La vie simple en famille: vadrouilles et fait-maison

Être maman d’un garçon

IMG_1686J’ai toujours voulu avoir une fille, d’ailleurs je ne me suis toujours imaginée qu’avec des filles. Je rêvais d’une fratrie de trois filles, pour moi c’était la famille idéale. Et je m’amuse souvent à dire que j’ai raté du premier coup.

Pourquoi des filles? Parce que j’ai été élevé dans un univers très féminin où la filiation féminine est très présente, presque un matriarcat à bien y réfléchir. Ma mère n’ayant eu que des filles nous a assuré toute notre enfance que la relation mère/fille était forte (la plus forte) et puissante, que rien ne pouvait la détruire. Et puis les médias, la société, ou je ne sais qui a mis de l’eau dans le moulin du discours de ma maman car à bien y regarder c’est vrai que la relation mère/fille et très mise en avant, on la voit dans les collection de vêtement dédiés par exemple et un peu partout en général.

Quand j’ai appris que j’attendais un garçon, je ne vais pas vous mentir j’ai été déçue et déçue le mot est faible, j’en ai pleuré et j’ai espéré que l’échographe se soit trompé. En fait je crois que c’était juste de la peur, peur de l’inconnu d’une part et la peur de ne pas pouvoir atteindre avec ce bébé une relation satisfaisante.

IMG_1685

Aujourd’hui j’écris cet article pour dire à ma maman qu’elle se trompe et dire à ma sœur qu’elle a une chance incroyable de porter un petit garçon dans son ventre. J’écris pour dire que c’est tellement réducteur de croire bêtement tous ces schémas archaïques qui nous affirment qu’une fille est douce et ne quittera jamais sa mère et qu’un garçon est bagarreur et s’en ira vivre à l’autre bout du monde. En fait chaque relation est unique, elle est faite de ce qu’y mette l’un et l’autre, elle est faite d’histoires, d’amours, d’attentes, de projections (quoiqu’on en dise) et au dernier plan peut être le genre rentre en ligne de compte (et encore à l’âge de Roméo je n’en suis pas sure).

Roméo est un petit garçon qui porte en lui un peu de nos histoires, un peu de nos traits de caractère même si parfois c’est contradictoire, comme cette assurance qu’il tient de son père et ce besoin d’être aimer qu’il tient de moi. Je vois tous les jours ce que je lui transmets, il y a la sensibilité, le malaise en public, le goût des petits bonheurs, la pâtisserie, le respect, la tendresse, le goût du temps ensemble et j’en passe…. Il y a les choses qui me tiennent à cœur de lui inculquer et les choses qu’il semble absorber malgré moi. Avec tout ça plus tard il fera le tri je pense, il gardera l’essentiel, ce qui est important dans sa construction, il ajoutera toutes les choses transmises par les copains, les enseignants, par les autres, par la vie…. pas plus pas moins parce que c’est un garçon, juste parce que nous fonctionnons tous comme ça.

J’aime tout particulièrement la relation que j’ai avec lui, pas tant parce que c’est une relation mère/fils, mais parce que c’est notre relation à tous les deux. Ce que j’aime cependant dans la relation mère/fils c’est qu’il y a moins de projections de sa propre relation avec ses parents (surtout que je n’ai pas de frère), pour moi c’est comme une page blanche à écrire, il y a moins d’interférences de ma propre histoire comme avec Mona. Et puis je trouve qu’être là, devant un homme en construction c’est une sacré belle chance, je prends mon rôle très à cœur. Même s’il ne s’identifiera pas à moi, j’espère que je serais présente dans ses pensées quand il deviendra autonome, quand il deviendra adulte, quand il deviendra père.

IMG_1687

IMG_1684

J’aimerais beaucoup discuter avec vous, savoir si vous aussi vous trouvez que les duos père/fils, mère/fille sont outrageusement valorisés ou si c’est moi qui me monte la comète. Et puis j’aimerais bien savoir si vous avez l’impression de construire vos relations en fonction ou en dépit du genre??

Cet article a été rédigé après la lecture de celui de ZaZa qui a provoqué un echo très fort en moi.



59 thoughts on “Être maman d’un garçon”

  • Ton article ma parle beaucoup parce que moi aussi je suis issue d’une fratrie de 3 filles, ma mère elle-même n’a qu’une soeur, donc j’ai été imprégnée par cet univers féminin.
    Mais au contraire, moi je voulais un garçon ! Eh oui, cet univers féminin a été un peu toxique pour moi, mes relations à a mère sont compliquées, du coup, avoir un garçon en premier m’a vraiment libérée de toute reproduction de mes schémas familiaux.
    Et c’est beaucoup plus sereinement que j’ai pu attendre une fille lors de ma seconde grossesse.

