Les couches lavables à l’usage

Je crois que vous attendiez cet article avec une certaine impatience. Il est donc temps que je m’y mette sérieusement. J’ai attendu d’avoir un peu de recul pour vous faire un bilan le plus complet possible.

Pourquoi les couches lavables?

J’y avais déjà pensé pour Roméo, mais je m’étais laissé trop facilement découragée par les regards étonnés et par mon manque d’expérience et de confiance en moi. C’est d’ailleurs fou qu’il m’ait fallu trois enfants pour assumer mes choix. La raison est double, puisque l’intérêt des couches lavables est à la fois pour la peau et la santé de Loni et aussi pour la planète. Après il y a le facteur économique qui peut entrer en ligne de compte, mais j’avoue que ce n’était pas notre motivation première.

Quelques chiffres pour comprendre:

Un bébé de la naissance à la propreté consomme en moyenne 5000 couches. Ce qui représente la somme de 1700 euros en moyenne. Avec un budget de 120 euros par mois les trois premiers mois. 

Pour un seul enfant, les couches jetables représentent 4,5 arbres, 25 kg de plastique obtenu grâce à 67 kg de pétrole brut. Chaque couche met 500 ans à se dégrader. 

On entend souvent que les couches lavables ne sont pas si ecolo car elles consomment de l’eau à chaque lavage. Sachez donc que 120 m3 sont nécessaires à la fabrication d’une couche jetable, alors qu’une machine à laver consomme 85m3 d’eau (dans lesquels on lave plusieurs couches et même d’autres habits si on le souhaite)

Et je ne parle même pas des produits toxiques et composants volatiles des couches jetables. 

Je ne dis pas ça pour culpabiliser les consommateurs de couches jetables. Ces petits chiffres et informations sont donnés à titre informatif car on ne pourra pas éternellement se servir de l’excuse de la désinformation, mais surtout pour servir de base d’argumentaire à toutes les personnes voulant utiliser des couches lavables et qui doivent sans cesse justifier ce choix.

Comment nous avons commencé? 

Pendant ma grossesse j’ai commencé à me préoccuper du sujet. Ma copine Camille bien mieux calée que moi m’avait fait tout un debrief m’expliquant les différents modèles. Un peu comme je l’ai moi même fais dans cet article. J’ai aussi participé à un atelier à la maison de naissance qui était génial. C’était animé par une sage femme qui avait utilisé des couches lavables pour ses enfants, c’était plein de bons conseils et sans jugement. Cela m’a vraiment permis de « désacraliser » la couche lavable et de comprendre qu’on peut tout mélanger, tout essayer, que la plupart du temps on peut intervertir les marques sans soucis. Du coup à la maison j’ai rangé tous les inserts ensemble sans distinction de marques et je pioche dedans, cela m’a valu quelques bonnes surprises à l’usage.

J’ai acheté plusieurs modèles de couches différents sur des sites en lignes et j’ai mis deux autres modèles sur ma liste de naissance. J’ai commencé alors que Loni avait 10 jours à tester les modèles. Au départ j’utilisais une couche lavable par jour, pour passer en tout lavable à ses deux mois. On a donc fait les choses progressivement, sans se mettre la pression.

Quel modèle utilisons nous?

J’avais entendu dire qu’une fois qu’on avait trouvé le modèle qui nous convenait il fallait acheter tout un lot de ce modèle. Mais je suis contente de ne pas l’avoir fait et d’avoir continué à tourner avec des modèles différents, car ce qui me semblait parfait à ses un mois, ne l’était plus à trois et surtout en fonction des moments de la journées (grosses siestes ou autre) j’aime alterner.

Les seuls modèles que j’ai abandonné sont les couches à poche à insert ou les « toutes en un » car elles nécessitent trop de lavages et ne sont pas les plus efficaces ici. J’en ai tout de même conservé deux dans mon stock qui me servent pour les personnes inexpérimentées puisqu’elles s’utilisent exactement comme les jetables.

