Ne pas connaitre le sexe.. ça change quoi?

Je ne sais pas si vous avez cette information, oh combien capitale, qui est que pour ce bébé, nous n’avons pas demandé à connaître le sexe. Et c’est un choix qui interroge pas mal, un peu autour de nous, mais surtout sur la toile. Alors j’ai décidé de consacrer un petit article à notre ressenti et les réactions autour de nous à ce sujet.

Tout d’abord il faut savoir que pour Roméo et Mona nous avions demandé le sexe et qu’en toute honnêteté cela me semblait essentiel de savoir. Les personnes qui parlaient de « garder la surprise » m’agaçaient un peu car pour moi la rencontre avec son bébé tout neuf était déjà une sacrée belle surprise… C’est dire si je comprends bien les personnes qui restent perplexes devant notre choix. Et d’ailleurs j’ai trouvé indispensable de le savoir. Pour Roméo j’avais clairement une préférence pour une fille et j’ai été bien contente d’avoir 4 mois à me préparer à accueillir un garçon. Pour Mona, j’avais besoin de savoir comment allait être composée cette nouvelle famille de quatre. Mais alors pourquoi? C’est une idée qui a germée alors que j’étais enceinte de Mona. Cela a commencé par une phrase anodine balancée à mon amoureux avant l’echo du second trimestre « si c’est une fille et qu’on fait un troisième on pourrait garder la surprise non? ». Et il s’est trouvé que justement Mona était une fille. Je ne sais pas pourquoi cette idée m’a finalement autant séduite, mais petit à petit je l’ai trouvée de plus en plus chouette. Et lorsque je suis tombée enceinte, c’est un sujet qui est revenu sur le tapis. Tout d’un coup l’amoureux semblait moins emballé. Et puis bon il a fini par céder en me faisant une jolie/ gentille carte ‘bon pour ne pas demander le sexe à la prochaine echo »… c’était beaucoup trop mignon!

Les craintes que nous entendions le plus souvent concernaient les préparatifs: la chambre et les petits habits. Comme nous avons eu un garçon et une fille nous avons des habits pour chaque sexe à la maison, et en faisant le tri je me suis aperçue que finalement l’un comme l’autre pour les premières semaines j’avais privilégié des tenues simples et confortables parfaitement mixtes, beaucoup de blanc, beige, gris, de combi tricot, sarouel, leggings…

Pour la chambre, nous avons déjà une chambre bleue et une chambre rose à la maison… oui on est des vrais clichés! Donc de toute façon j’avais envie d’autre chose. Ces deux aspects n’ont donc pas du tout générés de frustration pour nous.

Ce qui s’inquiétait plus c’est d’avoir du mal à me projeter, surtout que cette grossesse a été dure à investir. Pour les deux précédentes j’avais eu l’impression que connaître le sexe apportait une dimension supplémentaire qui aidait à envisager l’arrivée du bébé. En réalité je crois que pendant le sixième mois, sexe ou non il y a quand même quelque chose qui se dénoue, quelque chose qui devient plus concret et qui clairement force à se projeter. Le corps de la maman est comme tout d’un coup trop imprégné et on est obligé de prendre pleinement conscience de se qui se joue. Donc ma conclusion c’est que le cap se fait même sans savoir le sexe. Par contre c’est peut être effectivement moins facile pour le papa qui reste extérieur à tout cela. Mais si on y réfléchi bien se projeter avec une fille ou un garçon ça ne change pas grand chose.

Et les autres? Dans mon entourage j’ai trois copines enceintes en même temps que moi qui ont fait le même choix que nous et nos ressentis face à l’extérieur sont différents. Celle qui subit de le plus de pression, pronostics sur le ventre etc, c’est celle qui attend son second bébé, c’est logique d’après moi car il y a une très forte attente concernant le fameux choix du roi! Je me souviens d’ailleurs du bonheur des personnes à qui j’annoncai que Mona était une fille, c’est encore une sorte de réussite sociale d’avoir un garçon ET une fille. Pour celle qui attend son premier, il y de l’impatience mais moins de pression, et alors pour moi qui attend un troisième il n’y a plus ni impatience ni pression!! Ce serait très différent j’en suis sure si nous avions 2 filles ou 2 garçons, mais dans notre cas de figure il n’y a aucune pression sociale concernant le sexe de ce bébé à venir. Autour de nous il y a des préférences, surtout de la part des mamies, puisque les 2 derniers petits enfants ont été des garçons, elles voudraient maintenant une fille! Mais à part ça je n’ai eu aucun pronostic de sexe sur la forme du ventre, ni sur autre chose genre « tu manges des cornichons ça sera un garçon » ou « tu n’as pas eu de nausées, ça sera une fille » etc. Je crois honnêtement que ça indiffére « les autres »… et je trouve que c’est très bien comme ça. C’est d’autant plus facile à vivre pour nous.