    En tout cas, je suis moi aussi très proche de mon fils et je ne trouve pas que cette relation soit moins riche qu’entre une mère et une fille.

    • Comme toi, je suis très heureuse d’avoir eu ma fille en deuxième, je me rends compte que grâce à Roméo je me suis affranchie de mes propres schémas familiaux, et je peux créer un lien avec elle qui nous ressemble à toutes les deux!

  • Je suis maman de 2 garçons et j’ai 2 relations très différentes avec mes 2 garçons car ce sont 2 petites personnes distinctes, parce qu’il y a un aîné et un cadet, parce qu’il y en a un qu’on a attendu longtemps et un autre qui est arrivé très vite, parce qu’il y a un brun aux yeux noirs et un blond aux yeux bleus, parce qu’il y en a un qui a fait de moi une maman et l’autre qui est arrivée avec une maman un peu plus expérimentée …
    bref, (heureusement), ce n’est pas une question de sexe, c’est une question d’humain <3

  • je voulais des garçons et j’en ai eu deux , au delà du genre garçon/fille , je suis archi fan de qui ils sont et de ce qu’ils ont construit avec moi de façon totalement différente , l’aîné est indépendant , brillant et tellement naïf à la fois alors que le cadet est fusionnel , perspicace et rêveur , et c’est ça que j’aime chez mes fils une même éducation , un amour au même niveau mais donné différemment en fonction de qui ils sont et de ce qu’ils attendent de moi …. Je te souhaite une belle et longue relation avec Roméo <3

  • C’est tres beau ce que tu as ecrit, tres touchant
    Je n’ai jamais connu ce lien entre soeur, ni cette fusion mere/fille pourtant avec une maman toujours presente, peut etre que c’est une des raisons qui fait que je n’ai jamais été déçue d’avoir que des garçons

  • Eh bien quel joli billet. J’ai 3 enfants et dans l’ordre ça donne 1 garçon de 8 ans, une fille de 4 ans et un garçon de 2 ans. J’ai toujours su que je commencerai par un petit gars. A 3 mois de grossesse le gyneco m’avait prédit une fille, je lui ai répondu non ce n’est pas ça. A la 2e écho, il m’a demandé comment j’avais su que c’était un ti gars. C’est comme ça. Bref, pour moi, avant, un garçon représentait la simplicité. Parce que ma belle-mère nous a tjrs dit de ne pas faire d’enfants. Et surtout, les filles apportent toujours des pb. Trop vicieuses. Et je continue d’entendre ce discours autour de moi. Ce qui fait que je ne voulais pas de fille.
    Tous les jours, je regrette cette pensée et remercie la vie de m’avoir donné la chance d’être la maman de cette jolie poupée. Elle n’est qu’amour. Elle attire et rassemble et je l’adore. Sentir sa main dans la mienne, quel bonheur. Oui je profite de nos moments car je n’ai pu vraiment profiter de ma vraie maman. J’angoisse pour l’avenir (l’adolescence, les copains et leur influence) mais je veux lui faire confiance. Je ne la privilégie pas par rapport à ses frères. Elle a sa place et c’est le grand amour de son papa qui ne pensait jamais avoir de fille.
    Oulala, j’ai raconté ma life. Bon benh ça fera de la lecture 😉 bonne journée à vous. ..

  • Ma représentation de la relation mère fille est déplorable, sans aucun doute du fait de ma relation avec ma propre mère (je ne lui ai pas parlé depuis 15 ans), de ma mère avec sa mère, de mes copines avec leurs mères. Dire à une fille qu’elle ressemble à sa mère, paraît être une grave insulte !
    Tout ça pour dire, je voulais un garçon.
    Et j’ai une petite fille de 3 ans, adorable, drôle, très câline, avec laquelle j’ai une relation quasi fusionnelle. Et chaque jour, je me demande quand …
    Quand ce que nous avons sera remplacé par l’incompréhension et l’agressivité, quand ne serons-nous plus capables de nous parler, de nous comprendre…
    Une vision opposée à la tienne et pourtant …
    Merci de ce partage, de ce petit bout d’espoir sur la relation mère/fille qui pourrait être plus heureuse que je ne l’imagine.

    • Ah oui nous avons des représentations inverses… Je suis certaine qu’il n’y a pas de fatalité, il n’y a donc pas de raison que vous reproduisiez toutes les deux, la relation que tu as avec ta propre mère.