J’utilise plutôt des modèles TE2 ou TE3: des G Diapers, des Gladbaby, des Hamac, des Bambino Mio, des Monpetitou, les Close pop-in. Je trouve tous ces systèmes efficaces.

Ce que je trouve le plus simple aujourd’hui sont les couches bien imperméables et évolutives dans lesquelles je glisse un ou deux inserts au besoin. Ainsi à chaque change je ne change que les inserts. Mais ce n’était pas le cas au départ. Lorsque Loni était plus petit j’ai préféré les modèles dits « nouveaux nés » que je trouvais plus adaptés.

Combien ça coûte? 

En ce qui nous concerne et pour être totalement transparente, voilà ce que nous avons dépensé:

Lorsque j’étais enceinte, j’ai fait deux commandes de 50 euros, donc 100 euros au total. (Des bambino mio, des Baba boo, des inserts, et un sac étanche)

Puis j’ai acheté un lot d’occasion à 100 euros (des G diapers, des Close pop-in, des voiles, des inserts, un sac étanche)

J’ai reçu 2 couches en cadeau de naissance, et j’ai utilisé une partie de mon avoir de clôture de liste de naissance pour m’en offrir une troisième. (des Hamac)

J’ai aussi passé une commande des couches faites main pour 50 euros.

Depuis que Loni est né j’ai de nouveau passé deux commandes de 80 euros chacune. Donc 160 euros au total.

Ce qui fait 410 euros au total, dans cette sommes il y a tout, les couches (des modèles nouveaux nés et des modèles taille unique), les inserts, les voiles de protection, mais aussi 3 sacs étanches pour stocker les couches et des lingettes lavables.

J’ai eu la chance récemment de recevoir le kit nouveau né des tendances d’Emma grâce au blog.

Je ne suis pas certaine d’avoir fait beaucoup d’économies au départ, car pendant les premiers mois j’ai aussi acheté des couches jetables (9 paquets depuis la naissance de Loni), et j’ai du ré-investir une partie de mon stock lorsque les modèles « nouveaux nés » n’ont plus convenus. Par contre maintenant, je suis convenue d’en réaliser puisque mon stock est constitué en grande partie de couche taille unique, que je ne vais pas changer d’ici tôt et qu’un paquet de couche jetable me dure deux mois.

Je pense que l’occasion est une super alternative aux petits budgets, car en plus, plus un insert est lavé et plus il est absorbant. Il y a aussi des systèmes de locations qui permettent de tester différents modèles.

Comment nous fonctionnons?

Je prépare les couches à l’avance pour qu’elles soient prêtes à l’emploi à chaque change, elles sont rangées juste sous le plan à langer, à portée de main. Et dans un tiroir j’ai les inserts supplémentaires, les sacs étanches et les couches que je n’ai pas eu le temps de préparer.

Souvent je prépare les couches directement en pliant le linge dans mon panier de linge propre.

Ce que j’entends par préparer, c’est mettre le ou les inserts dans la couche et un voile si nécessaire. Cela peut tout à fait se faire au coup par coup, mais c’est moins pratique avec un bébé qui gigote sur la table à langer.

Les inserts et couches souillées sont stockées dans un grand sac étanche posé directement dans la panière de linge blanc/ clair. Si besoin je lance un cycle de rinçage avant de les laver avec le reste du linge. Il faut savoir que l’urine est stérile et donc ne nécessite pas l’utilisation d’un désinfectant. Pour les selles, l’interet est de les récupérer sur le voile de protection pour le moins possible salir la couche. Si vous ne souhaitez pas utiliser de voiles (puisque c’est un déchet), je vous conseille de rincer immédiatement les selles à l’eau froide et de déposer quelques gouttes d’huiles essentielles de tee tree sur un bout de tissu dans le sac de stockage des couches (pas directement sur la couche). Vous pouvez aussi utiliser un désinfectant comme celui ci,qui est un peu moins cra cra que les sanythol et compagnie. De temps en temps il est bon pour laver tous ses inserts à 60°C avec des cristaux de soude pour « décrasser » les couches.

