Aujourd’hui c’était son anniversaire…

IMG_7264

Aujourd’hui  elle aurait eu 82 ans.

Aujourd’hui je me suis levée énervée avant de comprendre que j’étais profondément triste.

Aujourd’hui je n’ai supporté personne, j’ai crié sur les enfants… J’aurais voulu être seule, pleurer jusqu’à n’avoir plus de larmes.

Aujourd’hui j’en ai voulu à la terre entière et j’ai détesté les gens heureux.

Je me demande si un jour les fêtes, les anniversaires, les naissances redeviendront des moments uniquement de joie. Je me demande si un jour j’arrêterais d’être en colère. Je me demande si un jour je pourrais penser à elle sans avoir les larmes aux yeux et le cœur gros. Je me demande si un jour ce manque s’en ira. Je me demande si un jour je me ferais à l’idée qu’elle n’a pas connu ma fille.

Aujourd’hui j’aurais voulu être dans sa cour, j’aurais mangé un bout de sa quiche et bu un peu de jus de pomme, Roméo lui aurait demandé d’ouvrir un paquet de chips. Elle aurait râlé en disant qu’elle ne nous recevait pas assez bien, et puis que tout ce monde ça lui faisait trop de travail. Je lui aurais offert une petite plante mais elle aurait été beaucoup plus touchée par le dessin de Roméo, où il aurait écrit « mémé ». Je l’aurais regardé avec Mona dans les bras, je lui aurais glissé un « je t’aime » à l’oreille, comme toujours ça l’aurait mise mal à l’aise mais elle m’aurait répondu « moi aussi ».

IMG_7266

Où que tu sois, je pense à toi Mamie, aujourd’hui encore plus que d’habitude.

IMG_7268

25 réflexions au sujet de « Aujourd’hui c’était son anniversaire… »

  1. La mienne est partie il y a 40 ans !!! Et il n’y a pas un jour où je ne pense à elle , des fois avec le sourire et d autres avec chagrin !!! On n oublie jamais une mamie que l on a adorée !!!!!
    Maintenant que je suis à mon tour mamie d une petite fille de 3 ans , j y pense encore plus !!!!
    Alors courage avec le temps la douleur s estompe un peu !!!!
    Je vous embrasse

    1. Merci de me comprendre. J’ai l’impression que ce processus de deuil est long, trop long. J’essaye de me répeter que c’est dans l’ordre des choses, et que c’est la vie, cela ne me reconforte en rien!!

  2. J’ai perdu ma grand-mère il y a un peu plus de 2 ans, à peine deux semaines après la naissance de mon deuxième loulou… et compte tenu des 400km qui nous séparaient, elle n’a pu voir Noé qu’en photo. Je pense comme toi que ce manque ne sera jamais comblé et comme toi les larmes m’envahissent dès que je pense à elle! Mais j’aime à penser qu’elle nous voit, et j’essaie de profiter un maximum de mon grand-père que mes garçons adorent.

    Ton texte m’ a beaucoup touchée! Merci pour ton blog plein de poésie, d’émotions et de bonnes idées.

    1. J’ai l’impression que la mort de ma grand mère et la naissance de ma fille sont deux evenements imbriqués l’un dans l’autre et je n’aime pas cette idée. J’aurais tellement voulu qu’elles se rencontrent… Merci pour ce gentil message

  3. Courage!!!
    En tous cas d’où elle est est elle doit être si fière de toi et ta famille. Tu écris des choses magnifiques sur elle et sera toujours dans ton coeur. Un jour tu penseras à tous ces bons souvenirs sans forcément être triste mais cela ne voudra pas dire que tu l’oublies, bien au contraire….
    Plein de bisous