  • Je ne suis pas très qualifiée pour répondre étant donné que j’ai eu une petite fille. Je sais juste que je n’accorde pas trop d’importance au genre dans son éducation et essaie de ne pas la pousser vers une activité en particulier sous prétexte qu’elle soit plus pour les filles ou non. Elle joue avec beaucoup de garçons, aime les pantalons et la couleur bleue, veut tout réparer comme pépé et c’est très bien comme ça. Lorsque j’ai appris que j’allais avoir une fille, je me suis juste dis que peut être ça me serait plus facile de la comprendre vu que j’en suis une aussi, mais avec le recul, je pense que c’est juste imbécile cette réflexion. son papa la comprend très bien aussi et c’était juste des à-priori. Je lui transmets tout ce que je peux de bon, elle fera le tri ensuite comme tu dis, et deviendra elle-même, sans chercher à ressembler à personne je l’espère. Bises à tes loulous

    • Moi aussi j’essaye de ne pas accorder trop d’importance au genre dans mes choix d’éducation, mais je suis sure que tous ces stéréotypes nous influencent malgré nous!

  • Je suis comme toi j’ai souhaité une fille à chacune de mes grossesses.
    Pour avoir fait mon auto-psy, je crois que c’est parce que je n’ai jamais eu de bandes de filles, bandes de copines, ça me faisait réver, mais impossible de m’entendre avec des groupes de nanas tant leurs chichis finissaient pas me saouler… j’imagine qu’avec mes filles à moi, j’aurai eu ma bande.
    Maintenant j’ai un garçon, une fille, un garçon, une fille. Je remercie chaque soir la Vie.
    Et même si chaque enfant à sa personnalité, fille ou garçon… c’est quand même pas la même relation avec une fille ou un garçon. Je parle bien de relation et non de droit. Fille ou garçon ont les mêmes droits/responsabilités (selon leur âge) mais la relation est différente, et ce n’est pas que leur personnalité, leur caractère. Biologiquement c’est différent …

  • Je pense qu’il n’y a pas de hasards. JE voulais une fille, mon homme aussi, et on a eu un garçon. On a fait le choix de ne pas savoir le sexe avant la naissance, du coup quand je l’ai su, j’ai d’abord pleuré de déception. Ca a duré 1 minute peut etre. Et en même temps je l’ai aimé tellement fort!
    Je suis d’accord, j’ai aussi une relation très forte avec ma mère, et j’espérais avoir la même chose avec ma fille. Et puis finalement, meme si mon fils n’a que 11 mois, mais je sais que j’ai une relation terriblement forte avec lui.
    Et au contraire, même s’il admire son papa, et cherche à capter son attention, le lien n’est pas aussi fort que ce que la société peut nous dire.
    Je ne sais pas si ça aurait été pareil ou différent avec une fille, probablement que je ne le saurais jamais, mais je suis très très heureuse d’avoir un petit garçon, et j’espère que cette complicité restera intacte.
    Très joli article.

  • Ton billet m’a beaucoup touché. Je suis maman d’une « grande » fille (10 ans) et d’un ‘p’tit » garçon (6ans) et j’ai deux relations différentes avec chacun car tout simplement ils n’ont pas les mêmes caractères et tant mieux d’ailleurs. J’apprécie chaque moment passé avec eux, je fais des choses totalement différentes et c’est trop bon! C’est tellement important… Bise.

  • Comme toi, je me projetais dans une relation avec une fille, cela me paraissait plus simple, plus naturel et on valorise énormément les petites filles (plus sages,etc)..
    A l’annonce d’un garçon, ça a été difficile quelques temps mais maintenant, je ne changerais pour rien au monde!
    Une relation tellement riche et vide de projection ou autre (je pensais aussi mieux comprendre une fille puisque j’en suis une), j’aime que cela s’écrive naturellement .
    Mais clairement, la société nous bourre d’a priori (en plus de notre histoire qui nous influence).

    • Moi aussi je trouve que la société nous influence, les filles sont dites plus calmes, plus matures, plus câlines, tandis que les garçons seraient bagarreurs et insensibles…

  • Je ne sais pas si c’est le hasard ou pas, mais moi j’ai toujours voulu avoir un garçon. Depuis toute petite. Quand je suis tombé enceinte, dès le début je m’imaginais avec un petit garçon. Avec le recul, je pense que c’est parce que j’ai toujours entendu parler de ce fameux complexe d’œdipe,et je me disais que si j’avais un garçon il serait plus avec moi qu’avec son papa. On pourrait me croire un peu égoïste … je ne sais pas.
    Et moi aussi quand à l’échographie on m’a dit c’était une petite fille, j’ai eu une pointe de déception. Ça na pas duré longtemps.
    Aujourd’hui, ma fille a 3 ans et nous sommes très fusionnelles, elle l’est beaucoup moins avec son père.