Ce n’est pas forcement conseillé, mais je passe tout ce qui est possible au sèche linge, ce qui me fait gagner un temps précieux et permet aux inserts de conserver toute leur douceur.

Au final, une fois que la routine est trouvée c’est très simple je trouve.

Et qu’en est-il des lingettes lavables?

J’ai un peu honte mais finalement j’ai mis plus longtemps à passer aux lingettes lavables qu’aux couches lavables. Je ne sais pas vraiment pourquoi, j’avais du mal. Mais j’avoue que le kit des Tendances d’Emma est vraiment très bien fait. Il y a des rectangles simples et des rectangles façon petits gants. Je mets désormais ces rectangles lavables dans le sac étanche après utilisation exactement comme les couches. Je n’utilise que de l’eau pour le change: de l’eau du robinet que je mets dans un flacon pompe. J’ai un petit flacon de liniment en cas de fesses rouges… mais comme en 5 mois ce n’est jamais arrivé, ce flacon est neuf. L’eau est naturelle, sans parfum et sans conservateur, pour moi c’est le meilleur choix pour Loni et l’environnement.

Pour débarbouiller le visage j’ai des petites lingettes comme ça.

Et les nuits?

La nuit Loni porte une couche jetable… oui c’est dommage. D’autant plus que sa nuit dure 12h, donc la moitié du temps il est en contact avec des produits chimiques, ça m’embête. Mais c’est justement parce que ses nuits sont longues que j’appréhende de passer au lavable. Mais je suis convaincue qe je vais y arriver, comme beaucoup de choses, le plus dur est finalement juste de se lancer.

De même il nous arrive d’utiliser des jetables en vadrouille.

Ou trouver tout le nécessaire? 

Il existe beaucoup de sites qui proposent des couches lavables, mais je vais vous parler de ce que j’ai testé.

J’ai passé une commande chez happyhippybaby et chez Brindilles quand j’étais enceinte.

Ma liste de naissance était chez Berceau Magique

Les couches artisanales que j’avais commandées étaient des wua wua.

Depuis la naissance de Loni je n’ai commandé que chez Ecomome. Je suis bluffée par les prix et la rapidité d’expedition.

Enfin les lingettes lavables viennent des tendances d’Emma.

Nos petites astuces? 

Il faut savoir que les inserts neuf n’atteindront leur absorption maximale qu’au bout de 10 lavages, donc ne désespérez pas si vous avez des fuites au départ. Vous pouvez faire tremper les inserts 12 heures dans l’eau froide avant le premier lavage.

Si vous ne souhaitez pas utiliser de voile, vous pouvez acheter un mètre de polaire fine de découper dedans des rectangles. La polaire étant hydrophobe, il suffira de la secouer ou passer sous un jet d’eau pour retirer les selles. Autre avantage du caractère hydrophobe, bébé gardera toujours les fesses au sec.

Pensez bien à rabattre les scratchs qui sinon s’accroche à tout dans la machine et s’abîment.

Utilisez une lessive qui contient le moins possible de glycérine.

La plupart des fuites viennent d’une mauvaise installation. Vérifiez que la couche soit bien ajustée, et surtout que ni un bout d’insert ni un bout de voile ne dépasse, sinon ça dirige forcement l’urine vers l’extérieur.

La sage femme de la réunion nous avait expliqué qu’un tout petit bébé urine plus le matin que le reste de la journée, n’hésitez pas à changer la couche plus régulièrement le matin.

Notre bilan

Honnêtement je ne vois que des avantages à utiliser des couches lavables. Déjà c’est très satisfaisant de ne pas jeter de couche. Au départ je comptais chaque couche économisée pour me motiver.

Du côté de Loni, il a l’air d’aprrecier et n’a jamais eu l’ombre d’une rougeur. Cela ne l’a jamais entravé dans ses mouvements et je crois qu’aux vues de son développement je peux témoigner que ça ne bride pas du tout la motricité de l’enfant.

