[Portugal] Camper dans l’Alentejo

Cette année j’ai volontairement choisi de différer mes articles voyages de l’été. Pourquoi? Parce que en été personne n’est là, tout le monde est dans ses propres vacances, et ces articles qui demandent du temps à la rédaction passent parfois inaperçus.. Là après quasiment 3 semaines de reprise, je vous estime pile poil à point pour une petite dose de soleil et d’été. J’espère que vous me donnerez raison.

De mon côté, c’était juste le bon moment pour me replonger dans ces images. Les dernières semaines ont été un peu éprouvantes, et le Portugal me semble à une éternité. Je n’avais pas vraiment pris le temps de trier mes images, et j’ai retrouvé des petites pépites. Des photos qui peut être sur le coup n’auraient pas attiré mon attention, mais qui là, on eu le don de rallumer chez moi toutes les sensations des vacances.

Je vous amène avec moi dans l’Alentejo, sans doute une de mes régions préférées du Portugal. J’adore les villages typiques avec les maisons blanches, bleues et jaunes, les bougainvilliers qui grimpent, les étendues de chênes lièges, la côtes morcelées qui recèle des plages totalement désertes. Ici je trouve que le tourisme s’est développé dans le respect de l’environnement et des habitants.

Pour cette fois, nous sommes retournés à Melides, comme il y a deux ans. Pourquoi? Pour la plage de Galé évidement. Cette plage est juste sublime avec ses immenses cheminées d’ocre, et c’est la plage du camping. Par contre soyons honnêtes, le camping n’est pas le meilleur du monde. Il est extrêmement bruyant, surtout avec ses surfs camps (oui on est vieux). Les sanitaires de l’espace tente sont bien trop sous-dimensionnés par rapport aux nombre de campeurs. Ce qui signifie qu’on doit faire la queue pour se doucher dans un bloc sale! On a découvert le dernier soir les sanitaires de l’espace camping car qui contient le double de douches…. propres! On avait presque envie d’y rester un jour de plus juste pour profiter de cette nouvelle trouvaille. Le camping était loin d’etre plein du coup nous nous sommes installés un camp immense tout confort avec deux hamacs, plaid, barbecue!

Pour le premier jour,

Nous nous sommes contentés de l’océan et de tous les recoins de falaises de la plage de Galé qui offraient de parfaits terrains de jeux. On y est même retournés en courant avec Roméo pour observer le coucher du soleil.

Pour notre seconde journée sur place

Nous avons passé un bout de matinée à Comporta. Une ville trop mignonne entre océan et lagune, avec ses cigognes de partout et ses allures de repaire de bobos. Après une bonne glace, nous avons pris la direction de la presqu’île et nous avons décider de marcher dans les dunes pour nous offrir le luxe d’une plage personnelle! La balade n’a pas été des plus agréable, mauvais timing c’était les heures les plus chaudes, le sable nous brûlait littéralement les pieds et puis juste les rando en tongs dans le sable ce n’est jamais vraiment idéal. Mais bon dans mes souvenirs, personne ne s’est plaint… à part moi. Le spectacle à l’arrivée méritait bien nos efforts. Une plage immense au sable blanc, une eau turquoise et tout ça rien que pour nous. Après tout ça nous avons déjeuné à 15h, fait la sieste jusqu’à 18h, nous ne sommes pas ressortis du camping, nous avons terminé la journée à la plage. Loni s’est endormi tôt, nous avons ensuite profité d’un long moment avec les grands à observer les étoiles.