  4. Quel bel hommage a cette grand mère tant aimée
    Moi aussi la mienne est décédée il y a 7 ans alors que j’étais en Afrique du Sud , je n’ai même pas pu aller a son enterrement
    Ce fut 1 tsunami dans ma vie, 1 ras de marée , elle qui m’avait pratiquement élevée était pour moi immortelle, indestructible
    Difficile de vivre sans elle, sans un  » tiens je vais appeler mamie pour lui raconter »
    Profitez de vos enfants car ils sont les symbole de la vie et de l’amour , le meilleur réconfortant qu’il soit
    Bonne journée

    1. Merci pour ce message, il m’a mis les larmes aux yeux, c’est exactement ça un ras de marée, c’est toute une vie à repenser, tout un équilibre à retrouver, et quand on a l’impression d’avoir enfin sorti la tête de l’eau, certains evenements se chargent de nous rappeler que la plaie est encore à vif!

  5. Ce texte me touche énormément, ayant perdu mon papi il y a un peu plus d’un mois. Il est parti, alors que tout allait bien, comme cela, du jour au lendemain. Et il laisse en moi, un vide immense. Le vide de ne pouvoir lui dire tout ce que je voulais lui dire, la colère de savoir qu’il ne connaîtra jamais mes enfants et le chagrin de n’avoir pu profiter de lui, encore un petit peu. Alors, je pense à toi en ce jour difficile, bon courage.

    1. Tes mots sont très justes. Même je voyais très souvent ma grand mère, aujourd’hui je suis en colère de ne pas avoir assez profité d’elle. Elle me manque, et tout ce qu’elle m’apportait, la confiance en la vie, la sérenité me font cruellement défaut aujourd’hui!

  6. Ton message m’a vraiment émue car je comprends vraiment ce que tu ressens. Ma grand mère me manque tous les jours, et en particulier les jours de fête, parce que c’est des moments qu’on aimerait encore partager avec elles. On aurait aimé qu’elles soient à nos côtés pour toujours. On a eu de la chance de partager ces moments, et elles seront toujours avec nous dans le fond… Je t’embrasse.

    1. J’aimerais la sentir auprès de moi, mais depuis qu’elle est partie je me sens juste vide. Je sais que c’est une affaire de temps, mais c’est long. Merci pour tes gentils mots.

  7. C’est un très bel article dédié à ta grand-mère. Il m’a beaucoup émue et c’est les larmes aux yeux que je termine cette lecture. Malheureusement il résonne très fort en moi car j’ai également dis au revoir à la mienne un 11 mai. Deux jours après avoir accouché. Et cela sans qu’elle n’ait pu rencontrer mon bébé. Ces journées sont difficiles mais prouve peut-être qu’on ne les oublie pas, ces personnes qui ont tant compté pour nous. Douces pensées.

  8. Moi aussi j’ai les larmes aux yeux en te lisant.
    Pour en vouloir à tout le monde, tu ne dois pas encore être en paix avec toi-même. J’en ai moi aussi voulu à tout le monde et en particulier à ma mère qui à mon sens n’a pas fait son devoir de fille. Depuis, j’ai presque coupé les ponts avec ma « mère biologique ». Oui, c’est dur et critiquable sans doute mais je me sens aujourd’hui en paix. Et je réalise que c’était la seule façon d’avancer et de garder intact le souvenir de celle qui m’a élevée. Cela m’a sans doute aussi permis de vivre mon deuil. Quel vilain mot que je hais tant! C’est pourtant un mal nécessaire…

    Tu mentionnes le manque… Oui, il y a le manque « physique » dans les premiers temps. La peur d’oublier le sourire, la voix, l’intonation. Quelques mois après qu’Alzheimer me l’ait enlevée, je suis tombée sur une dame dans les transports en commun et je n’ai pu me détacher de ses bras. La peau de rousse, laiteuse, chaude et douce, c’était la même. J’aurais voulu me jeter aux pieds de cette étrangère et hurler tant l’émotion était forte. Un autre jour, je me déshabillais et j’ai dû voir une épaule dans la glace. Moi qui ne lui ressemble pas du tout, je me suis brusquement découvert des points communs. Ce fut encore un déluge d’émotions.
    Et sa cour? As-tu la possibilité de faire vivre ou d’admirer ses plantes? Comme tout ce qui lui appartenait a été vendu, brûlé ou jeté quelques mois après son décès et que je réside à l’étranger, je n’ai malheureusement pas son bonheur. Mais si tu le peux, je t’encourage vivement à la faire revivre de cette façon.
    Ta grand-mère vit en toi. Lorsqu’elle est partie et étant donné les gestes posés par mes parents, je me suis juré de ne pas l’oublier ni elle, ni mon grand-père: mes vrais parents. Mes parents de coeur. Son départ a laissé un vide immense, oui. Mais je m’efforce de faire pousser en moi le jardin qu’elle m’a transmis, dont la flore se nomme bonté, générosité et belles valeurs.