En ce qui concerne l’efficacité, je suis contente des couches lavables et des modèles que nous utilisons. Il nous arrive d’avoir des fuites mais c’est plutôt rare, c’est souvent du à une couche mal mise, ou gardée trop longtemps. Après il arrive que je ne comprenne pas la fuite mais c’est encore plus rare. Il est par contre vrai que je change Loni plus souvent, je le fais à chaque levé et couché de sieste, ce qui fait un peu plus de change qu’à chaque repas. C’est surtout pour m’assurer que la couche est bien sèche en début de sieste pour que l’humidité ne soit pas un motif de réveil.

Après je ne pense pas qu’on parvienne à un vrai 100% lavable, et ce, même si on passe aux lavables la nuit. Par exemple, juste avant de partir en vacances, entre la dernière machine et le départ, j’utilise toujours des jetables pour ne pas laisser des couches sales dans le panier à linge. En camping également ça me parait compliqué ou même dans tous les lieux de vacances sans machine à laver. Ou alors pire en cas de gastro, en plus de ne pas etre pratique c’est plutôt déconseillé si on veut éviter de contaminer toute la famille.

Si vous avez d’autres questions j’essayerais d’y répondre en commentaire.

41 réflexions au sujet de « Les couches lavables à l’usage »

  1. Bonjour, nous aussi nous avions testé à notre premier, la nourice était ok et les couches que nous avions achetées suenr ebay étaient des tout en un. Du coup j’avais des fuites a chaque pipi. Il fallait que je le change de la tete au pied à chaque fois. Du couo j’ai laissé tomber. A notre deuxième, nous habitions en mobil home pendant la construction de la maison du coup je n’ai pas retenté car ca me semblait compliqué à l’époque les allers retours mobil home – maison pour le linge . Et puis j’y est repensé pour la dernière sans oser sauter le pas. Et puis papa ne me semblait plus motivé. Alors j’ai opté pour les lylydoo. Mais il y a quelques semaines j’ai retrouvé le sac de couches jetables. Je me dis qie c’est un signe et j’avoue que je serais tentée de réessayer. Je pense peut etre pendant les vacances. Et avec tous les noms de marques que tu as cité, j’essaierai d’en trouver d’occasion, et pour le budget et aussi pour le côté écolo, ou d’en trouver à louer pour refaire un essai. En tout cas merci pour toutes ces infos. Ca me remotive à essayer même si Romy a 5 mois. Apres tout il n’est pas encore trop tard !

    1. oh non il n’est pas trop tard, surtout si tu as des couches sous la main!
      Perso, je trouve les couches à poche moins efficaces car j’ai l’impression qu’il y a toujours des fuites qui se créent entre l’insert et le bord de la couche. N’hésite pas à tester d’autres modèles.

  2. Coucou Deb !
    Merci pour cet article très détaillé ! Je me pose la question d’y passer pour bébé 2… alors ça me donne des arguments pour convaincre Mathieu ! Comme c’est lui qui gère le linge…
    Je me demandais comment tu gérais avec nounou du coup ? Tu lui laisse 4/5 couches complètes chaque matin ? Ou juste des inserts ? Elle était d’accord dès le départ ?
    Bisous !

    1. Je lui mets 4 couches toutes faites et je lui ai laissé un paquet de couches jetables.
      Je lui demande juste de me mettre les couches imperméables de côté quand elle ne sont pas mouillées (pas dans le sac de sale) comme ça je peux mettre des inserts propres pour une prochaine fois.
      Je la laisse s’y faire à son rythme, il faut vraiment se familiariser. Oui elle etait d’accord du départ.
      Le surplus de linge pour nous qui sommes cinq n’est pas vraiment significatif.

  3. Coucou !

    Je ne suis plus du tout concernée par la chose, donc je n’ai pas vraiment de question. Mais j’ai travaillé dans le milieu de la couche lavable, je voulais te donner 2 petits conseils 😉

    Comme je sais que tu fais ta lessive maison, tu peux utiliser le savon de Marseille Marius Fabre qui est sans glycérine pour laver tes couches lavables.

