Mais je suis sûre que ça viendra !

  28. Je crois qu’il n’y a pas de blanc ou noir en matière de comportement écologique. Je suis sensible aussi au fait de moins polluer mais tout le monde pollue, de la petite bactérie à la baleine de 30 tonnes.
    Il faut accepter cet état de fait et ensuite il faut adapter sa vie pour ensuite optimiser cette pollution. Qu’elle soit biodégradable ou non.
    Arrête de culpabiliser de vivre parce le message actuel est transmis pour faire culpabiliser. moi je m’occupe de ce blog: https://nettoyer-la-maison.com/le-blog/ j’essaie de rester pratique est aussi respectueux de l’environnement mais on peut pas toujours concilier les deux.
    Mon autre activité est celle ci https://nettoyer-la-maison.com/25-stockage-conditionnement c’est mal oui et non, tout dépend de l’utilisation que l’on en fait et je privilégie le réemploi plutôt que l’usage unique. Je ne commande rien en chine ou en dehors de l’Europe par exemple c’est la base.
    Beaucoup de mes clients ont une démarche « verte » A savoir qu’ils font leurs produits ménagers, leurs recettes cosmétiques donc je produit des déchets en vendant du plastique, mais je permet aussi aux gens de moins consommer de plastique…
    Des commerces en vracs sont aussi des clients afin de sortir du schéma, 1 flacon 1 usage.

    Je me pose souvent la question de savoir si je dois continuer ou pas. Mon activité me permet aussi de changer mon mode de vie, je n’utilise pas ma voiture pour aller travailler.
    Plus que certains témoignage ma vie pro et perso et mes sensibilités écologiques se télescopent et j’essaie de faire toujours un peu mieux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.