Et pour ce bébé? Je trouve que c’est quand même génial d’arriver dans ce monde pour ce bébé, sans aucune attente. Cela doit être chouette d’être un bébé qui va combler toute une famille peu importe qu’il soit un garçon ou une fille. Et puis c’est quand même super de ne pas projeter des choses genrés sur ce petit être à venir. Quand déjà j’entends que le gris ça fait garçon, le doré ça fait fille, un arc en ciel ça fait fille et un nuage garçon…. je me dis qu’on enferme sacrement nos enfants dans des carcans sexués et ce même avant qu’ils naissent, ça en est assez flippant, alors si on peut offrir un peu de liberté à ce bébé ça me rend plutôt heureuse.

Et les grands? Je crois que finalement c’est eux qui auraient pu le plus me faire douter de ce choix. Car s’ils avaient eu une préférence très marquée ou au contraire une crainte, je crois que j’aurais demandé pour avoir le temps de les rassurer, les préparer. Mais il se trouve qu’ils n’ont aucune préférence! Je crois même qu’ils aiment bien cette idée de surprise!

Et vous? Allez vous, vous en pensez quoi? C’est un choix que vous auriez pu faire? Et vous avez un pronostic à nous faire??

45 réflexions au sujet de « Ne pas connaitre le sexe.. ça change quoi? »

  1. Pour ma dernière grossesse éclair nous ne savions pas et j’ai préféré parce qu’avec trois garçons derrière, les gens ne m’auraient pas lâché, déjà que là ils ne me lâchent pas 😉
    Moi je trouve que c’est un tres joli choix et ça montre bien qu’on attend juste un enfant et qu’on ne projette rien ni sur un sexe ni sur l’autre

  2. Trois enfants, trois surprises. Grossesse 1: sûre dès le départ que c’était une fille, mais pas envie de le crier sur les toits(après tout, je n’ai jamais eu d’enfants), c’était une fille – grossesse 2: je changeais d’avis tout le temps, le jour J on était sûrs que c’était un garçon, et ça l’était – grossesse 3: certaine à 100% que c’était une fille tant ces 9 mois ont ressemblé à ma première grossesse et puis c’était un autre petit gars 😉

    Essais grossesse 4 en cours. Au point où on en est, on va certainement se garder la surprise, mais j’avoue qu’on aimerait tous les deux avoir une deuxième fille ^^

  3. Je suis sur la fin de ma 2e grossesse et j’avoue que, comme toi pour les 2 premières, nous n’avons pas envisagé ne pas connaître le sexe. D’autant qu’on s’était un peu mis en tête que ce serait une fille (ah, le fameux « choix du roi » !) et que ce sera en fait un 2e garçon. Nous nous sommes très bien fait à l’idée finalement, mais il était nécessaire de la savoir à l’avance je pense pour mieux se projeter. C’est important aussi je trouve pour mon aîné, qui attend maintenant avec impatience son « petit frère ».
    Après, dans le cas d’un troisième, avec déjà un garçon et une fille, effectivement, la surprise est envisageable 😉 Et garçon ou fille, ça reste un magnifique cadeau de la vie !