  • Je suis maman d’un petit (6 ans déjà, presque 7, oulala !!) garçon, et comme toi, je désirai une fille pour mon premier. J’ai ressentie un peu de chagrin à l’annonce du sexe, mais tout comme toi, aujourd’hui je suis on ne peut plus heureuse de cette relation particulière, exclusive, que je n’attendais pas, n’imaginais pas. Je suis en terrain vierge tout comme beaucoup d’entre nous, je découvre tout, puisque je ne suis pas un garçon lol c’est palpitant, parfois angoissant, mais c’est du bonheur et une réellement complicité bourrée d’affection sans limite 🙂
    Mais bon… j’aimerai bien pour le prochain une fille, histoire d’équilibrer 😉

  • Les premières phrases de ton article m’ont beaucoup parlé…J’ai toujours voulu avoir une fille, c’était quelque chose de très important pour moi. Ainsi pour mon premier lorsque l’on m’a annoncé le sexe à l’échographie cela m’a vraiment fait bizarre. Même si j’essayai de ne rien m’imaginer avant ce RDV, inconsciemment je pensais que c’était une fille. J’ai donc bien sur été déçue et même j’étais vraiment déboussolée. Je me suis moi aussi fait la réflexion à ce moment la que si je m’imaginais depuis très longtemps avec un bébé cela avait toujours été un bébé fille…
    Pour moi je considère vraiment comme une chance da’voir pu connaitre son sexe plusieurs mois avant sa naissance. J’ai pu m’y préparer et accueillir avec beaucoup de joie mon petit garçon. Je suis persuadé que cela aurait été beaucoup plus compliqué de l’apprendre le jour J.
    J’ai aimé mon Robin tout de suite! J’avais entre autre peur qu’il n’ai pas besoin de moi qu’il ne soit pas câlin et très indépendant…C’est tout le contraire!
    Pour ma deuxième grossesse bien sur je voulais toujours une fille. J’ai eu un deuxième petit garçon…L’annonce fut beaucoup moins difficile, car j’étais très heureuse avec mon premier garçon. Cependant j’ai quand même eu un pincement au coeur qq jours…le temps de « faire le deuil de ma fille » étant donné que nous n’envisageons pas de troisième.
    Pour l’instant mes fils ont 5 ans et 2 ans et demi, et tout va bien! Ils sont câlins et nous avons une relation forte.
    Cependant j’ai quand même peur du futur, lorsqu’ils seront adultes. Surement égoïste mais j’ai peur qu’ils n’aient plus besoin de moi et que l’on s’éloigne…
    Je n’ai pas de relation complice ni avec ma mere ni avec ma soeur. Parfois je me dis que c’est peut etre pour cela que je n’ai pas eu de fille, finalement je n’aurai peut etre pas su faire!
    Je suis aussi Marraine deux fois…de deux petits filleuls!
    Désolée pour le pavé, c’est un sujet qui me touche, souvent mal compris.
    Plein de bonheur avec tes deux enfants!

    • Tu as tout à fait raison c’est un sujet souvent mal compris. Moi aussi j’ai mal vécu l’annonce du sexe et comme toi je remercie les échographies car je suis contente que le moment de la naissance n’ait pas été gâché par la déception, j’ai eu le temps de m’y faire et c’est très bien comme ça!
      J’ai beaucoup entendu dire que je n’avais pas à me plaindre que mon bébé était en bonne santé mais en réalité je ne me plaignais pas j’avais peur et c’est dommage que ce soit un peu tabou de parler de ça car c’est des sentiments normaux en réalité!

  • Comme toi je n’ai qu’une soeur de laquelle je suis très proche! Je me projetais avec une fille et c’est Samuel qui a débarqué! Et j’adore notre relation… moi je trouve que même si c un garçon j’ai certaines « projections » ou du moins des valeurs que je souhaite lui transmettre.
    Pour mon deuxième, je voulais un deuxième petit gars… là c’est sûr que c’est d’après mon vécu. Je suis tellement proche de ma soeur que je l’imagine impossible entre frère et soeur… mais je vois bien que t’es enfants sont proches… ce ne sont que des croyances tout ça!
    En tous cas tu as l’air d’être très complice avec tes enfants et pr moi c’est ça le plus important!
    Ps : hâte que tu les vois tous les deux! 😉

    • Je te comprends pour les relations fraternels, je ne savais pas du tout ce que ça allait donner la relation frère/ sœur c’est très nouveau pour nous car je n’ai qu’une sœur et Jérôme n’a qu’un frère, c’est donc une découverte complète pour nous et c’est assez fascinant de voir les liens qui se tissent… Finalement pour eux fille ou garçon cela ne fait pas tellement de différences je trouve!