Pour le troisième jour, nous avions un vrai programme:

Une journée à Vila Nova do Milfontes et ses environs. J’attendais cette journée avec une grande impatience car c’est un endroit que j’adore et où nous n’étions pas retourné depuis sept ans. Roméo avait alors 20 mois. Depuis à chaque séjour au Portugal nous avions préféré d’autres destinations plus proche notamment. J’aime beaucoup cette ville qui a su garder son charme et son authenticité tout en contentant les touristes en boutiques d’artisanat et restos. Elle se situe à l’embouchure d’un fleuve ce qui signifie qu’il y a une plage fluvial et une plage de pleine mer, ce qui est idéal pour se baigner au calme ou dans les vagues. C’est une destination coup de cœur et je pense que la prochaine fois c’est ici que nous établirons notre camp de base. Du camping nous avons fait 1h de route pour nous y rendre. Nous avons commencé par les falaises d’Almograve qui m’avait laissé un souvenir mémorable et qui étaient fidèles à ceux là. J’étais hyper émue d’être là avec 3 enfants. Nous nous sommes baignés ici sur une plage entre deux falaises. Nous avons ensuite rejoint Vila Nova do Milfontes pour y déjeuner et nous y balader. En milieu d’après midi nous avons repris la route, pour remonter doucement en direction du camping. Nous avons fait une mini halte à la plage de Malhao (mini car Loni dormait dans la voiture, mais c’était très clairement un spot parfait pour terminer la journée): une immense étendue de sable entrecoupée de falaises offrant des dizaines de criques toutes accessibles avec un système de ponton pour ne pas abîmer les dunes. Un lieu vraiment magnifique. L’amoureux a voulu s’arrêter à Porto Covo, une ville où il partait très souvent enfant. Nous avons terminé par une baignade à Sao Torpes. Après cette journée parfaite mais bien chargée, nous sommes arrivés juste à temps pour courir admirer le coucher du soleil.. avec Mona cette fois.

Nous voilà déjà à la quatrième journée.

Nous l’a voulions plus douce après celle de la veille et avant celle du lendemain où nous reprenions la route. Nous avons donc pris le temps de profiter du camp, et d’offrir à Loni la possibilité de faire ses deux siestes journalière. Le matin, un petit saut dans le village de Melides, trop mignon, avec des détours dans les chênes liège. Et une fin de journée à la plage tout simplement, mais en passant par un accès plus confidentiel, nous sommes arrivés sur un morceau de sable totalement esseulé.

Dernier jour, cinquième, celui du retour.

Mais hors de question de ne pas en profiter. J’avais planifié deux arrêts sur le chemin (bis) du retour: deux villes dans l’arrière pays de l’Alentejo. Evora en premier: le chef lieu de l’Alentejo tout de même. C’est vraiment une étape très sympa à faire, la ville est magnifique et connue pour son temple romain, qui a beaucoup impressionné Roméo. Par contre loin de l’océan, il fait ici bien plus chaud. Nous avons donc écourté un peu la visite pour nous asseoir sur une terrasse à l’ombre et prendre un snack. Nous étions juste à côté du temple ce qui nous a permis de l’admirer sous toutes les coutures.

Un deuxième arrêt juste à côté, dans la ville moins connu de Arraiolos. J’avais vu passer ce nom plusieurs fois sur des forum de voyageurs, comme c’était sur notre trajet c’était l’occasion. Ce fut un véritable coup de cœur. Une ville blanchie avec son château au sommet, des ruelles fraîches et piétonnes, une fontaine qui amusée grand et petit pendant de longues minutes. On y est resté un bon moment avec cette impression d’être vraiment trop bien ici. Arraiolos est connue pour ses tapis traditionnels qui sont d’ailleurs très jolis. C’est une destination assez inconnue pour l’instant, elle a pourtant tout pour devenir un lieu instagrammable… venez y vite!

J’espère vous avoir un peu fait voyager pour aujourd’hui. La prochaine fois je vous amène dans le Nord du pays.

12 réflexions au sujet de « [Portugal] Camper dans l’Alentejo »

  1. Merci pour ce bel article complet qui donne envie de voyager! Il m’a rappelait des bon souvenirs m(les falaises et villa nova de millafontes) et il m’a surtout donner envie de découvrir d’autres facettes du Portugal

  2. superbe reportage, merci! les photos sont toujours si belles..
    je sais que préparer de tels billets demande un temps fou et lorsque il n’y a que peu de commentaires et de lecture, ça fait mal au coeur.. c’est pour cela que j’ai ralenti mon blog..
    bonne journée Débo!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.