  4. Pour mes 2 premiers j’aurais été incapable d’attendre, ne pas savoir..le premier j’avais vraiment besoin de me projeter, et même avec ça c’était pas facile, pr le 2e tjs cette histoire de choix du roi, allais je avoir une fille apres mon garcon?? Comme toi je le disais que si c’était une fille j’aimerais réussir à garder la surprise pr un 3e bébé « sans pression ».. mais c’était aussi un garçon …
    Jaimerais un 3e enfant, fille ou garçon même si j’aimerais bcp connaître la joie d avoir une petite pepette. . Jadorerais réussir à garder la surprise mais je crois que ça serait trop dur déjà de base je suis bien trop curieuse..et avec ce contexte 2 garçons..je crois pas y arriver lol !
    Je crois surtout que la pression extérieure me.gonflerait beaucoup trop.. pr mes 2 enfants j’ai eu la famille sur le dos non pas pr le sexe quon avait partage mais pr le prenom..on voulait le garder pr nous, pr éviter les remarques désagréables et surtt parce que je me projetait tellement pas que je n’arrivais pas à me dire que le prénom était figé..
    C’est fou comme les gens s’approprient TA grossesse et veulent absolument tout savoir…
    Profite bien de ces derniers mois avant la grande surprise !!!

  5. Je suis maman de 2 filles. Nous avons choisi de connaitre le sexe lors des échos. Si petit 3ème il y a, j’aimerai ne pas savoir. fille ou garçon peut importe je rêve aussi bien d’une team girl power que d’un petit mec pour venir combler notre jolie famille. Belle fin de grossesse à vous.

  6. Je suis enceinte de mon premier bébé, et dès le début j’ai su que je souhaitais garder la surprise pour la naissance. Le papa était moins emballé, et j’ai fini par le convaincre.
    Depuis plein de personnes qui ont fait le même choix me disent que c’est vraiment chouette de découvrir à la naissance, donc je suis contente d’avoir fait ce choix là.

    Et à la question « c’est quoi », je peux répondre, « un bébé a priori » 🙂
    Belle-mamie se demande comment je fais pour les vêtements … et bien du neutre (même si on a aussi du bleu et pas de rose)

    La chambre était peinte avant, y’a un mur bleu, ça a été fait il y a 2 ans donc on ne va pas ressortir les pinceaux.

  7. Nous avons fait le choix de garder la surprise pour bébé 2 (j’espérais secrètement une petite fille). comme vous j’ai un peu insisté auprès du papa qui a finalement totalement adhéré !
    Peu de gens ont compris ce choix, j’avais continuellement droit à des pronostics sur la forme de mon ventre, mes taches sur le visage etc.
    Au final, bébé à pointé le bout de son nez quelques jours seulement après que nous nous soyons décidé pour deux prénoms… et finalement c’est une petite fille qui a rejoint notre famille ❤️❤️

  8. Je ne connaissais pas le sexe de ma fille, et ça été une telle surprise, une telle découverte, un te cadeau que je recommencerai quelque soit le nombre de bébés et le sexe des autres !!!

  9. Chez nous c’est une surprise à chaque fois et j’ai adoré découvrir si j’avais une fille ou un garçon à chaque naissance, En ce qui me concerne c’est vraiment la cerise sur le gâteau, la petite impatience en plus et je n’ai jamais eu le sentiment d’avoir besoin d’être rassurée ou préparée avant. Et puis j’aime bien l’idée de ne pas tout contrôler, de laisser la vie nous surprendre. Pour le coup la chambre, les jeux et les jouets de mes deux enfants sont très mixtes, depuis toujours ! Je vous souhaite une très belle rencontre et la plus jolie des surprise 😀

  10. Nous avons déjà le garçon et la fille à la maison, alors pour le 3ème bébé j’ai dit à mon mari que je ne voudrai pas connaitre le sexe pour avoir la surprise le jour J. Sur le coup, il n’était pas vraiment emballé car pour les deux premiers enfants nous étions très impatients de savoir. Mais comme nous avons déjà les deux sexes à la maison, nous avons tout ce qu’il faut au niveau des vêtements et des jouets, alors je crois que cette idée de surprise le séduit de plus en plus 😉

  11. Comme toi, j’aurais aimé ne pas savoir pour ce numéro trois. Comme toi, j’ai déjà « le choix du roi » et n’avais donc aucune attente. Mais mon petit mec était persuadé que c’était une fille, nous en a tellement parlé pendant deux mois qu’on avait fini par se faire à cette idée. Du coup pour le préparer et préparer sa sœur aussi, on a demandé et…. Petit gars. Quand on leur a dit mon fils à fondu en larmes ! Très vite il s’est remis et fait à l’idée mais je suis contente qu’il ait pu se préparer à l’arrivée de ce petit frère.