  • Contrairement à toi, l’idée reçue et véhiculée chez moi c’est qu’une fille est souvent plus proche de son papa, à l’inverse un p’tit mec est plus proche de sa maman. Je suis l’aînée, et j’ai 2 frères, et plus petite j’avais une réelle complicité avec mon père, c’est plutôt vers lui que je me tournais quand j’avais besoin de parler. Avec ma mère c’était beaucoup plus conflictuel. Les choses ont changées lorsque j’ai pris mon envol, construis ma petite vie, et surtout devenue maman. Maman de 2 petits garçons de 6 et 2 ans, j’avais espéré une fille en 2e… Et finalement c’est la vie rêvée ! Mes 2 petits mecs sont l’un câlin et pot de colle toujours accroché à ma jambe, l’autre est plus solitaire. Mais sans aucun doute, si papa embête maman (ou si maman embête papa), les 2 zoulous viendront toujours à la rescousse de leur maman !

  • Ton billet fait écho en moi, particulièrement en ce moment, enceinte du petit 2ème et à priori c’est un deuxième petit garçon. Quand je me projette un peu, pendant l’enfance pour moi aucune différence entre fille et garçon. En revanche, j’ai du mal à faire le « deuil » d’avoir un jour une fille. Mais c’est chez moi aussi une envie de reproduction du schéma familial (ma relation avec ma maman est tellement riche et épanouissante que j’ai envie de prolonger ça). Pourtant mon 1er petit garçon m’a pleinement rassuré sur le lien mère-fils et sur la richesse de cette relation là aussi. C’est l’âge adulte l’inconnu pour moi…

    • Je suis sure que tu vivras une relation fabuleuse avec un petit garçon, je crois que c’est nous qui avons les clefs pour tisser de jolis liens avec nos enfants. Je comprends très bien ce que tu ressens « ce deuil » de la petite fille… malheureusement c’est une donnée sur laquelle nous n’avons pas de contrôle…

  • « Mais comment on va faire avec un garçon?  » … voilà les mots de mon papa (!!) lorsqu’on a su que mon 1er enfant était un garçon. et oui, dans une famille de femmes depuis 3 générations du côté maternel, tout le monde était perdu .. ma grand-mère, 90 ans passés m’a dit : » Tu vas avoir un garçon, je n’arrive pas à m’y faire … » ahahah … moi ce que je voulais justement un garçon pour stopper cette lignée de femmes avec du caractère …. et quel bonheur de découvrir ce petit être ! ensuite garçon ou fille … alors c’est sur que ces jeux sont clairement tournés vers les voitures, les pompiers ce que l’on dit être des « jeux de garçon » mais il apprécie les gouters de peluches 😉 et jouer à la dinette. Mon fils a aussi un coté très sensible. je pense que cela dépend tellement de nos propres vécus, notre histoire de vie, nos rapports avec nos parents et nos frères/soeurs … pour mon second enfant, en revanche, je voulais la surprise. réellement je désirais une fille. pour le coup je voulais une fille pour construire une relation, ma relation mère/fille. bon j’ai eu un second garçon. pas la moindre déception. il va bientôt avoir 8 mois et je sais déjà que notre relation est différente que celle de son grand frère. bref je suis la seule femme de ma petite bande d’amour et dans 15 jours je participe à un tournoi de foot avec mon grand !!
    Merci pour ton sujet Débobrico. Bonne journée à tous/toutes

    • Moi je me souviens de ma grand mère qui m’avait dit « ah un garçon?! C’est un peu dommage mais bon… ». Chez nous aussi il y a une très forte empreinte féminine depuis trois générations et je trouve que c’est bien de faire une plus grande place aux garçons maintenant! Ma sœur attend un petit garçon, ça fera donc un petit mec de plus dans cette lignée de filles!