    Ta grand-mère était un rayon de soleil, même dans les photos les plus récentes. Elle avait de belles rides, de celles qui ne viennent que lorsqu’on est heureux. « Des soleils autour des yeux ». Garde en toi les bons moments et tâche de bien prendre soin du petit bout de cour qu’elle t’a légué. C’est un travail de tous les jours, mais les fruits que tu y récolteras en vaudront amplement la peine.

    Affectueusement…

  9. Dans 16 jours, ca fera 1 an que mon grand-père est décédé. Et lorsque je lis des textes comme celui ci, ou que j’entends une chanson ou un film qui me fait pensé à lui, j’en ai encore les larme aux yeux.

  10. Très bel article. Bravo pour avoir mis des mots sur de si fortes émotions aussi joliment. J’ai perdu mes grands mères à huit mois d’intervalle et elles laissent toutes les deux un vide énorme. Bon courage à vous en tous cas.

  11. J’ai perdu ma grand-mère quand j’avais 3 ans et mon grand-père je ne l’ai jamais connu. Pourtant, je ressens ce manque en lisant les récits de ceux qui ont connu leur grand-parents. Ton récit m’a beaucoup touché. Courage!

  12. Je découvre ce blog grâce à l’article en une sur hellocoton. Et là, au bout de quelques mots, quelques lignes je pleure.Je pleure car ton histoire me touche, car j’ai un énorme manque de ma grand-mère depuis octobre dernier, depuis le jour où elle est morte, depuis son dernier souffle…en ma présence.
    Depuis je suis en colère, meurtrie, profondément triste. Même si on connaît l’ordre des choses, le cycle de la vie, c’est une blessure incommensurable et bien que ma grand-mère ai connu mes deux filles, ça n’apaise pas ma peine.
    Je me dis que c’est une chance de l’avoir eu en bonne santé à nos côtés, de l’avoir vu fêter ses 86 ans (et ses 80 ans au Nicaragua, lors d’un voyage), mais malheureusement ça ne me console pas vraiment, le manque et la tristesse reprennent le dessus.
    J’espère vraiment qu’avec le temps ça se calmera, mais quand ma fille de 4 ans me demande en pleurant « où est sa Mamie qui ètait vieille », ça m’achève!
    Bref, je suis triste et je me sens proche de ce que tu ressens… en plus sur ta photo, l’assiette avec les fleurs de couleur…ma grand-mère avait les mêmes…
    Bien à toi

  13. Je relis ton article suite à ton post facebook et je repense que le 20 septembre 2013 je laissais un commentaire sous l’article « La vie… » que tu écrivais sur ta grand-mère et le fait qu’elle allait partir, pour te dire que la mienne aussi s’apprêtais à le faire.
    C’est étrange parce que relire ton article installe une boule dans ma gorge et en même temps ça fait du bien.

    Pensée pour toi <3

  14. Bonsoir la belle. C’est étrange aujourd’hui j’ai pensé très fort à ma mamie et je donnerai n’importe quoi pour la revoir ne serait – ce qu’une heure. Je te comprends tellement. Je suis si triste qu’elle n’ait pas connu mes garçons. Les après-midi à papoter, les promenades en montagne à ses côtés me manquent terriblement. Merci pour ce texte.

Laisser un commentaire