    Et puis comme il dit : « Maman, la prochaine fois je voudrais une petite sœur ! »

  12. C’est une très jolie idée; j’ai hésité, à chaque fois. Pour mon premier bébé, j’étais beaucoup trop impatiente de savoir. Pour le second, ça n’avait déjà plus tant d’importance pour moi, je savais que quoi qu’il arrive, j’aimerais cet enfant de tout mon coeur. Peut-être être le signe d’un parentalité cool, qui va vers l’essentiel : le bonheur de donner la vie ?

    1. Oui en vieillissant on voit les choses differemment. La fausse couche a beaucoup changé ma vision des choses également, je me sens moins « exigente », plus juste reconnaissante

  13. Pour mes deux grossesses je n’ai pas voulu connaître le sexe. Notre entourage était plus impatient que nous afin de connaître le sexe de bébé . À refaire je ne changerais rien. Ca a été mes plus belles expériences et les plus belles rencontre. J’ai meme dit à la sage femme le jour de l’accouchement de ne pas nous dire le sexe de bébé. Je voulais le découvrir par moi même. Pour ma premiere fille c’est mon chéri qui me l’a dit. La boucle était bouclé comme ca. Je lui ai annoncé ma grossesse et lui le sexe de notre bébé. Et contrairement aux clichés concernant les habits , prénoms etc ça glisse tout seul. On n’était décidé sur aucuns prénoms , deux , trois de chaque sexe . On a choisit tranquillement à l’arrivée de bébé. Et si un jour j’ai un troisième je ferais pareil.

  14. Bonjour,
    Je trouve ce choix très courageux ! Vous exprimez très bien les raisons qui vous poussent à garder cette information pour vous et je ne suis pas contre l’idée du tout 🙂 Je vous souhaite le meilleure à venir, un bel accouchement et du bonheur tout plein.
    EM.

  15. Pour le premier j »avais hate de connaître le sexe pour pouvoir me projeter. Je voulais un garçon et j’ai su que c’était le cas à la deuxième écho. En revanche nous avions décidé avec notre mari de garder le « secret » pour nous. Je trouve qu’actuellement il y a moins de magie autour de la naissance et beaucoup de projection et d’attente sur des bébés qui ne sont même pas encore né parfois dès les premiers mois de conception. On connaît déjà tout d »eux avant même la naissance,( le prénom entre autre) Pour moi il étrait inenvisageable par exemple d’aller montrer l’écho à de la famille ou des amis. Pour le deuxième nous voulions encore savoir et l’avons dit autour de nous. C’était encore un garçon et j »étais contente d’avoir à nouveau un garçon et me disais que ce serait plus facile à l’adolescence. (je n’ai eu que l’expérience de crise d’ado de filles assez compliquée dans mon entourage). Pour le 3ème nous voulions garder la surprise en particulier pour ne pas subir la pression extérieure et les commentaires du genre  » ah vous faites la fille! » (oui et c’est si un garçon nous allons le rendre…) « ah ben vous allez être contents c’est une fille » ou au contraire  » ah vous ne savez faire que des garçons » . Et puis à la 3 ème écho j’avais vraiment envie de savoir et mon mari aussi. Du coup nous savons depuis peu que c’est un 3ème garçon! Je me suis faite à l’idée que je n’aurai jamais de fille mais je m’imagine assez bien avec ma famille de garçons. Par contre nos idées de prénoms masculin sont plus rares. J’ai annoncé le sexe à des amies qui avaient envie de savoir (encore plus que moi) et à des membres de ma famille. Paradoxallement les grands parents et certains oncles et tante, qui savent que nous savons, veulent la surprise et ne veulent surtout pas connaître le sexe. Sinon tu parlais de ton projet de retour précoce après la naissance. Je suis rentrée au bout de 24h pour mon deuxième. Je n’avais pas envie de rester sans le papa pendant plusieurs jours et sans mon fils ainé. Une sage femme est passée plusieurs fois et j’ai été très bien suivie. Je me disais alors à l’époque que je ne réitèrerai pas l’expérience pour le 3 ème car même si mon mari participait beaucoup en se levant la nuit autant que moi et s’occupant du bébé, j’ai été épuisée ce qui a contribué à l’apparition d’une dépression. Dès mon retour j’ai voulu à nouveau gérer repas, ménage linge et ne me suis pas assez reposée. Résultat j’ai craqué. Je pense que si l’on rentre précocément il faut s’assurer en amont d’avoir quelqu’un qui gérera ménage, linge, aller retour avec les ainés ou accepter que sa maison soit mal rangée et qu’il ait du linge qui traîne un peu partout. 🙂 (surtout quand on allaite et que le bébé passe son temps collé à nous) Pour le 3ème je me laisse finalement aussi la possibilité de rentrer au bout de 24h. Je viens d’apprendre en effet qu’on ne peut pas réserver de chambre simple et que le père n’est pas autorisé à rester la nuite entre 22h et 8h. Je vais donc m’organiser pour avoir de l’aide à mon retour. Bonne continuation à toi. Encore (ou plus qu’) un mois et demi!

    1. En fait rentrer tôt ce n’est pas mon choix de départ mais c’est le format de retour maison de naissance. Et c’est justement parce que ça m’inquiète un peu que j’ai envie de banaliser mon retour à fond!!

  16. un peu comme beaucoup pour ma 1ère grossesse nous avions besoin de savoir le sexe afin d’arriver à nous projeter, préparer la chambre, etc… par contre nous avions gardé le prénom pour nous jusqu’à l’arrivée de notre petit gars.
    pour ma 2ème grossesse sachant que les enfants allaient partager la même chambre et que l’on allait recycler pas mal d’affaires du 1er nous avons choisi de garder la suprise ! et c’était super, au moment de l’accouchement quel plaisir de découvrir pleinement ton bébé !!
    par contre la pression de l’entourage a été hyper forte pour cette 2ème grossesse ! ils avaient du mal à accepter que l’on ne connaisse pas le sexe ET que l’on ne dise pas les 2 prénoms que l’on avait choisis ! certains pensaient qu’on savait le sexe mais qu’on ne voulait pas le dire 😉 ! et comme j’ai eu un 2ème petit garçon je ne regrette pas du tout de ne pas l’avoir su avant ! les « oh ben tu feras le 3ème pour avoir une fille » ou les drôles de tête un peu déçues que l’on aurait forcément eues en annonçant un 2ème garçon ça me gonflait d’avance ! et puis mes garçons ont tellement des caractères différents que c’est très bien d’en avoir 2 ! ça me permet de relativiser les clichés « les garçons sont moins calmes ou moins calins que les filles ». Car ce sont des enfants hein ! Et malgrès qu’ils soient du même sexe chacun à son propre caractère, son propre ressenti !!!
    Et j’ai bien fait attention à chaque début de rendez-vous médical durant la grossesse de rappeller que l’on ne savait pas et que l’on ne voulait pas savoir le sexe de ce bébé (et pourtant ma gynéco me faisait des échos tous les mois !Ccomme quoi c’est vraiment un métier, moi je n’ai jamais rien vu qui dépassait 😉 !!)
    Puis moi je suis hyper fan des surprises, même pour notre mariage c’en était une ! Personne n’était au courant, c’était chouette ! Puis notre entourage commence à s’y est faire 😉 !

    1. Ah c’est tellement agacant cette pression de garçon ET de la fille! Je pense que la seconde grossesse est la plus scrutée socialement, justement pour cette raison!

  17. Nous n’avons jamais su le sexe de nos 2 garçons. Ce n’était pas difficile, on attendait un bébé, on a préparé des habits mixtes pour les 3 premiers mois, j’ai même pris une couette rose, une chambre neutre…. Le plus dur a été de devoir trouver et de se mettre d’accord sur 2 prénoms. J’espèrais secrètement une fille pour le premier, et j’étais persuadée d’attendre une fille pour le deuxième. Par de déception. Pour le premier c’est le papa qui m’a annoncé le sexe tout ému, et pour le deuxième j’ai éclaté de rire quand j’ai vu que c’était un garçon, persuadée d’attendre une fille! mais il est vrai que pour l’entourage familiale, on a eu des remarques désagréables, mais qu’importe, on est fier de os choix, de notre histoire avec chacun de nos enfants.