  • je suis d accord : sujet mal compris et mal interprété… bien sur on aime nos enfants quelque soit leur sexe et heureusement. mais notre inconscient s en méle parfois … mon histoire à moi c est que je ne me suis jamais sentie digne d amour.. du coup je ne voulais surtout pas de quelqu un qui me ressemble! je voulais donc ardemment un garçon! et je l ai eu (très jeune avec l amour de ma vie) un garçon tendre calme, l enfant dont je revais!!!! une relation parfaite avec lui, il a aujourd hui 21 ans est parti faire ses etudes mais nous nous telephonons tous les jours. bref le bonheur. et puis comme je suis une maman dans l ame j ai bien sur voulu d autres enfants… et là … une fille! grosse panique meme si l amour pour elle etait une evidence. mais voila mon sentiment, ce que j ai toujours entendu c est : une fille ce sont des problèmes à venir… ma relation avec ma mère ne m a pas rendu heureuse… alors j ai projeté tout ça et du coup gros problémes relationnels avec ma fille et beaucoup de culpabilité de ma part.et j ai travaillé sur moi, j ai beaucoup decortiqué le sujet. cela s est fait sur plusieurs années… elle a aujourd hui 17 ans. nous sommes tres tres proches je suis si fière d elle! elle est brillante, responsable, j ose me vanter: c est la jeune fille révée! j ai laissé mes peurs mes doutes derrière moi. j ai compris avec le temps que chaque histoire est unique et surtout elle est ce qu on en fait! j ai appris à m aimer et ça change tout aussi. le genre n a pas vraiment d importance… je dis ça et à chacune de mes nouvelles grossesses j ai espéré un garçon! j ai eu 4 filles!!! eh oui on ne choisit pas. et c est tant mieux car elles me comblent je suis fière de ma tribu de filles et de mon fils unique. je suis tout simplement fière d etre leur maman et je mesure la chance que j ai de les avoir

    • Oui c’est très tabou de dire qu’on est déçu d’attendre une fille ou un garçon! Tu as tellement raison chaque histoire est unique, le genre n’a pas d’importance, c’est à nous de nous libérer de nos propres a priori. Attends mais du coup tu as 4 filles et un garçon?

      • et non… 5 filles et un garçon!!! et une relation differente avec chacun car ce sont 6 etres uniques… mais rien à voir avec le genre plutot la personnalité. et c est ce qui me plait avec ma grande famille : éduquer et s adapter en fonction de chaque temperament. mon métier de maman prend ainsi tout son sens!

      • cela fait 6 enfants de 21 17 13 9 3 ans et la petite dernière de 10 mois! et meme si à chaque grossesse j esperais un deuxième garçon, c est avant tout d un enfant que je voulais … alors je suis forcement comblée. et puis je trouve que pouponner un garçon ou une fille c est pareil ( par exemple j ai eu autant de plaisir à habiller mon petit que j en ai à habiller mes petites) en grandissant je constate que je donne les memes conseils à mon garçon ou à ma grande fille je leur accorde la meme confiance.
        c est excatement comme tu l ecris il faut se liberer des a priori, les notres et ceux des autres. et je suis bien plaçée pour le savoir car je cumule : famille nombreuse mere au foyer!!!! en fin c est une autre histoire!

  • Moi aussi j’avais envie d’une fille, et j’ai eu un garçon à la naissance. Pour la deuxième grossesse, j’étais persuadée d’attendre une fille, j’avais des envies de couleur rose, et quand j’ai vu que c’était un garçon à la naissance, j’ai éclaté de rire. Pas de déception, juste des interrogations du genre « comment serait ma vie si j’avais eu une fille? ». Pour mes parents aussi cela change énormément, de 2 filles ils sont passés à 4 petits garçons, quelle ambiance quand on se retrouve!
    . Mes fils me demandent de leur apprendre à tricoter et à coudre, ils aiment enfiler des perles, ils ont aimé regarder « la reine des neiges » avec moi, ils aiment mes vieux chansons (très années 80!), je ne pensais pas du tout leur transmettre tout de cela! Par contre, ce qui m’horripile chez eux, c’est leur côté macho, anti-rose, alors là je réagis et je fais la féministe!

    • Moi aussi mon fils veut que je lui apprenne à coudre, et il aime bien me regarder me maquiller, ou me choisir des bijoux aussi, c’est des moments rigolos car ce n’est forcement ce qu’on pense partager avec des garçons.
      Le mien n’est pas trop anti rose, par contre je vois que sa perception des genres est déjà très arrêtée par exemple il a du mal à penser qu’une femme puisse être pompier ou que sa soeur ait envie de se déguiser en super héros plutôt qu’en princesse!