    Pour le décrassage, j’ai toujours entendu qu’il fallait éviter les cristaux de soude car ils fragilisent les élastiques et peuvent abimer le PUL (partie imperméable).

    1. tu as travaillé dans la couche lavable, c’est à dire?
      Pour les cristaux de soude c’est pour les inserts, pas pour les couches exterieures.
      Merci pour l’astuce du savon de Marseille.

  4. Coucou Déborah,

    Super cette revue des couches lavables..
    De mon côté, 3 loustics, 3 fois les couches lavables et je ne regrette rien… Comme toi, je n’étais pas à 100% (certaines nuits c’était des jetables, en voyage, etc…).
    Au niveau entretien, ça va une fois qu’on a pris le coup, ce n’est pas une tâche insurmontable en plus… N’ayant pas de sèche-linge, j’ai eu des périodes de transition (entre le début d e l’automne et la fin de l’automne et entre le début du printemps et la fin du printemps : qd on ne chauffe pas et que dehors il fait trop humide pour que ça ne sèche) plus difficile, compensée par un stock assez grand de lavables.
    Pour le coût : je les avais cousues et donc c’était encore moins cher ! (et c’est sympa à coudre)
    Et puis les tissus sont tellement « cromignons » que ça leur fait un petit « arrière-train » à croquer 🙂 🙂 🙂 🙂

    1. Oh bravo pour la confection toi même c’est génial! Tu les as revendues après?
      Ah et tu as raison pour les petites fesses trop mignonnes, c’est tellement plus jolie qu’une couche jetable. Cet été il me faisait craquer juste avec ses jolies couches.

      1. Non je ne les ai pas revendues : je les ai prêtées et après 3 enfants + un ou deux autres d’amies, elles sont bien usées… Sur certaines on voit même la fibre… pour dire :-° J’en ai passé qq unes à ma cousine surtout pour qu’elle voit comment on s’en sert et qq modèles avant d’essayer grandeur nature. *

        Oui c’est ce que je me disais en voyant les photos de Loni, les bébés en couches lavables sont encore + craquants

  5. Coucou. Ici, maman de deux enfants, même si ça m’a toujours trotté dans la tête, je n’ai jamais osé franchir le pas par peur d’être débordée. Dommage que je n’ai pas lu un article comme le tien quand j’étais enceinte: il est très complet et montre que c’est à portée de main… Peut-être que si un jour j’ai un troisième, j’oserai enfin me lancer. Je choisis du coup bien soigneusement les couches jetables de ma puce (exit Pampers par exemple, certaines marques repères sont plus « écologiquement propres »). Et pour compenser je me suis mise aux cotons lavables. J’ai découvert Les Tendances d’Emma, et me suis équipée de carrés de change pour ma puce de 18 mois, et également de coton pour toute la famille (débarbouillage des enfants, nettoyage de mon visage à l’eau micellaire), mais aussi des gants petits format parfaits pour débarbouiller après le repas! Et quand j’utilise du coton jetable (en cas de diarrhée par exemple), dur-dur de jeter: je ne reviendrai effectivement pas en arrière!

    1. Je trouve que le discours ambiant et remarques diverses sont extremement décourageants… c’est pour ça que je voulais apporter mon petit temoignage

  6. Merci beaucoup pour ce retour.
    Ici on est en mixte mais + de jetable quand même ! Quand on voit les économies qu’on peut réaliser, ça vaut le coup de s’y mettre dès le 1er baby ! (Même si je te rejoins, l’aspect financier n’est pas la 1ere motivation !)
    Je ne connaissais pas le site Ecomome, les prix sont intéressants, merci du partage !

    1. Oui mais c’est même interessant pour un dernier bébé, car les lots de couches se vendent très bien d’occas, donc l’investissement n’est pas perdu!

  7. Ton article est vraiment très intéressant. Bébé doit arriver bientôt, j’avoue avoir été tentée au début par les couches lavables mais le papa n’est pas du tout prêt et je n’ai pas envie de gérer seule ce gros challenge. En attendant, ma mère m’a cousu un tas de lingettes lavables, je vais donc commencer par ça. Je retiens l’idée du flacon pompe.

    1. Oui c’est déjà un bon début. Après tu peux t’acheter deux couches lavables et juste essayer, après tout il n’y a pas de petit geste pour la planète, même si c’est juste une couche par jour, moi je trouve que c’est déjà bien.

  8. J’ai acheté un lot d’occasion 50 € pour une vingtaine de couches lavable avec ses insert pendant ma grossesse. Je viens à peine de commencer ce weekend à 3 semaines de vie de bébé car j’ai reçu en cadeau des couches jetable que j’ai préféré utiliser au tout début , le temps de la mise en place de l’allaitement. Finalement je n’ai rien déboursé. Je me suis lancée quand il ne restait que 2 ou 3 couches jetables et qu’il fallait « en racheté ». Par chance, mon conjoint a oublié lors de ses dernières courses, donc c’était LE moment de se lancer.
    Une seule fuite jusque là, mais car la couche à été mal ajustée.
    J’ai aussi ce sentiment de fierté de vouloir le mieux pour mon bébé et pour la planète, à chaque fois que je ne jette QUE le voile surtout avec le caca de nourrison allaité, ça tâche pas mal quand même. Ça traverse. Ma poubelle se remplit moins vite.
    De même j’ai reçu beaucoup de coton pour changer bébé, je peine aussi à démarrer avec les lingettes jetables. Peut être quand je serai à la fin du paquet ? Mdr

    Merci pour cet article ! J’ai beaucoup aimé le précedent également

    1. Plein de félicitations pour ton bébé.
      Bon demarrage en couches lavables, vas y doucement et sans pression et ça va rouler!

  9. Super retour d’experience, très complet! J’ai utilisé des couches lavables pour ma seconde et outre la fierté d’utiliser des couches propres pour bébé et pour la planète, je n’ai pas trouvé le système trop contraignant, avec un minimum d’organisation (sensiblement le même que toi). Ma nounou était également partante, elle a apprécié l’expérience qu’elle recommande autour d’elle! Je n’ai toutefois passé réussi à les utiliser la nuit (trop de fuites avec mes G Diapers). La revente sur Leboncoin s’est très bien passée également.
    Bonne continuation!
    Cécile

  10. Ici on a commencé les lavables quand notre deuxième avait 10 mois. Des évolutives, te2 pour la maison (plus efficaces je trouve, et moins de lessives comme on ne change pas tout à chaque fois) et des te1 pour nounou (plus facile à gérer pour elle, vu que c’est comme une couche jetable). Pour la nuit, on a des couches complètes en bambou, et on ajoute la surcouche imperméable. Juste des inserts ce n’etan’ pas suffisant, surtout maintenant que la puce a deux ans ! Et une petite remarque si jamais tu veux encore reduire tes dechets : on utilise des voiles de protection en polaire, et non, il ne suffit pas de secouer pour que les selles s’en aillent, souvent il faut frotter ! Et pas de culpabilité pour les cas particuliers : ici aussi le dernier jour avant les vacances, en camping ou en van, ou même pour des petites sorties où on n’a pas envie de devoir se trimballer une couche sale, on met des jetables. Je me dis que faire l’effort d’avoir du lavable 95% du temps c’est déjà bien ! Prochain défi, tenter les couches lavables avec bebe3 dès la sortie de la maternité. Si j’ai le courage d’avoir deux paires de fesses en lavables en même temps !

      1. En théorie encore 4 semaines. Mais avec les deux grandes qui étaient en avance, je m’attends tous les jours à l’arrivée de bb3 😉. Pour la nuit on a ça : https://www.eco-bebe.com/couche-culotte/1716-couche-lavable-nuit-bambinex.html. Ca absorbe beaucoup plus que juste des inserts, mais on a quand même des fuites de temps en temps. Un « bébé » de deux ans, qui boit beaucoup d’eau durant la nuit et dort sur le ventre, ça met au défi n’importe quelle couche !

        1. Oui même jetables d’ailleurs.
          Et bon courage pour ces derniers jours/ semaine. Moi j’ai adoré mes derniers mois de grossesse, mes bébés ont du m’entendre ils ne m’ont jamais surpris en avance.

  11. Merci pour cet article, c’est hyper complet. Perso, je n’ai pas osé me lancer pour bébé 1 (car j’imaginais cela compliqué + le Papa peu motivé par les couches lavables). Puis, me suis lancée en partie pour bébé 2 et suis contente de ce choix. J’utilise celles de marque Hamac, trop belles et légères comme tout ! Céleste est en couches lavables à la maison et en jetables à la crèche et en vadrouille. Ça fait du 50/50, c’est tjrs ça de gagné pour la planète et les p’tites fesses de bébé 😊.

  12. Super ce post ! C’est un bon résumé de ce que j’aurai aimé lire enceinte 🙂
    Ici on s’est mis au lavable à ses 3 mois environ, j’ai acheté le lot de départ sur le site de bambino mio et on a mis ça en place doucement … D’abord du TE1 et surtout du TE2. Je me demande si je vais pas ressortie les TE1, peut être que ça remarcherait.
    Au quotidien, il reste en jetable à la crèche et la nuit : beaucoup trop d’urine la nuit et ça débordait à chaque fois…
    Après un an d’utilisation, je suis vraiment très contente des couches lavables, on lui change les fesses plus souvent, et c’est pas plus mal je pense, il reste moins longtemps en contact !
    Même si on n’est pas en lavable 100 %, c’est ça de moins en contact avec sa peau, et autant de déchets en moins pour la planète 😉

  13. Chez nous 100% jetable pour bébé 1 puis pour bébé 2 des lavables (hamac après avoir tâtonné, achetées d’occasion sur le bon coin et neuves sur Brindilles) de 6 mois à environ 2 ans (nuits comprises). J’ai craqué après une énième irritation… Je suis repassée aux jetables que je prenais en magasin bio (Tidoo). Enfin pour bébé 3 qui a 1 mois et demi je me suis abonnée aux couches jetables Lilidoo pour l’instant (mon stock de lavables commence en taille M soit vers 6 mois). Je ne sais pas trop comment je vais fonctionner, je pense que ce sera mixte jetables/lavables. En espérant ne pas avoir de problème d’irritation… En tout cas je ne me mets pas la pression comme pour mon 2ème fils, je me dis qu’à mi-temps ce sera déjà bien. Je ne veux pas réinvestir pour l’instant donc je ferai avec mon stock. Voilà pour ma petite expérience perso!

  14. Merci pour cet article ! Je n’ai pas sauté le pas car je pensais que le fait de les laver consommait beaucoup d’eau mais je ne savais pas que fabriquer une couche jetable en consommait encore plus donc merci d’avoir balayé cette idée reçue!
    Pour ma part, j’ai très vite laissé tomber les pampers quand mon 1er fils est né, suite à la lecture d’un article UFC-que-choisir donnant la liste des couches non nocives. Depuis je n’achète que des couches de la marque Leclerc qui font partie des rares couches jetables non nocives.
    Pour mon 1er, nous avions décidé avec mon mari de le mettre sur le pot dès ses 14 mois pour diminuer au plus vite le nombre de couches. C’est assez fatiguant pour les parents de commencer le pot tôt mais la nounou nous avait suivi dans cette démarche et cela à très bien marché : il est devenu propre le jour à 22 mois. Nous essaierons de faire pareil avec notre 2ème.
    En tout cas ton article m’a donné envie de me mettre aux lavables si j’ai la chance d’avoir une 3ème enfant.

    1. Tu peux encore essayer avec ton bébé, même s’il est plus âgé. Après il y a aussi l’alternative HNI (hygiène naturelle infantile) je ne sais pas si tu connais. Clairement de mon point de vue c’est beaucoup trop contraignant pour le parent, mais c’est un sujet interessant.

  15. Bonjour !
    Moi aussi je m’y suis mise au troisième enfant.
    Le premier, dépression post partum, et le deuxième, grosses coliques jusqu’à 18 mois donc parents épuisés. Mon conseil : ne pas se mettre la pression !
    J’ai récupéré le stock d’un copain de crèche, la maman m’a tout expliqué c’était chouette ! De même à la crèche les enfants sont en lavables et il y a du soutien pour les parents qui le souhaitent.
    C’est bien quand on a la possibilité de poser ses question autour de soi, et de voir comment ça marche en vrai.
    Nous avons aussi des jetables pour la nuit, et en ce moment gros érythème avec la peau arrachée, donc jetables aussi pour assécher la plaie au max.
    Lorsque mon fils en aura fini avec les couches (un jour !), je pense que je les donnerai à la crèche, pour permettre aux parents intéressés de faire un essai en conditions réelles.

    1. oui c’est super d’avoir des personnes avec qui discuter et auprès desquels récolter de bons conseils. Ici ça fait un peu défaut dans mon entourage

  16. Je suis bien contente d’être citée dans un de tes articles 😉

    Je pense que tu es plus experte que moi maintenant. Ici le bilan est un peu mitigé. Ce week-end on a eu une fuite à quasi chaque couche. Le problème c’est que je n’arrive pas a savoir d’ou viennent les fuites. Est-ce que c’est les inserts, le positionnement, les vêtements qui sont trop serrés, le modèle de couche qui ne convient plus ? Du coup je suis un peu découragée parce que c’est un peu pénible de devoir changer pantalon et body à chaque fois.

    1. Oh oui c’est trop pénible les fuites. Moi j’en ai systematiquement avec les modèles à poche comme tu utilises, j’ai l’impression que l’humidité s’infiltre entre l’insert et les goussets des cuisses. J’utilise des modèles de culottes bien imperméables avec des inserts et je n’ai plus jamais de fuites, ou les pop in que je trouvais bien trop grosses quand il était petit, maintenant je les trouve parfaites. Essaye peut etre d’autres modèles. Je trouve qu’en grandissant les modèles adaptés changent.

  17. Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article, J’ai moi même mis du temps à passer au lavable et pour bb2… (comme beaucoup un gros déficit de confiance pour le premier bb…)
    Il faut savoir que les communautés de communes ou les SIVOM prêtent parfois un jeux de couches pour essayer différents modèles (ici pour 6 mois).
    Donc j’ai fait le premier pas comme ça mais j’ai eu beaucoup de fuites aussi… et finalement alors que mon bébé à 18 mois, j’ai investi (pop in) et vive le double gousset!! plus de fuites.
    Et aussi vive les scratchs pendant qu’on y est (en pensant bien a les refermer pour le lavage).
    Après des appréhensions (et sans le dire à mon mari) j’y suis passé aussi la nuit et tout se passe bien.
    Bon par contre avec la crèche pas questions d’amener bb avec une couche lavable, donc couche bio (comme j’en achète moins je peux mais c’est vraiment plus chère).
    Si des mamans on des conseils pour la crèche…
    En tout cas ne vous laissez pas décourager et surtout pas de culpabilité.

    1. oui le double gousset c’est magique.
      Moi aussi je préfère les scratchs mais je crois que ça dépend des personnes, mon amoureux préfère les pressions par exemple.

      1. Ah juste un petit truc, pour celle qui n’ose pas se lancer dans les lingettes lavable, avant d’invertir (ou à la place), faites le tour des placardes des mamies, tantes..etc pour dégoter des gants de toilettes que plus grand monde utilise, ça marche très bien.
        C’est aussi très facile a coudre, moi c’est comme ça que j’ai commencé la couture.

Laisser un commentaire