  18. Pour mes deux grossesses, j’ai préféré garder la surprise. C’était un choix de ma part, mon mari au départ voulait savoir, mais je voulais absolument garder la magie de la découverte à la naissance. De toute façon, nous voulions deux enfants, peu importe leur sexe. Mais c’est vrai que le plus difficile aura été de se mettre d’accord sur deux prénoms pour chaque grossesse. D’ailleurs pour ma dernière, nous avons finalement décidé une fois qu’elle a été là, nous avions quatre prénom et impossible de se décider.

  19. Moi j’attends numero 3 apres 2 garçons, mais nous avons décidé de ne pas savoir le saxe
    Et oui on subit une pression dingue parceque socialement apparemment si tu n’as pas les 2 sexe quand tu as des enfants tu a foiré quelque chose.. Mais moi personnellement je suis hyper sereine face a cette surprise

  20. Ah ah!!! Nous avons voulu la surprise pour le premier, et je ne changerai rien si nous avons un deuxième!!!!
    Les spéculations autour du sexe m’ont un peu soulé j’avoue, mais pour moi le fait d’avoir un enfant qui arrive en bonne santé, avec deux mains, deux bras, deux jambes ça restera le plus important!!!! Mais le vécu de chacun y est pour beaucoup à ce niveau…. Bisous ma Deb!

  21. J’ai une fille et j’attends mon deuxième enfant. Avec mon mari, même si c’est le 2e enfant, nous n’avons aucune préférence. Nous adorons notre puce et avoir deux filles ne nous dérangerait absolument pas. Bien sûr l’entourage y va de son petit commentaire et du fameux choix du roi, mais nous nous en fichons. Par contre, nous voulons savoir le sexe (et à vrai dire, nous avons déjà une petite idée avec l’écho du 3e mois), je suis beaucoup trop curieuse pour ne pas savoir et je trouve que ça m’aide beaucoup à me projeter. J’appelais ma fille par son prénom alors qu’elle était encore dans mon ventre par exemple. Bref, je trouve ça super de vouloir et pouvoir (toujours mon côté trop curieuse) garder la surprise. Côté secret, cette fois-ci nous garderons le prénom pour nous jusqu’à la naissance, mais ça c’est encore autre chose!

  22. Je voulais tellement un garçon pour mon premier enfant que je devais connaître le sexe. C’était une fille (à 85% de chance avait dit la gynéco lors de l’écho) et j’espérais encore que ce soit un garçon. Et ce fut une fille, et j’en étais contente.

    Pour le deuxième, je voulais un bébé, en bonne santé et à terme. Peut m’importait si c’était un garçon ou une fille, du moment que tout allait bien. Alors, on a demandé à ne pas savoir. C’était vraiment bien pour sa soeur qui pouvait décider un jour que c’était une fille et le lendemain un garçon. C’était un bébé et pis vala. On a choisi un prénom pour une fille et un pour un garçon.

    Durant toute la grossesse, à chaque fois qu’on demandait à la grande soeur : ce sera un frère ou une soeur ? Elle répondait : « On sait pas ! On saura à la naissance ! » et du coup les gens nous fichaient la paix 🙂 C’est une surprise et les surprise c’est chouette.

    Quand le bébé est né (un garçon), sa soeur était tellement contente de pouvoir dire : tu vois maman, je te l’avais dit que ce serait un garçon !

    Avec le recul, je me dis que si on avait su le sexe, et qu’on avait dit aux gens qui demandaient : ce sera un garçon, ils m’auraient dit : oh vous devez être content, un garçon, une fille, c’est chouette. Ou parler de ce fameux choix du roi, etc.
    Je me dis que c’est la petite future grande soeur qui l’aurait mal vécu. On lui volait la vedette, tout le monde se serait enthousiasmé pour ce petit frère même pas encore là.
    Alors qu’en ne sachant pas, c’est elle qui était au centre de l’attention : Tu préfères quoi ? Tu penses que c’est quoi ? Il/Elle va s’appeler comment ? Tu es contente d’avoir un bébé ? De devenir grande soeur ? etc.
    Je trouve que c’était important pour elle d’être au centre de l’attention durant la grossesse plutôt que d’en être exclus par une projection sur le futur bébé.

    Alors, pour rien au monde je ne referais autrement si je devais le refaire.

Laisser un commentaire