  • J ai deux enfants fille et garçon; comme vous! !!
    J ai des relations extraordinaires avec les deux
    Et même à 28 ans je le prends toujours dans mes bras ; je l embrasse comme un bébé et lui aussi adore chahuter et fait la « bagarre  » avec son papa! !!
    Il est lui aussi papa d une choupette de 20 mois ce qui ne m empêche de l appeler mon bébé! !
    Tout vient de l éducation et de l amour qu on leur donne
    Je suis une maman poule et maintenant une mamie poule! !
    Nous sommes une famille unie et c’est l essentiel !!!
    Très très bon WE

  • Tu as trouvé les mots justes et touchants qui décrivent tout simplement une relation maman/enfant. Tu as eu l’intelligence de dépasser les a priori, car tu as devant toi un petit être qui ne demande qu’à être aimé et à qui tu le rends bien.

  • Coucou,
    Moi, je suis issue d’une famille de 3, au milieu d’une grande soeur et d’un petit frère. Je n’ai pas de lien fusionnel, de complicité avec ma maman: on s’entend bien et on se voit assez souvent mais rien de plus! Cependant, je voulais absolument une fille au moins! C’est ce que j’ai eu en premier! Je ne sais pas si j’aurais pleuré en apprenant la venue d’un garçon en premier, je ne crois pas! En tous cas, je ne pense pas reproduire tel ou tel schéma (quoique, on n’en reproduit forcément un inconsciemment!). Je peux juste te dire que mon fils est 100 fois plus câlin et proche de moi que ma fille l’était et l’est… J’espère juste créer la complicité que je ne pas eu, j’espère qu’ils sauront me dire quand ça va ou ça ne va pas…qu’ils sauront me faire confiance…et qu’on se fera autant de câlins plus tard…

    • Oui on reproduit forcement un peu car c’est ce qui nous vient naturellement parfois, mais comme toi il y a des choses que je ne veux pas reproduire et je travaille dessus!!

  • Bonjour,
    Je suis maman d’un garçon puis de 2 filles. Comme toi, j’ai été déçue le jour de l’échographie, lorsque j’ai appris que j’attendais un petit bonhomme. Je suis fille unique, ce qui explique peut-être que je n’avais pas d’autre référence en tête que la relation mère-fille. Puis la déception s’est estompée rapidement, car l’attente de ce bébé a repris le dessus, avec ses sentiments contradictoires, un mélange d’impatience et d’appréhension (surtout pour un premier bébé!). Quand il est né, j’ai vécu cette expérience bouleversante, dans laquelle l’attachement entre une mère et son enfant se construit jour après jour et évolue sans cesse, au fur et à mesure que l’enfant grandit. J’aime beaucoup quand tu expliques qu’avoir un garçon, « c’est comme une page blanche à écrire »…
    J’ai tellement été comblée que lorsque j’ai appris que j’attendais une fille, j’étais déçue!!! Je voulais revivre cet attachement mère-fils, et aussi donner un petit frère à mon fils. Je me suis consolée en me disant que mon fils serait peut-être moins jaloux d’une petite sœur que d’un petit frère. Depuis je suis ravie qu’il ait deux sœurs, notamment pour l’expérience que cela lui donne de la psychologie féminine. D’ailleurs, il n’a pas que des copains, il est assez facilement accepté par les groupes de filles.
    Avec du recul (il a maintenant 9 ans, et ses sœurs 7 ans et bientôt 4 ans), je suis convaincue que les clichés renvoyés par notre société sont en partie faux : il est bien plus doux que ses sœurs (et cela depuis qu’il est bébé, il ne m’a jamais griffée ni pincée, contrairement à elles), il est plus sensible qu’elles. Certes, certaines caractéristiques se vérifient, il est plutôt « direct » dans les conflits, et il est moins dans la séduction que mes filles. Mais je suis convaincue comme toi que chaque caractère est différent, et fortement influencé par l’amour et les valeurs qu’on transmet à son enfant.
    Je trouve curieux de voir que les futures mamans espèrent autant une fille (ce que je constate beaucoup dans mon entourage), alors qu’il y a 50 ans encore, c’était l’inverse. Comme quoi la société peut évoluer, alors espérons qu’elle le fasse aussi sur d’autres sujets (accepter la différence, préserver l’environnement).

    • Moi aussi je trouve que les clichés sont faux. Il y a des garçon timides, des filles bagarreuses, des garçons câlins et des filles indépendantes, c’est une histoire de caractère…. Après il ne faut pas nier non plus la forte influence de la société pour les faire entrer dans les cases de leur genre!
      Ce que tu décris à la naissance de ton fils est tout à fait ce que j’ai ressenti!

  • Je crois que ton post fait écho à tout le monde! Tout simplement parce que tout parent avant de le devenir a déjà imaginé sa future famille, avec ses craintes, ses expériences…

    Ici je ne me suis jamais imaginé avec une fille plutôt qu’un garçon ou l’inverse mais par contre j’ai vécu sans papa et avec une maman très très jeune, qui a vécu sa jeunesse quand j’étais enfant donc une relation disons compliquée et de plus j’ai vu la relation conflictuelle de ma mère avec ma grand-mère! Je n’en avais pas conscience au début de ma grossesse mais je crois que j’avais une petite préférence pour un garçon! Mon mari rêvait d’une petite fille car il avait toujours voulu une petite sœur!

    Il y a 10 ans, lorsque j’ai été enceinte de notre premier bébé, l’échographe nous a dit au 3ème mois que nous attendions un garçon, nous avons choisit son prénom (une évidence!) puis le mois suivant il nous a dit que c’était une fille! je n’ai pas pu m’empêcher d’être un peu déçue! finalement au 5ème mois il nous a confirmé que c’était bien un petit boy! Nous avons eu mon mari comme moi une relation fusionnelle avec notre bébé!

    Très vite je suis tombée enceinte de notre 2ème enfant, inconsciemment nous avions eu une préférence pour une fille pour que nous puissions construire une relation toute neuve avec elle sans comparaison avec son frère, nous avons eu une petite princesse!

    Contrairement à tous les clichés (complexe d’Œdipe…) j’ai une relation très facile avec ma fille et mon mari avec notre garçon, mon fils et moi nous accrochons parfois même si nous sommes fusionnels et pareil pour mon mari et ma fille!

    Nous avons eu notre 3ème bébé il y a 4 mois, nous n’avons pas voulu connaitre le sexe durant la grossesse (une expérience formidable!) tout le monde était persuadé que c’était un petit garçon alors je crois que je m’étais plus projeté avec un garçon! Les gens ont eu raison, c’est bien un petit garçon, nous sommes fous de joie!

  • C’est un très beau billet! Quand j’ai su que j’attendais un garçon j’étais très heureuse, je n’avais pas vraiment de préférence mais je crois quelque par ça me rassurait de commencer par un garçon. Je suis très proche de ma mère et ma soeur mais j’ai l’impression que les relations mères filles sont plus houleuses que mère fils mais je me trompe sûrement! Aujourd’hui je me sens totalement prête à avoir une fille mais si j’ai un 2ème garçon je serais aux anges aussi 🙂

    • Tu es d’une fratrie avec frères et sœurs, il me semble, non? Je pense que ça aide à être plus sereine car on a en tête toutes les possibilités de relations… Moi j’avais je pense surtout peur de l’inconnu!

  • Je viens souvent ici mais je ne laisse jamais de commentaires… le sujet me touche … j’ai 3 « demi » frères ( ce mot me gêne mais il faut se l’avouer les liens entre eux ne sont pas les mêmes qu’avec moi … bref ) Quand je suis tombée enceinte je voulais un garçon car je ne connaissais que ce monde en faite puisque notre maman n’a jamais été très disponible … et j’ai eu mon petit Louis . Pour ma 2 eme grossesse mon mari voulait une fille moi un garçon ! j’ai eu un petit Martin. 2 garçons qui me comblent tous les jours ( 5 ans et demi et 4 ans) mais maintenant que je sais qu’il n’y aura pas de 3 ème j’arrive à regretter de ne pas avoir eu de fille … dans ces moments là je regarde mes 2 garçons … et je les aime plus que tout au monde

  • Je n’ai pas voulu connaître le sexe de mon bébé durant toute ma grossesse.
    Ayant grandit avec une sœur et beaucoup de cousines et étant tata de deux nièces, je m’étais seulement dit que si mon bébé était un garçon, cela perturberait mes habitudes.
    Les pronostics donnaient un garçon gagnant, mon père était persuadé d’avoir un petit fils et mon Zack est arrivé 🙂 (et à une semaine de mon accouchement, j’ai rêvé distinctement qu’on me posait un garçon sur la poitrine).
    Effectivement, mes habitudes son bousculées mais quel bonheur de le voir grandir et évoluer au quotidien.
    Pour rien au monde je ne le changerait !

    Et quand on me parle d’un deuxième (qui pour le moment n’est pas envisagé, mon fils n’ayant que 17 mois, on me dit « tu as déjà un garçon, si tu en as un deuxième, tu voudras forcément une fille », ma réponse dénote car non je serais très heureuse avec un deuxième garçon, mais également contente si c’est une fille.
    Je suis même prête à retenter la surprise mais mon conjoint non 🙁

    Anecdote: avec mon conjoint, on a mis beaucoup plus de temps à s’accorder sur un prénom féminin que masculin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *